Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le tribunal administratif de Cayenne suspend les travaux de la centrale de Larivot

Energie  |    |  Fanny Bouchaud  |  Actu-Environnement.com

La construction de la centrale thermique de Larivot, en Guyane, va être stoppée le temps pour le tribunal administratif de Cayenne de statuer sur le projet à la demande de Guyane nature environnement (GNE) et de France nature environnement (FNE). « Il existe un doute sérieux quant à la légalité de l'autorisation environnementale » justifie le tribunal dans son ordonnance, rendue le 27 juillet. En effet, le juge en référé relève deux obstacles majeurs au projet : une incompatibilité avec les objectifs français pour le climat et pour l'indépendance énergétique de la Guyane mais également une contradiction avec la loi Littoral. De plus, à l'issue de l'enquête publique, le commissaire avait émis un avis négatif sur la demande d'autorisation environnementale de la centrale, pointant « des imprécisions, contradictions, lacunes » au titre « informations relatives à l'environnement ». Un argument invoqué par les associations pour ouvrir le litige.

Après avoir examiné leur requête à l'encontre du porteur du projet, EDF-PEI, le juge s'est appuyé sur le cas de Grande-Synthe et a estimé que le projet n'était pas compatible avec les objectifs climatiques de la France de réduire de 40 % ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030. Bien qu'il soit prévu que la centrale utilise de la biomasse liquide le juge a fait remarquer que « les modalités de mise en œuvre de la biomasse liquide sont hypothétiques et imprécises » et qu'il est prévu que la centrale soit d'abord mise en fonction grâce au fioul.

Il y a cependant urgence car la centrale hybride de Larivot doit remplacer celle de Dégrad-les-Cannes qui s'arrêtera le 31 décembre 2023. Mais pour les associations, cela ne doit pas se faire au détriment de l'intérêt de la Guyane : « il n'y a plus de centrale au fioul dans l'Hexagone, alors pourquoi en Guyane ? », interpelle Guyane nature environnement. D'autant que le site de Larivot, classé Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) ne peut pas accueillir la centrale thermique. En effet, la loi Littoral stipule que les aménagements ne peuvent être réalisés que lorsque le secteur visé est déjà occupé par une urbanisation diffuse, ce qui n'est pas le cas du lieu-dit.

La décision de suspendre les travaux ravit donc les associations de protection de l'environnement qui décrivent cette décision comme une « victoire historique ». Le tribunal doit désormais se prononcer sur le fond de l'affaire et étudier en détail la légalité de l'autorisation environnementale.

Réactions7 réactions à cet article

 

Et pourquoi pas interdire les fusées à Kourou qui font peur aux oiseaux

le papet | 29 juillet 2021 à 09h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dans un département ou la montagne la plus haute fait 800m l'hydraulique malgré des pluies conséquentes est difficile à envisager, et difficile de créer un joint venture avec les pays voisins pas mieux dotés.
Reste à généraliser les chauffes eau solaires comme à la Réunion, les panneaux solaires, étudier de nouvelles sources d'énergies, houle, moteurs stirling solaire.
(le moteur stirling, dit moteur à air chaud invention du 19 ème sciècle , mal aimé , avec un réflecteur 5 m2 est capable de fournir 1 kw) avec peu de mécanique.)

pemmore | 29 juillet 2021 à 13h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

personnellement je pense qu'une centrale nucléaire qui ne rejette pas de carbone (qui est pourtant très apprécié par l'immense forêt amazonienne) se trouve être la solution la plus écologique pour produire de l'énergie dans un département qui en a tant besoin, est de loin la meilleur solution

le papet | 29 juillet 2021 à 16h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est vrai qu'ils n'ont absolument pas besoin de courant en Guyane...
YAKA faire du solaire.
FOKON arrête aussi les lancements de fusées (on y sera bientôt)

Albatros | 30 juillet 2021 à 15h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ le papet : et quid des déchets nucléaires générés ?
La filière de retraitement française est très très mal en point et ces déchets ont des durées de vie beaucoup plus longue que l'extinction de l'Humanité sur Terre...

Quand on parle de durable, il y a lieu de prendre en compte l'ensemble des possibilités dans la totalité de leurs cycles de vie...

Adokin | 02 août 2021 à 14h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Sacher cher Adokin que tout déchet peut être une matière première, c'est qu'un problème technique que l'intelligence de l'homme finira par résoudre. Le premier déchet n'est il pas l'oxygène des arbres. Moi j'ai confiance à l'homme. Votre caca est un véritable nutriment pour les plantes que les écologistes ne veulent pas.

le papet | 12 août 2021 à 17h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour FNE, les Guyanais n'ont pas besoin de courant électrique parce que YAKA pas consommer et FOKON règle le climat...
Quand on sait qu'en Asie du Sud (Inde et Chine), pas moins de 600 projets de centrales thermiques au charbon sont engagés, tout simplement pour que les gens là-bas aient accès à l'énergie électrique.
Allez FNE, un petit cursus d'humanités serait salvateur.
Courage à ceux qui produisent de l'électricité pour satisfaire les besoins sociaux !

Albatros | 19 août 2021 à 18h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Multitec® BioControl : analyseur de biogaz à poste fixe et mobile SEWERIN