Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Transports en commun : une mission sur leur modèle économique est lancée

Transport  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

« La reprise sera longue, et nous nous devons d'anticiper l'évolution de certains usages comme le renforcement du télétravail, l'étalement des horaires, le recours à de nouvelles formes de mobilité, a indiqué Jean-Baptiste Djebbari ministre délégué chargé des Transports. Cela pourrait nous amener à reconsidérer le modèle économique des réseaux de transports collectifs ». Le ministre a annoncé, à l'occasion de son audition devant la délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation de l'Assemblée nationale le 19 novembre, le lancement d'une mission sur l'avenir du modèle économique des transports en commun. Philippe Duron, ancien député socialiste du Calvados et ancien maire de Caen est chargé de réfléchir aux évolutions possibles. La crise sanitaire de la Covid-19 a en effet réduit fortement les déplacements et, de la même manière, les recettes des services de transport en commun. « L'indispensable maintien d'un service notamment destiné aux salariés de la première ligne et la mise en place de mesures barrières ont également dégradé leurs résultats », pointe également le ministère chargé des transports. Pour tenter de ne pas faire peser ce manque sur des augmentations de tarifs pour les usagers ou de grever la capacité financière et d'investissement des autorités organisatrices de la mobilité (AOM), l'État a apporté un premier soutien de 2,5 milliards d'euros. Des propositions d'évolution du modèle économique des différents modes de transport en commun, ainsi que leur adéquation avec les besoins des territoires pourraient être formulées d'ici six mois.

Réactions2 réactions à cet article

 

La covid montre le manque d'évolution du système, les gens ne sont pas du bétail, chacun doit trouver une place assise et suffisamment de trains de bus, de jour de nuit.
A une époque ou on peut envoyer sa moissonneuse batteuse faire son champ, que l'automobile devient autonome, les moyens de transport collectifs n'évoluent pas et laissent la part belle à l'automobile.
Donc les pollutions automobiles ne régresseront pas.

pemmore | 24 novembre 2020 à 09h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je traduis les propos du ministre : ne pourrait-on pas profiter de la situation actuelle pour réduire le développement de ces transports qui nous coûtent une blinde et nuisent à l'industrie automobile et pétrolière ? C'est juste odieux !

dmg | 24 novembre 2020 à 20h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

UT 9000 : localisateur de canalisations et câbles enterrés SEWERIN