En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Plan de relance : 650 millions d'euros pour le secteur maritime

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Dans le cadre du plan de relance, le ministère de la Mer annonce que 650 millions d'euros pourront être mobilisés pour le secteur maritime, en lien avec les ministères concernés. Sur la période 2020 à 2022, 200 millions d'euros seront consacrés « à l'accélération de la transition écologique » des ports maritimes. Le ministère cite en exemple l'alimentation en « énergie propre » des navires à quai et le développement d'infrastructures associant transition écologique et développement économique. La création de points d'avitaillement de gaz naturel liquéfié (GNL) et d'hydrogène est également soutenue. Cinquante millions d'euros seront aussi dédiés au renforcement des filières de la pêche et de l'aquaculture « durables ». Le ministère de la Mer « accompagnera tous les maillons des filières pêche et aquaculture pour renforcer la sécurité alimentaire des Français, en préservant les ressources ».

De son côté, le ministère des Transports a annoncé une enveloppe de 400 millions d'euros pour le secteur portuaire, maritime et fluvial. Soit 175 millions pour la rénovation des canaux et  des voies navigables et 200 millions pour des investissements « stratégiques » dans les grands ports et leur verdissement. S'ajoutent 25 millions pour le renforcement des infrastructures de sécurité maritime comme « la modernisation des CROSS » (Centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage).

Dans un communiqué, le Cluster maritime français (CMF), qui rassemble les acteurs de l'écosystème maritime, se félicite des enveloppes annoncées. « Le Cluster a bien entendu l'annonce du ministère de la Mer précisant que l'enveloppe atteindrait 650 millions d'euros pour la filière maritime, en lien avec les ministères concernés, afin de concrétiser l'engagement du Gouvernement en faveur d'une politique nationale ambitieuse. Ces fonds pourront être mobilisés pour les industries de la mer, la préservation du littoral, la formation, le tourisme, la recherche et la culture maritimes », salue l'organisation.

Réactions1 réaction à cet article

 

Je ne comprends toujours pas la différence de traitement entre le transport maritime et le transport aérien (cf également les propositions de la convention citoyenne). Or la problématique de ces 2 activités est très proche: même impact en termes d'émissions, même rôle dans une "mondialisation libérale" problématique...etc.
Or quand le second est constamment visé par des interdictions et des taxations, le premier est paré de toutes les vertus (même par Karima DELLI, cf son tweet enthousiaste de la semaine dernière!) et arrosé de subventions!
Une seule explication plausible pour moi, celle du bouc émissaire qui permet, pour 1 sacrifié, de "sauver" tous les autres...

adjtUAF | 08 septembre 2020 à 09h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager