Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Des députés suggèrent de créer une banque de la rénovation

La question du financement de la rénovation énergétique des logements est au cœur d'un nouveau rapport parlementaire. Banque spéciale, hausse des dépenses de l'État sont parmi les propositions des députées Julie Laernoes et Marjolaine Meynier-Millefert.

Bâtiment  |    |  R. Boughriet
Des députés suggèrent de créer une banque de la rénovation

Lancée en février 2023, la mission d'information de l'Assemblée nationale visant à accélérer la rénovation énergétique des bâtiments a dévoilé, le 4 octobre, son rapport qui formule 47 propositions (1) . Cette mission est présidée par Jean-Louis Bricout, député Liot de l'Aisne, et a pour corapporteures Julie Laernoes, députée écologiste-Nupes de Loire-Atlantique, et Marjolaine Meynier-Millefert, députée Renaissance de l'Isère.

En préambule, les rapporteures encouragent la massification des rénovations globales et performantes des logements privés, via l'aide MaPrimeRénov' dont le nombre doit passer de 66 000 en 2022 à 900 000 par an en 2030. « Un objectif fixé par le Gouvernement en septembre 2023 dans le cadre de la planification écologique », rappellent-elles.

Si le Gouvernement a augmenté le budget de MaPrimeRénov' de 1,6 milliard d'euros en 2024 pour atteindre un total de 5 milliards, les députés l'appellent à aller beaucoup plus loin en consacrant aux rénovations, d'ici à 2030, 14 milliards de plus par an. Cette enveloppe inclut aussi des subventions allouées aux bailleurs sociaux à hauteur de 1,5 milliard d'euros par an, dès le projet de loi de finances (PLF) pour 2024, recommandent les rapporteures.

Créer une banque de la rénovation

Pour une meilleure distribution des aides et réduire le reste à charge des plus modestes, le rapport plaide aussi pour la création d'une « banque de la rénovation ». Inspirée de la banque publique KfW allemande, elle proposerait aux particuliers des prêts à taux préférentiel allant jusqu'à 150 000 euros au maximum par logement. Des établissements de crédit, des sociétés de financement, des sociétés de tiers-financement et les collectivités publiques pourraient participer à son capital.

“ En tant qu'obligés CEE, les banques seraient incitées à promouvoir davantage les prêts et les produits financiers liés à l'efficacité énergétique ” Mission d'information parlementaire
« L'institution d'un tel organisme présenterait plusieurs intérêts : en premier lieu, créer un établissement susceptible de posséder une surface financière suffisante pour proposer une gamme complète de produits ; en deuxième lieu, minimiser la part de risque assumée par chacun des partenaires, par l'apport de ressources privées et publiques ; en troisième lieu, favoriser l'établissement d'une offre de financement et de services intégrée qui comporterait la proposition de solutions de financement, ainsi qu'un accompagnement dans le montage opérationnel des projets de rénovation énergétique », expliquent Julie Laernoes et Marjolaine Meynier-Millefert.

Le reste à charge demeure la principale difficulté pour déclencher des travaux de rénovation énergétique, soulignent-elles. Celui-ci peut s'élever à plusieurs dizaines de milliers d'euros.

Faciliter le recours à l'éco-PTZ et au prêt avance mutation

Le rapport préconise également de faciliter le recours à l'éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) qui « demeure peu distribué », en poursuivant l'allégement des formalités administratives et la simplification du traitement des demandes.

En outre, « il pourrait être utile de conforter le caractère rémunérateur de l'éco-PTZ, en relevant le montant du crédit d'impôt dont les établissements bancaires et de crédit peuvent bénéficier. Compte tenu de ses implications budgétaires, une telle revalorisation pourrait être réservée aux éco-PTZ finançant les rénovations performantes », ajoutent les rapporteures. Le Gouvernement compte prolonger l'éco-PTZ jusqu'en 2027, en excluant la possibilité d'installer un chauffage à combustible fossile.

Parmi les autres mesures du rapport, il est aussi question « d'accélérer » le déploiement du dispositif du prêt avance mutation (ou prêt avance rénovation), proposé aujourd'hui par cinq établissements (Crédit mutuel, la Banque postale, Crédit agricole, la Banque populaire et Crédit industriel et commercial - CIC). Ce prêt hypothécaire a été lancé en 2022 afin de permettre aux ménages modestes de rembourser in fine le reste à charge de leurs travaux lors de la vente du logement ou lors d'une succession. Pour faciliter le financement du reste à charge, le Gouvernement envisage d'élargir l'accès à ce prêt, sans condition de ressources et pourrait proposer un taux d'intérêt bonifié.

Afin de développer le recours au dispositif, les rapporteures proposent de réduire les coûts inhérents à la souscription de ce prêt, en allégeant le coût de l'acte notarié et d'envisager le remboursement des frais hypothécaires à la mutation du bien.

Intégrer les banques dans le champ des obligés des CEE

Enfin, afin de contraindre les banques à distribuer des prêts, pour boucler le reste à charge, les rapporteures proposent que ces dernières deviennent des obligés au même titre que les énergéticiens dans le cadre des certificats d'économies d'énergie (CEE). « En tant qu'obligés CEE, au-delà des travaux à financer, les banques seraient incitées à promouvoir davantage les prêts et les produits financiers liés à l'efficacité énergétique. Cela encouragerait les emprunteurs à investir dans des travaux d'économies d'énergie et stimulerait la demande pour ces types de projets », jugent les deux élus.

Les députées espèrent donc élargir la contribution des banques, qui se montrent encore frileuses, dans le financement de la rénovation énergétique des logements.

1. Télécharger le rapport
https://www.actu-environnement.com/media/pdf/news-42675-rapport-deputes-mission-information-renovation-energetique-batiments.pdf

Réactions1 réaction à cet article

Pourquoi pas un peu plus de volontarisme encore, en rendant la rénovation de son (ses) logement (s) obligatoire à un niveau A ou B dans un délai dépendant de son étiquette énergétique (F et G en 2025, E en 2030, D en 2035 par exemple) avec mobilisation d'un prêt avance mutation financé par l'état en lieu et place des nombreuses subventions qui s'entrecroisent.

BB | 06 octobre 2023 à 09h04 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Green Save Planet, faciliter la rénovation énergétique des foyers précaires AXDIS PRO
Axdis Prime, l'expert conseil en rénovation énergétique AXDIS PRO