Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La sobriété des entreprises passe par la formation de référents énergie

Lancé en 2018, le programme Pro-Réféi a permis de former 1 430 référents énergie dans une variété d'entreprises et de collectivités en France. Leur rôle ? Déterminer les mesures de réduction de consommation énergétique et les mettre en œuvre.

Energie  |    |  F. Gouty
La sobriété des entreprises passe par la formation de référents énergie

Pour une entreprise ou une collectivité, réduire la consommation énergétique nécessite un certain cocktail de compétences, celles d'un référent énergie. Depuis le lancement du plan de sobriété par la Première ministre, Élisabeth Borne, en octobre 2022, citoyens, entreprises et collectivités doivent tous participer à baisser leurs consommations énergétiques de 10 %. Cet effort de réduction n'est pas anodin : appuyer sur un interrupteur ou tourner un bouton ne suffit pas. Il passe presque toujours par un véritable audit des capacités de consommation des divers équipements et par une maîtrise des leviers d'efficacité énergétique correspondants. La connaissance des normes et de la réglementation en vigueur mais également des aides disponibles en constitue un autre prérequis.

“ Un référent énergie doit être capable de faire le tri dans la forêt vierge d'aides disponibles ” Jean-Marc Piatek, ATEE
Une complexité face à laquelle un grand nombre d'entreprises, plus particulièrement de PME, étaient désarmées. Il leur a fallu acquérir ces compétences en externe, par le biais de cabinets de conseil ou de services ou former leurs équipes en interne. Depuis juillet 2018, l'Agence de la transition écologique (Ademe) et l'Association technique-énergie-environnement (ATEE) portent un dispositif de formation pensé exactement pour répondre à ce second cas : le programme Pro-Réféi. « À l'origine, il s'agissait d'inciter les industriels et le secteur tertiaire à former le personnel de leurs entreprises à prendre en charge leurs consommations énergétiques et à savoir comment les réduire, souligne Jean-Marc Piatek, chef du département maîtrise de l'énergie de l'ATEE et pilote du programme Pro-Réféi. S'il est antérieur au plan de sobriété ou même à la popularisation de ce terme, ce programme s'inscrit aujourd'hui parfaitement dans cet objectif. » Il représente aujourd'hui le principal outil pour que les entreprises et les collectivités se dotent d'un référent énergie ou sobriété au sein de leur service.

Devenir référent énergie en trois étapes

Financé par les grands consommateurs d'énergie dans le cadre du dispositif des certificats d'économies d'énergie (CEE), le programme Pro-Réféi se déroule en trois étapes. La première consiste à apprendre le minimum requis de connaissances en énergie par le biais d'un Mooc ouvert à tous : appréhender une consommation électrique en kilowattheures, estimer un pouvoir calorifique, etc. Pour poursuivre la formation, il faut ensuite obtenir au moins 70 % de bonnes réponses à un questionnaire de restitution de ces connaissances. « Le niveau est assez exigent et peut être déroutant, même pour certains ingénieurs, sans un minimum de motivation », explique Jean-Marc Piatek. S'il a passé ce premier filtre, le stagiaire, qu'il soit désigné ou volontaire, entame ensuite une formation en groupes de deux jours dans l'un des centres de formation partenaires sur tout le territoire. « L'idée n'est pas d'approfondir, mais d'aborder des savoir-faire plus concrets sur les économies d'énergie, alimentés par des retours d'expérience de terrain. »

Quelle différence avec le VTE vert ?

Depuis janvier 2021, dans le cadre du plan « 1 jeune, 1 solution » du ministère du Travail, les petites entreprises peuvent obtenir une aide d'État pour le recrutement d'un jeune diplômé sur des missions de « transition écologique et énergétique ». Ce dispositif, en apparence similaire, n'est pas autant ciblé et spécialisé que ce que peut proposer un référent énergie, selon Jean-Marc Piatek de l'ATEE. « Les référents ciblent uniquement l'efficacité énergétique et doivent avoir comme objectif de réduire concrètement la consommation énergétique, quand bien même ce n'est pas le seul levier pour atteindre, à terme, la neutralité carbone. »
La mise en situation, et en pratique, se déroule dans le troisième et dernier temps. Accompagné par l'un des bureaux d'études partenaires du programme, le stagiaire doit élaborer un premier plan d'action d'économies d'énergie en interne au cours des quatre mois suivants. « Un référent énergie doit être capable de réaliser un plan complet de mesures de la consommation et de proposer les actions nécessaires pour réduire la consommation par poste ou procédé, résume le pilote du programme Pro-Réféi. Il doit aussi avoir connaissance de la réglementation en la matière, mais surtout savoir trouver les financements nécessaires, faire le tri dans la forêt vierge d'aides disponibles. »

Au 1er mars 2023, l'ATEE recensait 1 430 référents énergie formés. Parmi eux, environ 40 % sont également responsable qualité, hygiène, sécurité et/ou environnement. Du reste, les référents énergie sont aussi bien des chargés de travaux ou de production que des responsables des achats. Pérennisé au moins jusqu'en 2026, le programme vise à former 3 000 référents au total. À noter qu'à l'heure actuelle, le référent énergie ne constitue qu'une mission spécialisée parmi d'autres, et non une profession déposée officiellement.

RéactionsAucune réaction à cet article

Réagissez ou posez une question au journaliste Félix Gouty

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

SPE - pour le pompage d'eau brute en puits de forage - 290m3/h - 60 bar GRUNDFOS
Votre conseil en droit des problématiques Énergies-Climat Huglo Lepage Avocats