Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Montagne d'or : l'exploitant annonce avoir optimisé son projet

Aménagement  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
Montagne d'or : l'exploitant annonce avoir optimisé son projet

Dans un communiqué daté du 1er septembre, Orea Mining, qui détient 45 % de la joint-venture Montagne d'or, se dit heureuse d'annoncer « une conception de projet optimisée » avec « une réduction remarquable de l'impact environnemental ». Une annonce qui jette le trouble parmi les opposants à ce projet de mine aurifère en Guyane alors que le Conseil de défense écologique du 23 mai 2019 avait déclaré le projet incompatible avec les exigences de protection de l'environnement.

« Ne nous y trompons pas, il s'agit bien là d'une opération de communication d'Oréa Mining en vue de rassurer ses partenaires », réagit le collectif Or de question opposé aux mines industrielles dans la forêt guyanaise. « La crise climatique et l'extinction massive de la biodiversité à laquelle nous faisons face doit nous imposer des choix de société », rappelle le collectif. Celui-ci met en regard les besoins essentiels en or, qui peuvent être couverts grâce au recyclage, avec le besoin vital de protéger la forêt amazonienne.

Dans un courrier au président de la République et à la ministre de la Transition écologique, le député Matthieu Orphelin demande de son côté une clarification. « Pouvez-vous nous confirmer que ce projet est définitivement abandonné ? Il en va de la crédibilité de la France à garantir la préservation de la biodiversité et à respecter les annonces fortes que votre gouvernement avait faites du ce sujet », écrit le parlementaire. Il réclame cette clarification à l'occasion du discours d'ouverture du congrès de l'UICN ce vendredi 3 septembre.

En juillet, la cour administrative d'appel de Bordeaux a toutefois rejeté l'appel du ministre de l'Économie contre le jugement de première instance qui avait relancé le projet. L'impact direct des travaux d'exploitation sur l'environnement ne peut être opposé, « au regard des dispositions actuellement en vigueur du code minier », à la prolongation d'une concession minière, a jugé la cour. La réforme du code minier est cependant engagée par la loi climat et résilience promulguée le 22 août. Grâce aux mesures qui permettront de refuser un titre minier pour des raisons d'enjeu environnemental majeur et grâce à la rétroactivité introduite, « nous espérons gagner en justice sur Montagne d'or », avait déclaré Barbara Pompili. « Feront-elles obstacle au projet ou est-ce encore de la poudre aux yeux ? », s'interroge toutefois Or de question.

Réactions1 réaction à cet article

 

"Photo d'illustration" très parlante !

Pégase | 13 septembre 2021 à 22h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Kartotrak, logiciel pour la caractérisation des sites et sols pollués Geovariances