Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La Commission européenne consulte sur l'efficacité de la directive Nitrates

Eau  |    |  F. Roussel

La directive Nitrates de 1991 est-elle encore adaptée aux objectifs poursuivis à l'époque de son adoption ? C'est à cette question que la Commission européenne entend répondre. Elle lance pour cela une consultation publique jusqu'au 8 mars 2024 et invite toutes les parties prenantes à y participer.

Adoptée il y a plus de trente ans, la directive sur les nitrates protège les eaux souterraines et de surface contre la pollution causée par les nitrates et les composés organiques azotés provenant des engrais et du fumier. L'idée est d'éviter de rendre impropre à la consommation les eaux destinées à l'eau potable, ou à avoir à les traiter, et de limiter les conséquences de la présence de nitrates pour les écosystèmes. Elle fixe donc des limites à l'utilisation des engrais et encourage l'adoption de bonnes pratiques agricoles et environnementales.

Mais aujourd'hui, cette directive permet-elle aux agriculteurs de s'adapter et d'accroître leur résilience, tout en promouvant suffisamment le recyclage des nutriments provenant de différentes sources, y compris le fumier ? Contribue-t-elle aux engagements pris au titre du cadre mondial pour la biodiversité de Kunming-Montréal, à savoir réduire les pertes de nutriments de 50 % d'ici à 2030 à l'échelle mondiale ? Si elle estime que la directive ne joue plus son rôle, comme l'a déjà fait remarquer la Cour des comptes de l'Union européenne, la Commission européenne proposera une révision dans le courant de l'année 2024.

Réactions1 réaction à cet article

"La directive Nitrates de 1991 est-elle encore adaptée aux objectifs poursuivis à l'époque de son adoption ?" : poser la question, c'est déjà y répondre, non ?! Et visiblement, la Cour des comptes de l'UE a un avis assez tranché à ce sujet, avis dont la CE mais aussi les états membres, France en premier chef, seraient bien inspirés de considérer.

Pégase | 15 décembre 2023 à 10h55 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires