En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Nanoparticules d'argent : l'Europe s'inquiète de leur toxicité

Le nano-argent libéré par les produits de consommation présente un potentiel toxique chez l'homme et dans l'environnement, a averti le Comité européen scientifique des risques sanitaires malgré le manque de données disponibles.

Risques  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
Nanoparticules d'argent : l'Europe s'inquiète de leur toxicité
Environnement & Technique N°333 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°333
[ Voir un extrait du numéro | Acheter le numéro]

Le Comité scientifique des risques sanitaires émergents et nouveaux de la Commission européenne (CSRSEN) soumet jusqu'au 2 février 2014 à consultation publique son avis préliminaire visant à évaluer les effets des nanoparticules d'argent (nano-argent) sur la sécurité, la santé et l'environnement ainsi que leur rôle dans la résistance antimicrobienne.

Estimant qu'il "subsiste certaines inquiétudes concernant les nanoparticules d'argent", la Commission européenne a mandaté en 2012 le CSRSEN sur ce projet d'avis scientifique. Cette saisine du comité intervient dans un contexte réglementaire européen visant à renforcer la sécurité des nanomatériaux mis sur le marché de l'UE. La Commission européenne a adopté en octobre 2012 une communication soulignant qu'il faut "soumettre les nanomatériaux à une évaluation des risques, qui devrait être réalisée au cas par cas, sur la base d'informations pertinentes. Les méthodes actuelles d'évaluation des risques sont applicables, même si des travaux sur certains aspects sont encore nécessaires."

Les nanoparticules d'argent (NP-Ag) seront évaluées dans le cadre du règlement Reach de l'UE sur les substances chimiques. La Commission envisage en effet de modifier certaines des annexes du règlement concernant les nanomatériaux, présents dans des substances ou des mélanges, et a encouragé l'Agence européenne des produits chimiques (Echa) à élaborer de nouvelles orientations pour les enregistrements après 2013. Le règlement biocides, entré en vigueur le 1er septembre 2013, prévoit également que les nanomatériaux entrant dans leur composition soient soumis à autorisation et étiquetés. Une procédure qui vise notamment le nano-argent utilisé comme bactéricide.

Une utilisation généralisée dans les produits de grande consommation

Dans son avis rendu le 12 décembre 2013, le CSRSEN rappelle que les nanoparticules d'argent, inférieures à 100 nm (nanomètres), sont en effet utilisées pour leurs propriétés antibactériennes et anti-mauvaises odeurs dans les produits de grande consommation, allant des soins médicaux (bandages, cathéters, amalgames et ciments dentaires) aux textiles de sport, en passant par la lessive, les déodorants ou les cosmétiques. Les nanoparticules d'argent représentent "moins de 50% de l'argent utilisé en tant que biocide dans les produits de consommation", précise-t-il.

Si l'utilisation du nano-argent est "généralisée" et "croissante", elle est source d'exposition "potentiellement toxique" des consommateurs et de l'environnement, via la libération de l'argent ionique (ions d'argent) par le nanomatériau, conclut le comité scientifique. "Dans de nombreuses études, la libération de l'argent dissous a été suggérée comme étant la principale cause de la toxicité chez l'homme et dans l'environnement".

Des effets additionnels causés par "l'utilisation généralisée et à long terme" du nano-argent "ne peuvent pas être exclus", affirme le Comité.

L'exposition humaine au nano-argent est directe via la nourriture, les contacts avec la main, la bouche et la peau, précise le comité : "Lorsque les utilisateurs entrent en contact direct avec des produits contenant des nanoparticules d'argent comme par exemple les liquides et les aérosols, l'exposition se produit immédiatement".

Chez l'homme, des études in vivo ont montré des risques d'effets toxiques du nano-argent provoquant une sensibilité du système immunitaire par voie intraveineuse, ainsi que des risques d'allergies au contact de restaurations dentaires contenant ces nano. Les études analysées par le Comité semblent à première vue démontrer "une toxicité faible pour l'homme".

In vitro, plusieurs études menées chez des rats ont quant à elles démontré "des effets génotoxiques à court terme" des nanoparticules d'argent, cite le Comité. Des études ont également prouvé un lien entre le nano-argent et des hépatites toxiques chez l'animal.

Un manque criant de données écotoxicologiques

Pour déterminer le niveau d'exposition des consommateurs, plus de données demeurent toutefois "nécessaires" concernant les concentrations du nano-argent dans le produit, "la taille et la forme dans laquelle il est présent (agrégats, agglomérats, revêtement) et la probabilité de libérations d'ions d'argent à partir des produits", souligne le CSRSEN. Une évaluation "détaillée" de l'exposition professionnelle au nano-argent est également "nécessaire pour effectuer une évaluation des risques."

L'exposition des consommateurs dépend "de la formulation, de l'utilisation et de l'élimination" des produits médicaux et de consommation contenant du nano-argent, souligne le CSRSEN. D'autant que ces nano de provenances domestique et industrielle sont le plus souvent collectés dans des systèmes d'égouts et transportés vers des stations d'épuration des eaux usées d'où ils peuvent pénétrer dans l'environnement aquatique ou le sol par l'intermédiaire des boues d'épuration et avoir des effets sur les organismes aquatiques et éventuellement sur les humains. La libération du nano-argent à "des concentrations toxiques pour certaines espèces est possible", indique le Comité.

Concernant les risques de résistance bactérienne générés par l'utilisation des nanoparticules d'argent, "aucune documentation n'est à ce jour disponible, ce qui représente une grave lacune des connaissances", a pointé le CSRSEN. Des études sont donc "nécessaires".

Attendue en 2013, une évaluation des risques relative au nano-argent est prévue par l'Agence française de sécurité sanitaire (Anses). Cette dernière vient de publier un premier bilan du dispositif national de déclaration des substances à l'état nanoparticulaire. Environ 500.000 tonnes de nanoparticules ont ainsi été mises sur le marché en 2012 dans l'Hexagone.

Réactions3 réactions à cet article

 

Un exemple encore flagrant du constat que nous mettons la charrue avant les bœufs.

Cela paraît-il si illogique que ça de tester l'effet de ces nanoparticules AVANT de permettre leur utilisation massive? D'appliquer pour une fois le principe de précaution?

Les logiques industrielles sont vraiment minables et irrespectueuses des citoyens auquel on vend ces soit disant technologies.

Rudy | 19 décembre 2013 à 14h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

D'autant plus qu'il y aurait également des effets sur l'environnement et notamment dans le sol (altération de certaines bactéries)bref on joue une fois de plus a l'apprenti sorcier!

lio | 20 décembre 2013 à 14h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Environ 500.000 tonnes de nanoparticules ont ainsi été mises sur le marché en 2012 dans l'Hexagone.

soit 8 kilos/an par Français bien cachés sans étiquette, me parait beaucoup d'argent et très inquiétant si vrai !!!
nanoparticules à effet non testé à long terme, cancer et autres maladies immunitaires, à 30 ans qui existent chez les rats !!

On est certain d'effets toxiques sur nous tous à 30 ans et plus !!
Pure folie !!

dedelreu | 03 janvier 2014 à 20h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…