Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pour la justice américaine, le Round up est bien responsable de cancers

Agroécologie  |    |  Fanny Bouchaud  |  Actu-Environnement.com

Après avoir été épinglé par la Cnil pour avoir fiché diverses personnalités à des fins de lobbying, Monsanto fait encore parler de lui. En effet, l'agrochimiste américain a perdu un procès en appel le lundi 9 août, dans lequel son produit le plus connu, le Round up, était accusé d'avoir causé le cancer d'un couple.

En mars 2019, Alva et Alberta Pilliod, souffrant d'un lymphome non hodgkinien (cancer qui touche le système immunitaire) portent plainte contre Monsanto et remportent le procès un mois plus tard. A l'époque, "c'est le troisième procès en moins d'un an où un herbicide à base de glyphosate est responsable d'un lymphome non hodgkinien chez les plaignants, et que Monsanto s'en trouve responsable", peut-on lire sur justice-pesticide, un site qui recense les affaires autour des pesticides. L'entreprise est alors sommée de verser au couple deux milliards de dollars qui seront plus tard ramenés à 69,3 millions. En juin 2021, Monsanto fait à nouveau appel de la décision, mais le juge confirme la peine le 9 août, reprochant à l'entreprise son "dangereux dédain" pour la sécurité des consommateurs.

De son côté, Monsanto continue de défendre l'innocuité du Round up en avançant que "quatre décennies de donnée scientifiques approfondies et les évaluations des principaux organismes de réglementation sanitaire" prouvent que son utilisation est sûre. Des données issues d'études que le jugement qualifie d'invalides, selon l'AFP. Rappelons que le principal composant du Roundup, le glyphosate, est classé comme un "cancérogène probable" par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), qui dépend de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). En juin dernier, l'Institut de la santé et de la recherche médicale (Inserm) allait également à contre-courant des institutions européennes et publiait une étude faisant le lien entre la molécule et les maladies chroniques. Une stratégie qui n'est pas sans rappeler celle des marchands de doute.

Réactions1 réaction à cet article

 

Visiblement ça serait plus les adjuvants qui seraient les plus dangereux dans le round up dont le rôle est de détruire les différentes couches protègeant la plante, nulle doute que ça puisse avoir la même fonction chez les animaux.
Et curieusement une tendance à la stérilité chez les males.
Qui sait si ça n'a pas un rapport les avec nombreux bébés éprouvettes actuels.

pemmore | 16 août 2021 à 15h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Economie circulaire : une expertise juridico-technique en droit des déchets LPA-CGR avocats