En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le gouvernement tente d'anticiper la sécheresse de l'été 2020

Selon le comité national de l'eau, des épisodes de sécheresse devraient toucher de nombreux départements français au cours de l'été 2020.

Eau  |    |  Rémi Pin  |  Actu-Environnement.com
Le gouvernement tente d'anticiper la sécheresse de l'été 2020

Le comité national de l'eau s'est réuni, le jeudi 14 mai pour échanger sur les principes à mettre en œuvre pour mieux anticiper les difficultés liées aux épisodes de sécheresse à venir. Ils devraient effectivement toucher de nombreux départements français au cours de l'été 2020, d'après une carte présentée par la secrétaire d'État à la Transition écologique et solidaire, Emmanuelle Wargon.

© Ministère de la Transition écologique
 

Les données mesurées au niveau national durant le mois d'avril (débits des rivières, recharge des nappes, humidité des sols, quantité de pluie tombée, et prévisions météorologiques saisonnières) ont en effet permis d'identifier les zones à risques pour cet été. Les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne Franche-Comté, Grand-Est, Centre-Val de Loire et Nouvelle-Aquitaine pourraient connaître des épisodes de sécheresse prononcés.

La secrétaire d'État a rappelé « la nécessité de rester attentif dans tous les territoires afin d'éviter des pénuries d'eau d'ici la fin de l'été, comme la France en a connu l'été dernier », précise un communiqué du ministère. En 2019, 88 départements ont connu des arrêtés préfectoraux limitant les usages de l'eau, et 13 départements ont subi des ruptures d'approvisionnement de longue durée (jusqu'à 100 jours en Ariège ou en Haute-Saône), sur des portions étendues de leur territoire.

Les préfets mobilisés

Une instruction technique va demander aux préfets de prendre de nouvelles dispositions pour mieux anticiper ces épisodes de sécheresse. Cette instruction vise à renforcer la coordination interdépartementale, harmoniser les mesures de restriction des usages de l'eau, et identifier les actions à mener pour éviter toute défaillance d'approvisionnement en eau potable. Pour être plus efficace dans l'anticipation et la gestion de crise, mais aussi limiter les risques de sur-crise en période de crise sanitaire liée au Covid-19, « il est demandé aux préfets de mieux harmoniser les mesures de restriction des usages de l'eau à l'échelle des bassins hydrographiques, en veillant à utiliser des seuils cohérents de déclenchement des mesures ».

 
Il est demandé aux préfets de mieux harmoniser les mesures de restriction des usages de l'eau à l'échelle des bassins hydrographiques, en veillant à utiliser des seuils cohérents de déclenchement des mesures.  
 
Les chantiers de renouvellement de canalisations, les grosses opérations de maintenance, ou encore les travaux de sécurisation ont été, dans une large majorité, arrêtés ou différés pendant la période de confinement. Les préfets sont donc appelés à mobiliser l'ingénierie technique et financière de l'État, en lien avec les agences de l'eau, pour accompagner les collectivités territoriales dans les travaux d'interconnexion ou de résorption de fuite.

Le Gouvernement demande également que les impacts du changement climatique soient pris en compte dans le volet « eau potable » des plans ORSEC. Enfin, un service numérique d'information sur les restrictions d'usage sera développé afin de faire connaître rapidement au grand public la situation de déficit et les mesures à respecter.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager