En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le Gouvernement accentue la lutte contre les inondations et l'érosion côtière

À l'issue du quatrième Conseil de défense écologique, la ministre Élisabeth Borne a annoncé une série de mesures pour lutter notamment contre les inondations et l'érosion côtière ainsi qu'une nouvelle protection du sommet du Mont-Blanc.

Aménagement  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Le Gouvernement accentue la lutte contre les inondations et l'érosion côtière

Le Conseil de défense écologique, créé en mai 2019, s'est réuni pour la quatrième fois, ce mercredi 12 février à l'Élysée, avec l'ambition du président de la République et du Gouvernement « de mener une politique écologique massive et concrète », a martelé la ministre de la Transition écologique, Élisabeth Borne. Elle a annoncé « trois axes d'actions » décidés par le Conseil de défense, pour « accélérer » l'adaptation des territoires aux conséquences du dérèglement climatique, la protection de la biodiversité, et enfin, « la transformation écologique » des services publics.

Réduire le risque d'inondations

Élisabeth Borne a présenté plusieurs mesures visant à protéger les 17 millions de Français exposés aujourd'hui au risque d'inondations. Le Conseil de défense écologique a ainsi décidé de diviser par deux la durée d'élaboration des programmes d'actions pour la prévention des inondations (PAPI) par les collectivités qui peuvent aujourd'hui prendre jusqu'à huit ans. « Désormais, tous ces programmes de prévention en deçà de 20 millions d'euros seront validés au niveau local. Cela concernera donc 70 % d'entre eux, contre 20 % aujourd'hui », a précisé la ministre.

Mme Borne a ajouté que l'État garantirait la capacité du fonds Barnier de prévention des risques naturels majeurs « à couvrir les besoins ». Les PAPI labellisés ouvrent droit à une aide de ce fonds qui « a été mobilisé de quelque 200 millions d'euros par an ces trois dernières années et sera de plus en plus sollicité en raison de l'accroissement des besoins face au changement climatique », a indiqué le ministère de la Transition écologique. De même, l'Aquaprêt de la Banque des Territoires a été étendu aux projets de prévention des inondations en 2019, en complément des subventions du fonds Barnier dans le cadre des PAPI.

 
En Vendée ou dans la Somme, le littoral recule de 50 cm à 1,5 m par an. D'ici la fin du siècle, près de 50 000 logements pourraient être menacés.  
Élisabeth Borne
 
Le ministère de la Transition écologique va également accompagner neuf sites, notamment à Marseille (Bouches-du-Rhone), Dax (Landes) et Vernon (Eure), pour réduire le risque d'inondations. « Une équipe d'architectes, d'urbanistes et d'ingénieurs va venir prêter main forte aux élus pour rendre des quartiers entiers plus résilients », a indiqué la ministre.

Lutter contre l'érosion côtière

Afin de lutter contre l'érosion côtière, le ministère va aussi accompagner sept autres territoires pour les aider à « recréer des dunes, des forêts, des prairies » et ainsi mettre en œuvre « ces solutions fondées sur la nature », a ajouté Mme Borne. La ministre a rappelé que 20 % de notre façade maritime est concernée par le recul du trait de côte. « En Vendée ou dans la Somme, le littoral recule de 50 cm à 1,5 m par an. D'ici la fin du siècle, près de 50 000 logements pourraient être menacés », a-t-elle prévenu.

Le Gouvernement prévoit, à « court terme », d'interdire les nouvelles constructions dans les zones exposées à un risque d'érosion. « À plus long terme », un nouveau permis de construire sera créé pour ces espaces menacés. « Il autorisera seulement les constructions non pérennes et démontables », a expliqué la ministre. De même, est étendue l'obligation d'informer les futurs acquéreurs ou locataires dans les zones soumises au recul du trait de côte. « Nous créons une obligation d'information transparente et objective, pour que les acheteurs ou locataires soient informés du risque d'érosion, comme ils le sont aujourd'hui pour les inondations », a souligné Mme Borne. L'obligation d'information acquéreur-locataire sera étendue aux zones délimitées par la cartographie locale d'évolution du trait de côte. Ce dispositif sera modifié pour fournir ces informations au moment de la signature de la promesse de vente.

Un arrêté pour protéger le Mont-Blanc

Parmi les mesures annoncées par la ministre en faveur de la biodiversité, le Mont-Blanc, qui est un site classé, sera davantage protégé par l'entrée en vigueur d'un arrêté préfectoral de protection des habitats naturels. « Ce nouveau dispositif, créé par la loi Biodiversité, reconnaît l'importance d'un territoire en tant qu'habitat d'espèces naturelles et donc donne des moyens supplémentaires de sanctions pour ceux qui portent atteinte à la nature de ce site », a souligné Mme Borne. « Demain, avec le déplacement du président de la République (dans les Alpes, ndlr), ce sera l'occasion d'acter une nouvelle protection du sommet du Mont-Blanc », a-t-elle ajouté.

D'ici 2022, 30 % du territoire français sera aussi sous le statut d'aires protégées, sur terre comme en mer. Et 10 % sera placé « sous protection forte ». La ministre a notamment cité la création de quatre parcs naturels régionaux, du Mont Ventoux, du Doubs-Horloger, de la baie de Somme-Picardie maritime et de Corbière-Fenouillède.

20 mesures écologiques pour les 2,4 millions d'agents de l'État

   
   

Enfin, le Conseil de défense écologique a validé un plan de vingt mesures écologiques, déployées au cours de l'année 2020, pour les 2,4 millions d'agents publics de l'État. « En rendant obligatoires 20 mesures concrètes pour des "Services publics écoresponsables", nous répondons à leur désir de faire de la puissance publique un accélérateur concret de la transition écologique », a mis en avant la ministre. Les mesures vont de l'installation de 500 bornes de recharge électrique d'ici fin 2021, à la réduction d'utilisation de l'avion pour les déplacements professionnels, en passant par l'interdiction de l'achat de chaudières au fioul. Dès juillet prochain, chaque agent de la fonction publique d'État se rendant au travail à vélo ou en covoiturage pourra, en outre, bénéficier d'un « forfait mobilité durable de 200 euros par an ». Sera aussi interdit, à partir de juillet, tout objet en plastique jetable dans « tous les services de l'État ».

Réactions6 réactions à cet article

 

en captant 10% des inondations on n'aurait plus jamais de sécheresse ... la répartition des pluies est la suivante : 60% pour la végétation (évapotranspiration) 10% d'évaporation et 30% de ruissellement interne et externe !
Quand une rivière rejette plus de 30% des précipitations du bassin versant, ça veut dire que la végétation n'aura pas assez d'eau, donc le cycle sera coupé, donc le bassin versant va se vider et les rivières seront sèches ...

dans les Deux Sèvres nous en sommes à la troisième période d'inondations; au niveau de Niort le bassin versant fait 1070 km2, annuellement il reçoit 900 millions de m3 de pluie (861mm, moyenne des précipitation de 1981 à 2010), d'après le site vigiecrue.fr : depuis le 18 10 2019, la Sèvre a déjà évacué 400 millions de m3 d'eau douce vers la mer et ce n'est pas fini !
On va atteindre les 50% de rejet en mer alors qu'il ne faudrait jamais dépasser les 30%, aujourd'hui on sait déjà qu'on sera en déficit d'eau l'été prochain.

Les crues excessives de l'hiver préparent les sécheresses de l'été, c'est pourquoi il est urgent de capter tous les ruissellements pour prévenir les inondations, éviter les pollutions et garder de l'eau pour l'été. Sinon on alterne inondations et sécheresses ce qui est fatal pour la biodiversité des sols (donc aux insectes et donc aux oiseaux ... ) et la continuité écologique des cours d'eau.

laurent | 13 février 2020 à 09h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,

Il serait temps que le gouvernement se rende compte qu'il faut développer les bonnes idées pour protéger nos côtes, et les 400 000 km de littoraux au monde. Il existe des méthodes efficaces:

De plus, ces techniques moins polluantes que celles utilisées aujourd'hui permettent "en même temps" de créer des néo-habitats dans les zones artificialisées (ports, champs d'éoliennes ...).

Mais quand écoutera-t-on les scientifiques ?

Sincèrement
Daniel

Daniel | 13 février 2020 à 09h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bon, ben c'est comme d'hab': des grands discours ("mener une politique écologique massive et concrète") et..... des mesurettes!

adjtUAF | 13 février 2020 à 09h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonsoir ! "" l'adaptation des territoires aux conséquences du dérèglement climatique"", est ce à dire qu'il faille s'installer durablement dans les situations de dérèglement climatique sans cohérence avec les activités agricoles ? ne faut-il pas s'intéresser aux mesures tendant à atténuer ces effets par l'augmentation des superficies forestières au sud de la mer Méditerranée jusqu'à les ramener à 25% des territoires émergés ? pourquoi pas amener les responsables regarder du coté de la création de puits de carbone au sud de la mer Méditerranée sachant que les dérèglements climatiques ne connaissent pas de frontières. A+

DAOUD | 13 février 2020 à 19h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

en réponse à DAOUD : si on reboisait entièrement la France aujourd'hui il faudrait attendre 30 ans pour commencer à voir les effets ... on sera tous morts avant ! il n'y a pas que le bilan carbone, c'est surtout le bilan hydrique des forets qui est important : 10% d'évaporation et 60% d'évapotranspiration (pour les feuillus) ! Les pluies continentales proviennent à 70% de l'évapotranspiration, autrement il ne pleut pas sur des terrains secs (comme au Saraha) ! Toute surface végétales qui transpirent l'été et bonne pour le climat ! et un végétal vivant protège la biodiversité des sols !
Il faut végétaliser un maximum de surfaces (villes et campagnes) au rythme des forets de feuillus, donc vert l'été !

laurent | 14 février 2020 à 12h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonsoir ! M Laurent avec tous mes respects, sacher cher Monsieur que le Sahara était habité par une flore où vivait une faune dans un milieu de savanes. Il y a une cinquantaine d'année, au Sud de la Mer Méditerranée tous s'énorgueillaient de l'expression ""les quatre saisons''". depuis ces temps la sonnette d'alarme était tiré, voilà qu'aujourd'hui vous nous sortez l'handicape du temps pour écarter un début de solutions et que toute suggestions n'ont aucune chance d'aboutir.
avez-vous été touché par les dernière inondations ?
le reboisement par la création de puits de carbone, reconsidérez-vous de superflus. si c'est le cas par quel moyen penserez-vous faire atténuer les effets des dérèglements climatiques dont notre planète souffre ? si vous êtes intéressé vous adresserons une documentation suggestive sur ce sujet preparé Janvier 2001 susceptible d'actualisation compte tenu de la perception de la problématique actuelle A+

DAOUD | 14 février 2020 à 21h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager