Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pesticides et cancers de la prostate : avis favorable de la Commission des maladies professionnelles

Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Le 12 octobre 2021, la Commission supérieure des maladies professionnelles en agriculture (Cosmap) a rendu un avis favorable à la création d'un tableau de maladie professionnelle pour le cancer de la prostate en lien avec les pesticides.

« En 2013, nous savions déjà qu'il y avait une présomption forte entre le cancer de la prostate et les pesticides. Depuis, de nombreuses études (Inserm 2021, Anses, Agrican, divers études scientifiques) sont venus réaffirmer le lien entre pesticides et santé, montrant ainsi la nécessité de créer un tableau de maladie professionnelle », expliquent huit associations et syndicats, parmi lesquels Phyto-Victimes, la Coordination rurale et la Confédération paysanne. Ces organisations demandent au gouvernement de signer le plus rapidement possible le décret de création du tableau, l'avis de la Cosmap n'étant que consultatif. Elles réclament cette création pour toutes les expositions aux pesticides avec un délai d'exposition de cinq ans et un délai de prise en charge de quarante ans.

En juillet dernier, l'Agence de sécurité sanitaire (Anses) avait conclu à la nécessité de créer un tel tableau au vu de l'ensemble des éléments scientifiques disponibles. Des études épidémiologiques ont en effet identifié l'exposition aux pesticides organochlorés comme causes probable du cancer de la prostate. La création d'un tableau de maladie professionnelle permettrait d'établir une présomption d'origine professionnelle de la maladie et de faciliter ainsi l'indemnisation. Seuls trois cas de cancers de la prostate associés à une exposition aux pesticides ont été reconnus entre 2011 et 2018, avait révélé l'Anses. La création du tableau profiterait notamment aux victimes du chlordécone, insecticide organochloré utilisé dans les bananeraies aux Antilles, et permettrait de donner suite aux annonces qu'Emmanuel Macron a faites, en septembre 2018, lors d'un déplacement en Martinique.

Réactions1 réaction à cet article

 

Sage et nécessaire décision. Reste à voir si elle sera bien suivie d'effets et à partir de quand, le lobbyisme agro-industriel étant très fort pour faire en sorte que tout bouge pour que rien ne bouge...
La photo d'illustration est très parlante : l'agriculteur traite en tenue de cosmonaute pour se protéger au mieux des effets toxiques du produit qu'il pulvérise, ce qui est un progrès pour sa santé, tandis qu'on voit en arrière plan des habitations où, là, les riverains sont tout autant exposés mais sans aucune mesure de protection. Dérives d'aérosols toxiques et dérives d'un système agro-industriel qui oppose productivisme et santé des populations.

Pégase | 22 octobre 2021 à 09h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

EcomZen 2 / EcomLite 2 : stations connectées pour la surveillance de la QAI Pollutec 2021