En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

OGM : le Conseil d'Etat dénie aux maires toute compétence pour édicter une réglementation locale

Dans une décision qui va faire jurisprudence, le Conseil d'Etat précise que le maire ne peut en aucun cas s'immiscer dans l'exercice de la police spéciale de la dissémination volontaire d'OGM qui relève de l'Etat.

Agroécologie  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Le Conseil d'Etat a rendu le 24 septembre une décision très importante dans le sens où il avait à se prononcer sur la légalité d'un arrêté municipal interdisant la culture de plantes génétiquement modifiés (PGM) sur certaines parties de son territoire.

Par un arrêté du 23 août 2008, le maire de Valence, se fondant notamment sur le principe de précaution, avait interdit pour une durée de trois ans la culture de PGM en plein champ dans certaines zones du plan d'occupation des sols (POS) de la commune. Le préfet de la Drôme a déféré cet arrêté au tribunal administratif de Grenoble qui en a prononcé l'annulation. Après que la cour administrative d'appel de Lyon a rejeté son appel contre ce jugement, la commune de Valence s'est pourvue en cassation devant le Conseil d'Etat.

Police spéciale de la dissémination volontaire d'OGM confiée à l'Etat

La Haute juridiction administrative, s'appuyant sur les dispositions applicables du code de l'environnement et du décret du 18 octobre 1993, considère que "le législateur a organisé une police spéciale de la dissémination volontaire d'OGM, confiée à l'Etat, dont l'objet est, conformément au droit de l'Union européenne, de prévenir les atteintes à l'environnement et à la santé publique pouvant résulter de l'introduction intentionnelle de tels organismes dans l'environnement".

Les autorités nationales en charge de cette police ont pour mission "d'apprécier, au cas par cas, éclairés par l'avis scientifique [du Haut conseil des biotechnologies (HCB)] et après avoir procédé à une analyse approfondie qui doit prendre en compte les spécificités locales, y compris la présence d'exploitations d'agriculture biologique, s'il y a lieu d'autoriser la dissémination d'OGM par leur culture en plein champ".

Suivant le même raisonnement que celui retenu en matière d'antennes relais, le Conseil d'Etat en déduit que s'il appartient bien au maire de prendre les mesures de police générale nécessaires au bon ordre, à la sûreté, la sécurité et à la salubrité publiques, il ne saurait en revanche "en aucun cas s'immiscer dans l'exercice de cette police spéciale par l'édiction d'une réglementation locale".

Le principe de précaution ne peut être invoqué par le maire

Dans la droite ligne de ses décisions précédentes encadrant le principe de précaution, la plus haute juridiction administrative rappelle que "le principe de précaution, s'il s'impose à toute autorité publique dans ses domaines d'attribution, n'a ni pour objet ni pour effet de permettre à une autorité publique d'excéder son champ de compétence".

Ainsi, l'article 5 de la Charte de l'environnement, fondateur de ce principe, ne peut être interprété comme habilitant les maires à adopter une réglementation locale portant sur la culture de PGM en plein champ et destinée à protéger les exploitations avoisinantes des effets d'une telle culture. Le Conseil d'Etat en déduit qu'il appartient en la matière aux seules autorités nationales, soit en l'occurrence le ministre de l'Agriculture, de veiller au respect du principe de précaution.

L'enjeu immédiat de la décision est pour l'instant limité dans la mesure où la France a interdit la culture du maïs MON 810 sur son territoire en réactivant la "clause de sauvegarde" prévue par la directive 2001/18. Mais la Commission est juridiquement en mesure de demander à Paris de suspendre cette interdiction suite à l'avis négatif rendu par l'Efsa en mai dernier. Si une telle hypothèse se réalise, les maires se voient désormais dépourvus de toute compétence pour édicter une interdiction locale…

Réactions3 réactions à cet article

 

Et voilà encore une décision qui permettre de subir la pression des holding de la semence manipulée pour leurs profits car, nous ne pouvons que le constater, nous avons des politiciens (pas tous heureusement) qui n'ont de la puissance vocale que pour des sujets bateaux (ou presque) et sont absent lors des réels défis.
Le pognon va encore gagner au détriment de la santé, de la qualité de vie, de notre cadre de vie, tout simplement de notre avenir et celui de nos enfants.
Et dire que certains "politicars" et autres magistrats se targuent d'avoir des "familles modèles" à qui ils pensent fortement......en leurs préparant une vie dans un monde pourri ????
Continuons à gonfler les profits de ces multinationales (et qu'eux ????)

Bochenevert | 27 septembre 2012 à 11h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Typique exemple de la perte de souveraineté de la France au sein de l'EU. Le Conseil d'Etat s'est aligné sur les directives de Bruxelles, de même que nous modifions notre Constitution au gré du vent européiste!
Les Français n'ont pas encore compris dans quelle nasse leurs élus les avaient fourré.
Et pourtant le droit international et la Charte de l'ONU stipulent que tout pays a droit à décider de son propre type de développement et de ses propres méthodes de gouvernement. »
Un pareil jugement est un déni démocratique total, alors qu'on sait que les Français ne veulent pas d'OGMs et qu'un moratoire court jusqu'en 2013.
Ce jugement n'est qu'un pas supplémentaire, pour préparer la population à l'inévitable : l'imposition des OGMs par l'EU, sous la pression des puissants lobbies de l'agro-alimentaire.

Chris | 27 septembre 2012 à 11h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

cet arret du conseil d'état est il le premier à intervenir en matière d'OGM?
UNE autre jurisprudence existe-t-elle?

marie | 27 septembre 2012 à 14h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager