Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Rénovation performante : Emmanuelle Wargon défend la définition adoptée à l'Assemblée

La ministre du Logement soutient la définition d'une rénovation performante adoptée dans le projet de loi climat par l'Assemblée. Selon la DGEC, rénover les logements passoires selon cette définition permet d'atteindre les objectifs climatiques en 2028.

Bâtiment  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Ce vendredi 9 avril interrogée par Les Echos, la ministre du Logement Emmanuelle Wargon défend la définition d'une rénovation performante des logements qui a été adoptée en mars dernier par la commission spéciale de l'Assemblée nationale, lors de l'examen du projet de loi climat.

Pour rappel, le texte qualifie désormais de rénovation performante des travaux faisant aboutir un logement à une étiquette C voire D du nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE) qui sera appliqué le 1er juillet 2021. Plusieurs associations, professionnels du bâtiment ou bureaux d'étude ont dénoncé une définition « au rabais ». En effet, jusqu'ici, seules les rénovations énergétiques aboutissant à des étiquettes A ou B du DPE pouvaient être qualifiées de performantes, en correspondance avec le niveau BBC (bâtiment basse consommation) rénovation. Cette définition pourrait concerner des logements ayant des seuils de consommation d'énergie « jusqu'à trois fois plus élevés », fustigent ces acteurs.

À la veille de l'examen en séance publique à l'Assemblée sur le volet « se loger », Emmanuelle Wargon juge en revanche que cette définition « est la bonne car elle va permettre de déclencher les travaux et d'atteindre les objectifs climatiques », explique la ministre aux Echos« Nous privilégions la massification avec un niveau de performance significatif. On ne vise pas la rénovation parfaite. Celle-ci existe, mais elle est rare et ne concerne que quelques milliers de logements par an », ajoute-t-elle en considérant avoir trouvé « le bon point d'équilibre ».

Rénovation des passoires : objectifs atteints de la PPE-SNBC en 2028

 
N'en déplaise à certains : la rénovation performante des passoires thermiques que nous portons dans [le projet de loi climat] va bien nous permettre d'atteindre nos objectifs de réduction de consommations d'énergie d'ici 2028 !  
Emmanuelle Wargon
 
La ministre étaye ses propos en s'appuyant sur une note technique du ministère de la Transition écologique publiée ce vendredi et relayée par Les Echos. Ce document présente des scénarios de chiffrage pour une rénovation performante du secteur résidentiel, telle que définie dans le projet de loi, compatible avec les objectifs de la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) et la Stratégie nationale bas carbone (SNBC) pour 2028 et 2050. Ainsi, « à l'horizon 2028, la rénovation performante des passoires énergétiques (classes F et G, ndlr) aux niveaux A, B ou C permet d'atteindre 100 % de l'objectif de réduction des consommations d'énergie dans le secteur résidentiel de la PPE et de la SNBC, sans même tenir compte de la rénovation des autres logements ». Et « sous réserve, que les objectifs pour les bâtiments tertiaires soient par ailleurs pleinement atteints », estime la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC) dans cette note.

Toutefois, à l'horizon 2050, cette rénovation performante « ne permet […] pas d'atteindre complètement le niveau de consommation énergétique finale prévu pour le secteur résidentiel dans le scénario qui sous-tend la SNBC ». La DGEC indique un écart de 17 térawattheures (TWh), soit 8,5 % par rapport à l'effort attendu de réduction des consommations d'énergie du résidentiel d'ici 2050.

« N'en déplaise à certains : la rénovation performante des passoires thermiques que nous portons dans [le projet de loi climat] va bien nous permettre d'atteindre nos objectifs de réduction de consommations d'énergie d'ici 2028 ! », déclare Emmanuelle Wargon sur Twitter.

Interdire de louer les passoires thermiques dès 2025

Le projet de loi climat permettra « d'accélérer le rythme des rénovations des logements en location », a ajouté la ministre dans une communication publiée le 8 avril, à l'issue du Conseil des ministres. Le texte initial prévoyait une interdiction de location des passoires énergétiques en 2028. Des amendements en discussion, qui seront soutenus par le Gouvernement, proposent d'avancer la date à 2025 pour les « pires d'entre elles » (les 600 000 logements en location de la classe G), de maintenir la date de 2028 pour les logements de la classe F et d'étendre l'interdiction aux logements de classe E en 2034. « Ainsi, le parc de logements en location concernés par ces obligations passera de 1,8 million à plus de 4 millions », ont indiqué Emmanuelle Wargon et la ministre Barbara Pompili.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager