En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

FNE demande un moratoire sur les projets de bois énergie

Energie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
Alors que le ministère en charge de l'Ecologie a annoncé le 22 janvier la sélection de 32 projets d'unités de cogénération alimentées à partir de biomasse dans le cadre d'un appel d'offres ''Biomasse 3'' et le lancement dans les prochaines semaines d'un nouvel appel d'offres pluriannuel portant sur 800 MW et concernant des unités de cogénération de puissance supérieure à 12 MW, le réseau France Nature Environnement (FNE) s'inquiète : ''d'où viendra le bois nécessaire à ces projets ?''.

Pour François Lefèvre, responsable Forêt à FNE, ''même si les projets s'appuient sur des approvisionnements mesurés, cette approche n'est que théorique car il est impossible de maîtriser la récolte. De plus, la ressource est souvent promise plusieurs fois par les fournisseurs potentiels tant que les projets ne sont pas réalisés''.

Selon l'association, sur les 32 nouveaux projets, 19 s'approvisionnent uniquement en plaquettes et biomasse forestières et 6 utilisent les plaquettes forestières en complément d'une autre ressource. Cette hausse de la demande en bois énergie fait craindre à FNE une surexploitation des forêts, une concurrence d'usage du sol (agriculture et bois matériau) et finalement l'importation de bois énergie ''au détriment de l'efficacité énergétique et de la balance commerciale''.

L'association regrette un ''manque de coordination entre les différentes initiatives du ministère de l'écologie et du ministère de l'agriculture concernant l'utilisation du bois'', notamment avec le programme ''1.000 chaufferies bois pour le milieu rural''. Elle demande donc ''un moratoire sur ces grands programmes afin de se donner le temps de faire le point sur la quantité de ressources réellement mobilisables dans les territoires''.

Réactions5 réactions à cet article

 
Retour à la réalité

C'est incroyable ! FNE craint une surexploitation des forêts alors que la moitié de la forêt française est à l'abandon faute de débouchés (et de restructuration) 60 millions de m3 de bois pourrissent chaque année sur pied sur les 110 millions de m3 de croissance biologique annuelle.
Ici dans les landes, KLAUS a mis à terre 38 millions de m3 de bois de pins maritime en janvier 2009. Nous en avons péniblement exploité 10 millions de m3 à l'heure qu'il est (dont 1 million de T de bois énergie pour l’étranger exportés via le port de Bayonne faute de centrales locales qui auraient pu les absorber)
Des dizaines de millions de T vont se retrouver en C dans l’atmosphère après pourrissement au sol. Quel gâchis !
Non, vraiment, ce dont il faudrait se plaindre, c’est de notre retard énorme en matière d’utilisation du bois en France (Industrie, Construction, Energie) et pas d’une hypothétique « surexploitation des forêts » qui n’existe absolument pas.
Mr Lefèvre de FNE ne serait-il pas actionnaire chez TOTAL ?
Un forestier.

midogu | 29 janvier 2010 à 15h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
realite normande

Pas d'inquietude pour un manque de Biomasse dans le bocage Normand avec ses kilometres des haies!! p l'hiver on voir toujour des enormes feu dans les champs(apres avoir fait son bois de chauffage le normand rural brule toujours des enormes quantites des branches pour son debarasser!!)
Il y a des initiatives pour valider cette energie primaire

colibri | 31 janvier 2010 à 19h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Augmenter massivement les ENR

Pour augmenter massivement les ENR d'ici 2020 le bois est certainement celui qui peut croitre le plus rapidement.
Si on fait des immenses plantations de bois énergie on ne résoud pas le problème des forêts non entretenues et on agrave les atteintes à la biodiversité. Par contre on peut avec un minimum d'installations augmenter le taux d'ENR.
Il ne faut pas oublier que les gros projets sont conduits par les grandes entreprises françaises légèrement lobbyistes ...
J'espère que c'est contre cette main mise des grands énergéticiens que viennent les inquiétudes de FNE

chocard | 01 février 2010 à 13h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Retour à la réalité

Pourquoi y a-t'il des massifs qui s'écroulent quand la tempête souffle et d'autres qui tiennent?
Les forêts à gestion trop artificialisée sont souvent fragiles, les forêts à gestion proche de la nature sont souvent résistantes et résilientes..., c'est ce que j'ai vu suite à Lothar...Ces dernières fournissent à l'homme quasi autant de bois, mais différemment.
M. Lefevre de FNE a raison: la surexploitation va arriver.
On ne peut prendre les chiffres bruts de l'inventaire forestier national pour bâtir la politique actuelle de dynamisation de la gestion forestière; même dans la revue forestière française a été publié un article en tribune libre qui montrait comment les conclusions qu'on tire des chiffres sont discutables.
Citons le cas de peuplements surcapitalisés: vous y faites certes 2 éclaircies fortes, puis c'est des dizaines d'années d'attente à faibles prélèvements jusqu'à la récolte.
Les forêts publiques sont déjà très régulièrement exploitées, les grosses forêts privées aussi; les forêts privées peu exploitées (généralement les petites) ne sont il me semble pas si surcapitalisées que ça, à ce que je vois dans ma région ou lors de déplacements ici ou là.
Quand aux branchages (coupes, haies), leur richesse minérale commande de faire mieux avec que de l'énergie (du crottin, ça se valorise en fumure, pas en faisant du feu avec), cf les travaux de l'inra.

forestier aussi | 24 février 2010 à 20h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Retour à la réalité

Non, aucun massif ne résiste à des vents de plus de 150 km/h et nous avons eu dans les landes : 175 km/h à deux reprises en moins de 10 ans. Mes chênes sont au sol aussi bien que les pins.
Et je doute fort que le fait de laisser faire la nature produise autant de bois qu'une ligniculture. Le timing de mes plantations n'est pas du tout ce que vous dites : première éclaircie commerciale à 9 / 10 ans, puis une tous les 5 ans et coupe rase à 30/40 ans maxi.
J'ai donc des avis et constations opposées aux vôtres :
Les Bois (Car je n'appelle pas cela des forêts) visibles un peu partout en France sont quasiment à l'abandon. Voir dernière enquête du CREDOC parue aussi dans "Forêts de France" : 20 % seulement des propriétaires forestiers déclarent tirer un revenu de leur forêt !!!
- Mais que peut-on faire avec une taille moyenne de la propriété qui va de 2,5 ha dans les Pyrénées Atlantiques à ...0,72 ha en Alsace !!! RIEN

midogu | 17 avril 2010 à 10h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…