En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Véhicules électriques : un marché en progression

Le marché français des VE et hybrides représenterait 3,1% du marché global des "voitures particulières" en France en 2013, selon l'association Avere. Les tendances de ventes des VE sembleraient commencer à se calquer sur celui des modèles thermiques.

Transport  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com
Véhicules électriques : un marché en progression
Environnement & Technique N°333 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°333
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

"En 2013, la totalité du parc roulant électrique et hybride chargeable et non rechargeable – véhicules particuliers (VP) et utilitaires légers (VUL) - en France est estimée à 200.000 véhicules", se réjouit Joseph Beretta, président de la branche française de l'Association pour le développement du véhicule électrique (Avere-France).

Pour comparaison, 2.157.804 immatriculations de véhicules légers (VP et VUL) ont été enregistrées la même année, selon le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA).

8.779 voitures électriques vendues

Selon Avere-France, par rapport à 2012, les ventes des véhicules électriques (VP et VUL) auraient réalisé un bond de 50% et les ventes de véhicules hybrides de 60%.

Plus en détail, pour ce qui concerne les véhicules électriques, l'association relève l'immatriculation de 8.779 voitures particulières en 2013. Les grands gagnants des ventes sont la Renault Zoé (5.511 immatriculations), la Nissan Leaf (1.438) et la Bolloré Bluecar (658). La Smart Fortwo atteindrait désormais les 478 immatriculations. Côté véhicules utilitaires légers, 5.175 ont été achetés. "Les ventes ont augmenté de 42% par rapport aux 3.651 immatriculations enregistrées en 2012", pointe l'association. Le Renault Kangoo tient une bonne part dans ce chiffre : il atteint les 4.174 immatriculations, soit 75% de parts de ce segment de marché.

 
Le bonus écologique français détourné Si les chiffres des ventes de Nissan Leaf en France ne nous ont pas encore été communiqués, ces dernières auraient été pointées du doigt dans un journal norvégien, selon l'AFP.
Certains concessionnaires norvégiens exploiteraient en effet une faille dans le système français : ils importeraient des véhicules électriques pour les vendre ensuite en touchant au passage le bonus écologique du gouvernement français.

Dans un exemple détaillé par le journal norvégien "Dagens Naeringsliv", un concessionnaire près d'Oslo, Sandvika Bil, aurait ainsi importé une quarantaine de modèles Leaf (Nissan) en provenance de l'Hexagone. "Une poignée" de concessionnaires profiterait de cette faille, selon lui. Une entreprise comme Sandvika Bil peut en effet bénéficier du bonus si elle dispose d'une adresse en France, par exemple via sa participation dans une société française. Selon l'AFP, la Leaf de Nissan serait arrivée en tête des nouvelles immatriculations en octobre 2013 en Norvège avec 716 exemplaires vendus.
 

Les meilleures ventes font écho aux résultats de l'attribution des lots dans le cadre de la commande groupée, coordonnée par la centrale d'achat Ugap. Vingt acteurs publics et privés s'étaient associés pour garantir aux constructeurs une demande suffisante et permettre le lancement de la production de véhicules électriques. En ligne de mire : un volume potentiel estimé de 50.000 véhicules électriques (sur quatre ans).

Au catalogue de la centrale figurent en effet la Kangoo ZE (Renault avait décroché le premier lot correspondant à la livraison de 15.637 véhicules sur une période de 4 ans) et la Renault Zoé (2.000 Zoé attribuées en février 2013). Ugap propose également la Fluence (100 véhicules attribués à Renault également en février 2013), la Mia (500 Mia pour Mia électrique ) et la Peugeot Ion (PSA avait quant à lui remporté le deuxième lot pour 3.074 exemplaires).

Sur l'ensemble des véhicules électriques vendus en 2013, la part représentée par l'achat public atteindrait près de 1.000 voitures. Selon Ugap, l'Etat compterait pour 55% et les collectivités 43%.

Des ventes de VE similaires à celles des véhicules thermiques

"Nos ventes de véhicules électriques sont désormais très similaires à celles de voitures comme la Clio", souligne Vincent Carré, directeur commercial du programme véhicules électriques chez Renault. Les particuliers représenteraient 50% des achats de Zoé en 2013, les flottes d'entreprises 30% et la commande publique 20%, selon lui.

Plus marginal, près de 200 Zoé seraient à destination des services d'autopartage (qu'ils soient publics comme à Nice ou privés sur un site industriel).

"Nous nous attendons à une forte augmentation pour ce marché en 2014", pointe toutefois Vincent Carré.

Sur le segment des véhicules utilitaires, la Renault Kangoo intéresserait essentiellement des sociétés, dont 80% de grands comptes, selon lui.

Les immatriculations de la Bluecar en 2013 se répartissent, quant à elles, entre la vente de véhicules (14 voitures à destination de particuliers et 64 des entreprises), la flotte dédiée à la location longue durée et celle destinée aux services d'autopartage (en 2013, 250 nouveaux véhicules à Paris, 90 à Bordeaux, 130 à Lyon).

46.785 véhicules hybrides immatriculés

Pour ce qui concerne les hybrides, 46.785 véhicules ont été immatriculés dont 32.799 essence et 13.986 diesel. "Sur ce segment, Toyota enregistre avec la Toyota Yaris, la Toyota Auris et la Toyota Prius le plus grand nombre de ventes et cumule au total 27.536 immatriculations, précise Avere France, il est suivi par le groupe PSA qui enregistre 13.400 immatriculations sur l'année".

Côté commande publique, l'Ugap compte 1.139 véhicules (1.086 Toyota Yaris et 53 Peugeot 508) avec une répartition de plus de 60% pour l'Etat et près de 40% pour les collectivités.

D'après le dernier baromètre de l'Avere, le marché français des véhicules électriques et hybrides représentait désormais 3,1 % du marché global des "voitures particulières" en France en 2013.

"Le maintien du bonus écologique, le lancement de nouveaux modèles constructeurs, l'implication des mairies et collectivités dans l'électromobilité et le déploiement du réseau d'infrastructures de recharge sur le territoire", sont les conditions, selon Joseph Beretta, pour encourager le développement des véhicules électriques et hydrides.

Lors du premier bilan du plan de soutien à la filière automobile, le 7 mars 2013, le ministère du Redressement productif avait estimé que 5.766 prises de recharge étaient ouvertes au public au 1er mars 2013 (contre 1.800 en juillet 2012).


Réactions9 réactions à cet article

 

Au bout d'une voiture électrique il y a une centrale nucléaire, sauf quand on peut faire appel au photovoltaïque

Brigitte | 16 janvier 2014 à 06h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le développement de la voiture électrique est un scandale (contrairement à la voiture hybride NON rechargeable). Plus de voitures électriques signifie augmentation de la consommation d'électricité et donc plus de centrales nucléaires, c'est un coup monté par AREVA et EDF. Il faut réduire la consommation électrique global et non la développer.

Christophe B | 16 janvier 2014 à 09h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A la différence des combustibles fossiles, l'électricité peut être produite de façon renouvelable. Il faut voir ça comme une solution à long terme.

Après il est clair que si l'électricité est produite par des centrales à charbon... Elles n'en sont que plus polluantes que les voitures diesel ou essence, même si elles gardent le bénéfice de déplacer la pollution en dehors des centre ville.

J'imagines qu'un jour... Nous aurons droit à des véhicules hybride (hydrogène, méthane, biodiesel)/électrique. Qui pourraient nous permettre de rouler de façon totalement renouvelable et sans impacter l'environnement. Ce ne sont que les balbutiement d'une technologie qui nous ouvrira certainement de nombreuses perspectives... tout est à faire.

Spadice | 16 janvier 2014 à 10h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je ne suis pas sur que la voiture électrique soit l'avenir.
En effet,
- il y a les problèmes de production électrique : quid si 40 millions de véhicules électriques se rechargent...
- Il y a les problème de matières premières pour la construction des batterie : mine polluantes et quantité présente.
- Il y a le problème de recyclage de ces véhicules : bon le recyclage des batterie on maitrise normalement
- Il y a le problème du coût : achat et location de batterie : 80€/mois c'est vraiment une somme et pour 1000 km/mois si vous faites 50 km par jour (25 km du travail), rien que pour travailler vous dépassez le seuil et vous devez prendre l'abonnement au dessus... puis il faut rajouter la facture électrique, ça n'est pas gratuit non plus.

- Il y a le problème d'autonomie : poussivement 150 km

Je pense que l'hybridation 100% renouvelable serait plus intelligente.
On regarde avec attention le projet de PSA de sortir une voiture essence/air. et dans le futur hydrogène/air.
Meme des systèmes essence/électrique me semble mieux surtout en récupérant l'électricité au freinage et en ne l'utilisant que pour le démarrage.

Affaire à suivre pour ces véhicules électriques mais je reste septique.

Terra | 16 janvier 2014 à 12h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Qui prend les sondages au sérieux n'est pas sérieux

Mais a-t-on début 2014 une idée de la "crédulité" des acheteurs potentiels sur l'éco-défendabilité de la voiture électrique même dernier cri, donc plus autonome ET moins chère ?

usagers ôtmité"

Jean-Marie | 16 janvier 2014 à 13h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les voitures électriques doivent etre équipés de photovoltaique intégré au toit vitres pour être vraiment autonomes sans le recours à l'électricité d'EDF

romdhane | 16 janvier 2014 à 14h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Beaucoup de contre vérités dans tout ces propos, non la voiture électrique ne roule pas "forcement" au nucléaire, exemple je roule en Clio électrique uniquement grâce a ma production hydro totalement verte et renouvelable.
Rouler en électrique est totalement différent, il faut essayer, ce n'est que du bonheur, n'en déplaise aux lobby fumants.
Bien sur j'ai conservé un monospace fumant pour mes long trajets et pour tirer la remorque, mais je puis vous dire que mon VE est devenu maintenant la voiture principale a la maison, elle convient parfaitement pour notre usage quotidien.

J'envisage maintenant l'achat d'un VE neuf, car il serait difficile de revenir en arrière.

Moulino51 | 14 février 2014 à 18h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@moulino
Bien sur que si vous produisez votre propre électricité renouvelable, le véhicule électrique est satisfaisant, et je veux bien croire que rouler électrique ne soit que du bonheur. mais reconnaissez que ce cas de figure (autoproduction quantitative d'électricité renouvelable) est difficilement généralisable à une part significative de la population française ou européenne. D'ailleurs, le raisonnement n'est valable que si vous êtres totalement autonome en électricité pour vos besoins domestiques

Christophe B | 18 février 2014 à 10h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Christophe B,
Oui je suis totalement autonome en électricité pour mes besoins domestiques.
Mais cette autonomie deviens de plus en plus a la portée de tous grace au solaire PV, l'énergie est produite et utilisée sur place en autoconsommation sans que le contribuable n'ai a mettre la main a la poche, tout ceci n'est qu'une question de volonté, il faut se projeter dans l'avenir, car l'ère des énergies fossiles touche a sa fin et il faut dés maintenant s'y préparer.
Pour les déplacement électromobiles, il ne faut pas réduire simplement a l'automobile, le scooter électrique est un mode parfait pour les déplacements urbains, ainsi que le VAE.
Mais si l'on souhaite réduire encore plus son empreinte carbone, la bicyclette est parfaite.

L’après pétrole commence aujourd'hui

Moulino51 | 18 février 2014 à 19h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager