En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Linky sera déployé à partir de 2015, avec des objectifs revus à la baisse

A la demande d'ERDF, la CRE propose de décaler le calendrier et d'abaisser à 90% le taux de déploiement du compteur communicant Linky à l'horizon 2021. Les résultats de l'appel d'offre pour la fabrication du compteur sont attendus dans l'été.

Energie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com
Linky sera déployé à partir de 2015, avec des objectifs revus à la baisse

Après une phase expérimentale menée de mars 2010 à mars 2011 par le gestionnaire de réseau ERDF, Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, a confirmé en juillet 2013 le déploiement du compteur communicant Linky. Objectif fixé : installer trois millions de compteurs d'ici 2016 et remplacer les 35 millions de compteurs électriques installés actuellement en France, d'ici 2020. Mais la Commission de régulation de l'énergie (CRE) propose de revoir ce calendrier et les cibles fixées, dans une délibération portant proposition de décret, publiée le 28 juillet.

Surcoûts, cumul de retards et évolutions technologiques

"Les travaux de définition du cadre de régulation incitative du projet de système de comptage évolué Linky ont montré que l'atteinte d'un taux de 95% de compteurs posés à l'issue de la phase de déploiement massif engendrerait des surcoûts significatifs, sans que des bénéfices supplémentaires pour les consommateurs puissent les justifier", indique la CRE. Celle-ci propose de fixer la date de déploiement du compteur au 1er décembre 2015 (au lieu du 1er janvier 2012) et un objectif de 90% au 31 décembre 2021 pour ERDF (contre 100% au 31 décembre 2020). Les entreprises locales de distribution (ELD) voient cet objectif repoussé au 31 décembre 2024.

Ce report, demandé par ERDF, est justifié par les nombreux retards pris. Si le décret définissant le calendrier de déploiement de Linky, publié en 2010, se basait sur une expérimentation achevée au 31 décembre 2010, celle-ci n'a démarré qu'en mars 2010 pour s'achever un an plus tard.

Le déploiement de Linky, prévu initialement à compter du 1er janvier 2012, était également conditionné à la parution d'un arrêté fixant les fonctionnalités du compteur et ses spécifications. Cet arrêté a finalement été publié le 10 janvier 2012. Depuis cette date, "ERDF a l'obligation de procéder au déploiement des compteurs évolués en basse tension inférieure ou égale à 36kVA".

Enfin, l'appel d'offres pour la fabrication de trois millions de compteurs et 80.000 concentrateurs CPL (courant porteur de ligne) n'a été publié que fin juillet 2013 au Journal officiel de l'Union européenne, et "ce marché doit être attribué à l'été 2014".

 
Un marché à partager ERDF devrait répartir les volumes de production de son compteur Linky. Jusque-là, trois industriels ont participé à sa fabrication : Iskraemeco (Slovénie), Itron (Etats-Unis) et Landis+Gyr (Suisse). Le cahier des charges publié par ERDF prévoit une production 100% française de son compteur.
Landis+Gyr a un site de production à Montluçon (Allier), Itron à Chasseneuil-du-Poitou (Vienne). Iskraemeco pour sa part a signé début juillet un partenariat de production aves le sous-traitant Asteel Flash, installé en Bretagne (Redon et Langon). Le Français Sagemcom, implanté à Dinan (Côtes-d'Armor), est également intéressé par ce marché.
 

Par ailleurs, des évolutions technologiques sont attendues : la prochaine génération, la G3, "apportera des améliorations significatives pour les gestionnaires de réseaux d'électricité en termes de quantité d'information échangée et de nombre de compteurs communiquants avec un concentrateur". Mais les protocoles entre la G1, actuellement utilisée, et la G3 n'étant pas compatibles, la CRE estime qu'il faut reporter l'installation de ces systèmes. "Par contre, cette obligation peut être maintenue pour chacune des zones de déploiement, si les compteurs répondant à la technologie de CPL envisagée pour cette zone sont disponibles". Certaines zones de déploiement sont en effet prévues en CPL G1.

Rémunérer les actifs en fonction de l'atteinte des objectifs

Par ailleurs, quelques jours plus tôt, le 17 juillet, la CRE a publié une délibération relative au cadre de régulation incitative pour le système de comptage évolué d'ERDF. Après une phase de consultation, organisée en mai dernier, la CRE a décidé de répondre favorablement à la demande d'ERDF de fixer un cadre tarifaire pour toute la durée du projet, soit environ vingt ans. Cependant, elle pose au gestionnaire de réseau des objectifs de maîtrise des coûts d'investissement, de respect du calendrier et de garantie de la performance attendue.

"La CRE retient, pour les actifs liés au projet Linky et mis en service entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2021, une méthode de rémunération incitant ERDF à optimiser le couple quantité/coût de la dette en permettant au gestionnaire de réseau de conserver les éventuels gains liés à cette optimisation. En contrepartie, ERDF supportera les éventuelles contreperformances, par exemple si le coût de la dette effectif est supérieur au coût de la dette cible retenu par la CRE".

Une prime incitative de 300 points de base (3%) est attribuée aux actifs mis en service, sur leur durée de vie. "Une première partie de 200 pbs est conditionnée à la performance d'ERDF en termes de coûts d'investissement et de respect du calendrier de déploiement ; une seconde partie de 100 pbs est conditionnée à la performance du système de comptage évolué en termes de qualité de service".

Réactions10 réactions à cet article

 

L'infrastructure Linky basée sur une transmission par Courant Porteur en ligne fait doublon avec le système de téléphonie sans fil. En effet il était parfaitement possible de passer par le téléphone en transmission de donnée, puisque les flux de données seront réduits. Le compteur intelligent permettra de proposer des tarifs d'une extraordinaire complexité dont on peut déjà être sur qu'il ne faudra pas les choisir. Il va y avoir avec l'électricité ce qui s'est passé avec les tarifs du téléphone au début.
Ces compteurs n'apporteront AUCUN AVANTAGE A L'ABONNE, seul le fournisseur sera interessé d'avoir une masse d'information sur les habitudes de consommation des clients. Réseau intelligent et Linky? Tant que le réseau intelligent ne pourra pas allumer ou éteindre a sa guise les appareils gros consommateurs chez les abonnés il ne servira a rien. Il reste juste a faire comprendre au public qu'il doit revoir complètment son installation électrique en vue de satisfaire les exigences des fournisseurs d'électricité. Exigences en grande partie dues aux EnR INTERMITENTES que nous subventionnons depuis le début.

AMI9327 | 29 juillet 2014 à 15h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

De quoi rêver, pour les industriels ++remplacer les 35 millions de compteurs électriques installés actuellement en France, d'ici 2020++
Quand on voit tous les retards accumulés on ne peut que redouter la suite des évènements!! Ces retards montrent que l'ensemble du système est trop compliqué, que trop de lobbys ont tenu à le modifier.
Fabrication en France? Oui par des sociétés ETRANGERES a part UNE seule. On le dit pas mais ce compteur ne pourra pas être exporté: il est spécifique des exigences françaises qui sont différentes de celles des autres pays qui ont des compteurs intelligent (intelligent, plutôt électronique!)
Ce n'est pas moi qui le dit: ++sans que des bénéfices supplémentaires pour les consommateurs puissent les justifier", indique la CRE.++
Le fameux affichage des informations ne sera accessible qu'aux abonnés dont le compteur EST A L'INTERIEUR DE L'APPARTEMENT. Cela ne répresente qu'une minorité. Pour avoir un affichage déporté il faudra payer l'installation en plus.
Il semble que le paiement de tout ça sera étalé sur 20 ans si on en croit l'avantage concédé par la CRE a ERDF. Mais ça n'est pas clair.
Si on s'efforce de trouver du positif on peut se dire que cela emploiera des français pendant le déploiement. PArce qu'il n'y aura pas que la fabrication mais l'installation. Reste a savoir QUI installera ces appareils? ERDF ou des artisans?

ami9327 | 29 juillet 2014 à 16h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 

ERDF soigne plus ses rentrées d'argent en venant inonder le marché de ses systèmes complexes incompatibles avec d'autres, en favorisant trop ses employés et retraités, qui eux, ne paieront encore presque rien !!
Idem pour la voiture électrique dont les bornes de recharge ne seront pas équipées de prises standards !!! Bravo l'Europe !

claud | 31 juillet 2014 à 11h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ah, l'électronique ... Big Brother is watching you ! Avec ce compteur, rien n'échappera plus à big brother ... Ils sauront TOUT sur vous car ils auront un signal en cas d'allumage/extinction d'un appareil ... En plus le Wi-Fi est mauvais pour la santé. Renseignez-vous sur ce qui se passe au Canada, ils sont plus en avance que la France sur ce "projet".
Ils ont voulu faire le relevé de chauffage par Wi-Fi dans un immeuble au lieu des relevés manuels ... Les gens ont dit qu'ils étaient électro sensibles...
Les compteurs étant cachés à cause de leur laideur, ça ne va réduire en rien la consommation, bien au contraire car le Wi-Fi, ça consomme de l'électricité . . . et qui va la payer ?
Pour réduire la consommation d'électricité: interdire la vente de tout appareil électrique qui pourrait être remplacé par un appareil manuel, interdire la vente d'appareils avec veille, inciter les gens à faire des économies par le biais d'une tarification adaptée (plus la consommation est élevée, plus le prix du kW/h est élevé également)

Rémifasol57 | 31 juillet 2014 à 15h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'expérimentation réalisée, Linky ne marche pas, surtout pour l'abonné qui n'en verra pas de fonctionnalité utile (par contre ErDF pourra fliquer, interrompre le service, se gaver), c'est une gabegie. Conclusion: on le met en place et c'est le contribuable abonné qui va le payer. On est bien en France!
C'est vrai qu'il y a une usine à Chasseneuil, chez qui vous savez...

Albatros | 31 juillet 2014 à 15h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Rémifasol57, j'adore votre idée mais hélas, vous voyez, vous, les fabricants de petit électroménager ne pas bondir et leurs représentants ne pas faire du lobbying auprès de nos élus pour interdire l'application de cette idée que je trouve géniale : j'ai un presse-purée à manivelle, une râpe à légumes, un fouet à main pour monter les blancs en neige et mayonnaise, j'allume des bougies le soir et je n'allume plus les "lampes d'ambiance". J'avoue que j'ai un lave-vaisselle que j'utilise quand je reçois, j'ai aussi un lave-linge, trop ancien pour avoir connu la puce d'obsolescence programmée, que je fais fonctionner la nuit. Ma facture ne réduit pas autant que je le souhaiterais car l'électricité augmente tout le temps mais je minimise autant que je peux et surtout, je me battrai pour ne pas avoir de compteur linky qui, de plus, sera fabriqué par des sociétés étrangères ... Cdt, Fandevie

fandevie | 01 août 2014 à 12h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pourquoi alors ne pas tous s'opposer à ce compteur qui va nous inféoder plus à ERDF, sans nous offrir plus d' avantages ?

claud | 01 août 2014 à 13h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On n'en parle pas mais avec le compteur linky disparaitront les personnes qui devaient relever les compteurs. Le travail est (souvent??) soustraités et ces sociétés disparaitront.
Pendant le déploiement le remplacement des compteurs sera confié a des entreprises européennes. Espèrons qu'il y ait au moins UNE entreprise FRANCAISE dans le lot. (Cf: une seule entreprise française pour fabriquer le compteur et toutes les autres étrangères). Parce qu'avec la directive "TRAVAILLEURS DETACHES" on pourrait avoir une majorité de prestataires venant d'autres pays (pauvres) de l'Union Européenne.
(Pour rappel une compteur A GAZ intelligent (sic) est aussi prévu mais la complexite ahurissante du système a occasionné des retards)

ami9327 | 04 août 2014 à 12h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Remifasol57, le compteur linky ne fonctionnera pas en wifi (comme au Canada ou aux Etats Unis) mais en Méga CPL, et ça va être bien pire que la wifi. C'est une fréquence pulsée (comme celles de la téléphonie mobile) qui va injecté dans le courant électrique 50 Hz depuis le concentrateur de quartier ou de la rue (ancien transfo de quartier ou de rue) et qui va transformer les habitations en véritable grille pain.Aucune habitation ne possède une installation électrique avec des câbles blindées, ce qui va faire toutes les câbles électriques vont rayonner ces hyperfréquences en permanence 24/24 dans tous les murs des habitations. Et enfin sur chaque concentrateur de quartier ou de rue sera installé une antenne relais qui émettra en permanence pour envoyer les données de tous les compteurs ver le central électrique. C'est une future pollution extrêmement grave.
Tout le monde devrait s'y opposer seulement les gens ne veulent pas entendre parler du danger des fréquences pulsées issues du groupe technologique de la téléphonie mobile. C'est une pollution supplémentaire énorme qui sera comme pour celles déjà existantes promoteur et co-promoteur de maladies.

Eternal Dreamer | 30 août 2014 à 12h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A Eternal Dreamer: Merci pour ces infos ! C'est vraiment horrible de laisser faire de tels dégâts à venir ! Sera comme l'amiante, quand les cancers tueront leurs clients, Erdf saura dire qu'il ne savait pas !!! Que faire ??

claud | 01 septembre 2014 à 20h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…