En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Vigilance climatique : 25 multinationales françaises hors la loi selon Notre Affaire à tous

L'association à l'origine du contentieux contre Total dénonce 24 autres multinationales françaises, qui ne respecteraient pas la loi sur le devoir de vigilance. Aucune d'entre elles n'aurait adopté l'objectif des 1,5°C de l'Accord de Paris.

Gouvernance  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
Vigilance climatique : 25 multinationales françaises hors la loi selon Notre Affaire à tous

L'association s'était fait connaître en décembre 2018 avec son recours médiatique contre l'État français pour carence dans sa lutte contre le changement climatique. Puis, plus récemment, par son action judiciaire contre Total, à qui elle reproche le non-respect de la loi sur le devoir de vigilance.

C'est sur ce même fondement que Notre Affaire à tous interpelle aujourd'hui 24 autres multinationales françaises après avoir effectué une analyse comparative de leur vigilance climatique. Cette analyse a été financée par le projet interuniversitaire En-communs et sa méthodologie va être publiée par l'Institut de recherche juridique de la Sorbonne. « Aucune entreprise ne se conforme véritablement aux obligations découlant de la loi et de la Constitution », conclut Paul Mougeolle, coordinateur de l'étude pour l'ONG.

Une empreinte carbone de huit fois celle du territoire français

L'étude, réalisée par Notre Affaire à tous, avait pour objectif de mesurer la mise en œuvre par 25 entreprises de la loi du 27 mars 2017 relative au devoir de vigilance des sociétés-mères. Ces entreprises, qui appartiennent à cinq secteurs d'activité (énergie, finances, industrie, transport, construction et agroalimentaire), ont été choisies en raison de leur lourd impact climatique et du fait qu'elles étaient visées par cette loi qui concerne les multinationales françaises de plus de 5 000 salariés. L'empreinte carbone de ces entreprises représente huit fois celle du territoire français.

Les auteurs ont noté les entreprises en fonction de trois critères : l'identification des risques d'atteintes graves au climat liés à leurs activités, les mesures de prévention mises en œuvre pour les prévenir et la prise en compte du changement climatique dans le plan de vigilance exigé par la loi. Les critères établis, explique l'association, ne visent pas à noter négativement les plus gros émetteurs de gaz à effet de serre mais plutôt les entreprises qui manquent de transparence sur leurs émissions et qui ne mettent pas en œuvre un nombre d'actions suffisantes pour changer leur politique climatique.

Aucune stratégie en lien avec l'objectif des 1,5°C

Les résultats ne sont pas flatteurs pour les multinationales. Seules cinq entreprises (Arcelormittal, PSA, Michelin, Danone et Schneider Electric) obtiennent une note supérieure à la moyenne. Et aucune n'est en conformité avec la loi, selon l'ONG. Les trois entreprises figurant sur le podium des plus mauvais élèves sont, dans l'ordre, Air Liquide, Total et Natixis.

 
Ces entreprises, qui appartiennent à cinq secteurs d'activité, ont été choisies en raison de leur lourd impact climatique.  
 
De manière plus fine, 10 entreprises sur 25 n'intègrent toujours pas le climat à leur plan de vigilance. « L'évaluation et la publication des émissions indirectes, dites "du scope 3", sont souvent négligées », pointent aussi les auteurs de l'étude, qui illustrent cette négligence par l'absence de communication par les banques des émissions associées à leurs activités de financement. « Les sociétés-mères de grands groupes transnationaux ne mettent pas toutes les mesures en œuvre afin de faire baisser les émissions directes et indirectes de leurs filiales et de leurs chaînes de sous-traitance », relève l'étude. « Il s'agit pourtant du cœur de la loi vigilance », déplore l'ONG.

Au final, aucune entreprise n'aurait mis en place une stratégie de diminution de son impact climatique en lien avec l'objectif de l'Accord de Paris de contenir le réchauffement climatique à 1,5°C.

Courriers d'interpellation

L'association adresse par conséquent des courriers d'interpellation à l'ensemble des multinationales étudiées alors qu'elles s'apprêtent à publier leur nouveau plan de vigilance. « Les entreprises doivent décarboner entièrement leur modèle économique le plus rapidement possible et indiquer précisément et sincèrement les voies et défis pour y parvenir », explique Paul Mougeolle.

Si elles ne le font pas, l'association pourrait tout d'abord leur adresser des mises en demeure formelles, comme elle l'a fait avec Total, puis les attaquer en justice si l'entreprise ne se conforme toujours pas à la loi.

La voie judiciaire est toutefois semée d'embûches. Le 30 janvier dernier, le tribunal judiciaire de Nanterre s'est déclaré incompétent pour juger de l'action en référé intentée par Les Amis de la Terre, Survie et quatre associations locales dirigée contre Total en raison de son activité pétrolière en Ouganda. Cette décision était la première rendue sur le fondement de la loi relative au devoir de vigilance des multinationales.

Réactions2 réactions à cet article

 

L'exemple vient d'en haut... Pourquoi se conformer à l'accord de Paris alors que le gouvernement, via la PPE, très en-dessous du nécessaire, ne le fait pas ?! Un seul exemple : il y a une petite note de bas de page dans le dossier technique de la PPE qui dit explicitement "compte tenu d'une prévision de déploiement insuffisant des renouvelables, la baisse du nucléaire nécessitera le recours au gaz". On préfère donc dégrader notre bilan carbone plutôt que de revenir sur ce sacro-saint "50% de nucléaire" qu'aucune analyse ne justifie. Pourquoi exiger des entreprises plus de cohérence ?!

dmg | 03 mars 2020 à 19h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En fait , cela étonne qui ce bilan? Ce qui nous aurait plutôt impressionnés , c'aurait été de constater que ces entreprises aient décidé de se mettre en conformité. Quand je vous dis qu'il n'y a plus rien à espérer!

gaïa94 | 19 mars 2020 à 16h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager