Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pollution de l'air : une étude cerne le profil des conducteurs les plus émetteurs à Paris

Transport  |    |  Félix Gouty  |  Actu-Environnement.com

Quels conducteurs émettent le plus dans Paris ? Deux chercheurs se sont attelés à répondre à cette question dans une étude récemment publiée dans la revue Energy Economics. Marion Leroutier, de l'École d'économie de Stockholm, et Philippe Quirion, du Centre international de recherche sur l'environnement et le développement (Cired), ont évalué les émissions d'oxydes de soufre (NOx), de particules fines (PM2,5) et de dioxyde de carbone (CO2) d'un échantillon de près de 24 000 franciliens, de Paris et de ses banlieues, lors de leur déplacement en voiture dans Paris intra-muros.

D'après leurs observations, le cinquième des automobilistes émettant le plus est responsable, à lui seul, de 75 à 85 % des émissions polluantes (75 % pour le CO2, 78 % pour les PM2,5 et 85 % pour les NOx) sur un jour de semaine. « Être un homme vivant en banlieue et se rendant sur son lieu de travail en voiture sont les principales caractéristiques de ces émetteurs », selon les chercheurs. Le type de poste joue également un rôle : les employés travaillant dans une usine, les commerçants, les cadres exécutifs et les employés avec des heures atypiques de travail, partant d'une banlieue pour en rejoindre une autre, sont les personnes les plus susceptibles d'émettre le plus. « Le revenu a également un rôle ambivalent, car plus il est élevé, plus il est associé à de longues distances, une plus haute probabilité d'utiliser une voiture et donc une plus haute intensité d'émissions de CO2, mais pas nécessairement pour les NOx et les PM2,5. Les ménages profitant d'un revenu élevé possèdent souvent des voitures plus lourdes, grandes, puissantes, et donc produisant plus de CO2 que la moyenne. »

Cela étant, taxer les véhicules en se basant seulement sur leur intensité carbone pourrait amener à favoriser les véhicules Diesel, lesquels sont moins émetteurs de CO2, mais génèrent davantage de NOx et de PM2,5. De plus, les chercheurs insistent sur les conséquences d'un manque de prise en compte des distances parcourues sur les politiques de lutte contre la pollution de l'air. « Interdire les voitures les plus polluantes, sans considérer les kilomètres parcourus, serait socialement injuste : cela affecterait les individus peu rémunérés, donc dotés de voitures moins onéreuses, mais plus émettrices et ne parcourant que quelques kilomètres chaque jour ; au contraire des personnes mieux rémunérées, propriétaires de véhicules moins polluants, mais effectuant des trajets plus longs et donc émettant finalement davantage. »

Réactions5 réactions à cet article

 

Merci de votre article, qui m'incite à poser trois questions: Existe-t-il des études sur la part des camions et des camionnettes de livraison dans la pollution de l'air à Paris par rapport à celle des automobilistes? Y compris avec des comparaisons selon horaires différents dans la journée?
Existe-t-il des études sur la part des feux de circulation et de l'existence ou de l'absence de "vagues vertes" (cf Allemagne ou Suisse) dans les émissions de polluants lors des redémarrages ?
Existe-t-il des études comparant les pollutions de certaines places, croisements importants ou rues/boulevards avant, pendant et après des travaux, ceux du tramway entourant Paris par exemple?

Pasisimple | 20 avril 2022 à 12h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour Pasisimple,
Merci pour votre lecture et votre compliment.
Pour tenter de répondre brièvement à vos interrogations :
- Oui, AirParif prend généralement en compte les émissions polluantes provenant des camions et camionnettes.
- Il me semble également que oui, à plusieurs reprises.
- AirParif réalise des diagnostics ponctuels, notamment relatifs à l'empoussièrement causé par certains chantiers urbains.

Pour en savoir plus, je vous invite à vous reporter aux publications d'AirParif : https://www.airparif.asso.fr/search/content

Félix Gouty Félix Gouty
20 avril 2022 à 14h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

S'agissant des incohérences que vous soulignez entre lutte contre le CO2 et lutte contre les NOx et PM2,5, comment se fait-il que l'on ait jamais songé à élaborer un indicateur global de pollution comme il en existe en matière de bruit avec le Lden qui permet de prendre en compte à leur juste proportion le bruit diurne et nocturne?
Par ailleurs qu'en est-il des 2 roues dans cette répartition de la pollution de la circulation routière à Paris?

BIB57 | 20 avril 2022 à 17h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour BIB57,
Merci pour votre lecture. Pour répondre à vos questions :
- En 2006, un doctorant de l'Inrets avaient proposé un "indicateur d'impact environnemental global des polluants atmosphériques émis par les transports", sur la base d'une dizaine de critères. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00545101/document

- Les deux roues ont été pris en compte dans l'étude en question. Ils constituent néanmoins seulement 2% de l'échantillonnage, contre 39% d'automobolistes, 27% en transports en commun et 31% à pied. Seuls les automobolistes ont été abordés de plus près dans l'étude.

Félix Gouty Félix Gouty
20 avril 2022 à 17h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour Monsieur,
Merci de votre réponse et de vos éléments.
S'agissant des 2 roues, je suis très étonné de cette part de 2% dans l'échantillonnage qui me parait loin, très loin, de la réalité "circulatoire" telle que je l'observe quotidiennement.....

BIB57 | 21 avril 2022 à 09h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Filtres HQE à plateaux pour piscines publiques CIFEC