En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Borloo présente son plan de développement des énergies renouvelables

Le ministre d'Etat a présenté un plan en 50 mesures pour développer les énergies renouvelables. L'objectif est d'économiser 20 millions de tonnes de pétrole par an d'ici 2020 et de parvenir à 23 % d'EnR dans la consommation énergétique nationale.

Gouvernance  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
   
Borloo présente son plan de développement des énergies renouvelables
© Thorsten Ulbricht
   
Pendant un an, j'ai répété une phrase idiote : « Nous sommes entrés dans l'ère de la rareté » ! En réalité, aujourd'hui, l'enjeu est de passer de la rareté à de multiples abondances. (…) Dans le monde entier, nous avons la capacité de produire l'énergie dont nous avons besoin localement. Le vrai changement de paradigme réside dans l'idée d'aller vers un mix énergétique adapté au territoire, commentait Jean-Louis Borloo, lors de la conférence inaugurale de la semaine des énergies renouvelables qui se déroule actuellement et parallèlement au SIREME, le salon international des énergies renouvelables et de la maîtrise de l'énergie dans le quartier de la Défense, à Paris. La France a pris du retard dans ses capacités industrielles parce que nous bénéficions d'un climat tempéré et que nous avions l'énergie nucléaire. Aujourd'hui, deux décisions ont été prises : lancer un énorme plan de réduction des besoins énergétiques du bâtiment et un plan de développement des énergies renouvelables.
C'est ce dernier qu'a présenté le ministre d'Etat lundi à la presse. Cinquante mesures visant à doubler d'ici 2020 la part des énergies renouvelables, soit atteindre 23 % de l'énergie consommée comme indiqué dans l'objectif assigné à la France par le plan de lutte contre le réchauffement climatique de l'UE. Nous devons multiplier par 400 nos capacités photovoltaïques actuelles, par 12 celles de la biomasse et de la géothermie et par 10 celle des éoliennes, a résumé Jean-Louis Borloo.
Nous avons un plan dont certains aspects sont relativement nouveaux et positifs, même si pour certaines filières les choses sont moins claires, a commenté André Antolini, président du Syndicat des énergies renouvelables, à l'issue de la conférence.

Fonds chaleur renouvelable : création en 2009

La création d'un fonds chaleur était l'un des engagements du Grenelle de l'environnement. Demandé par les professionnels depuis des années selon André Antolini, il devrait enfin voir le jour en 2009. Doté d'un milliard d'euros sur 3 ans, ce fonds est destiné à soutenir la construction de chaufferies collectives utilisant des sources d'énergies renouvelables (bois, solaire, biogaz, géothermie…). L'objectif est de soutenir la production de 5,5 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) supplémentaires d'ici 2020, soit plus du quart de l'objectif fixé par le Grenelle de l'environnement en matière d'énergies renouvelables (20 Mtep supplémentaires). Le fonds devrait assurer aux collectivités et entreprises une rentabilité des investissements en garantissant, grâce aux aides financières, que la chaleur renouvelable sera vendue à un prix inférieur de 5 % à celui de la chaleur produite à partir d'énergies fossiles. Pour les particuliers, le but est d'atteindre deux millions de foyers chauffés par le sous-sol d'ici à 2020.

Energie solaire : des mesures ambitieuses

Le solaire photovoltaïque est largement soutenu notamment avec le lancement d'un appel d'offre, dès la fin de l'année 2008, pour la construction d'ici 2011 d'au moins une centrale solaire par région. La mesure table sur une puissance cumulée de 300 MW.
Enfin, le gouvernement semble donner priorité à l'intégration du solaire photovoltaïque au bâti en confirmant le tarif de 55c€/kWh, pour les installations de petites surfaces. Un tarif spécifique de 45c€/kWh est créé pour les installations photovoltaïques sur les bâtiments professionnels.

Les démarches administratives et fiscales pour les particuliers devraient être simplifiées. Les dispositions en faveur des particuliers sont très positives, note le président du SER. Le maintien du tarif pour l'intégration au bâti est prévu, le crédit d'impôt est maintenu, le statut fiscal est simplifié… Concernant les grands investissements industriels, ils dépendront des tarifs d'achat fixés. Nous espérons qu'il y aura matière à conforter ces investissements. Il reste encore des réglages à faire. On sait tous que le diable se cache dans les détails…

Eoliennes : des procédures administratives à clarifier

La filière éolienne n'est pas en reste. La France devrait être dotée d'un parc de 8.000 éoliennes à l'horizon 2020, soit une multiplication par 10 de la puissance par rapport au parc actuel. Mais face aux nombreuses critiques dont font l'objet les éoliennes, le gouvernement souhaite un développement à haute qualité environnementale>. Autrement dit, le schéma d'implantation des éoliennes doit éviter un mitage du territoire, prévenir les atteintes aux paysages, au patrimoine et à la qualité des riverains. Cela devrait passer par la construction de parc de taille plus importante que celle des parcs actuels.
L'idée de classer dans le régime ICPE (installations classées pour la protection de l'environnement) les éoliennes semble abandonnée, au profit d'un encadrement réglementaire ad hoc selon le ministre d'Etat. Cette phrase sibylline dans les textes ne nous donne pas de détails sur la législation à venir. L'environnement actuel [NDLR: les nombreuses critiques faites aux éoliennes] est plutôt enclin à l'inquiétude, juge André Antolini.
Les niveaux d'achat de l'électricité éolienne (8,2c €/kWh) est confirmé jusqu'en 2012. Un nouvel arrêté d'achat devrait être publié dans les prochains jours.
En ce qui concerne les éoliennes en mer, les procédures administratives devraient être simplifiées. Les ZDE (zone de développement de l'éolien), créées pour les éoliennes terrestres, ne devraient plus être appliquées à l'offshore. Un schéma de planification est en cours de développement aujourd'hui. Aussi le président du SER déclare attendre une meilleure lisibilité de la volonté politique et des procédures simplifiées.

Réactions16 réactions à cet article

 
développer l'éolien en alourdissant les contraint.

Un discours officiel annonçant le développement de l'éolien, très bien! mais en multipliant les contraintes cherchez la cohérence! Si M Borloo veut augmenter la taille minimum des parcs,cela ne va pas favoriser leur acceptation locale, dans certaines régions comme la Bretagne il sera impossible de trouver l'espace pour des parcs de 10 machines , cela supprimera la possibilité de parcs développés localement et financés localement, déjà extrèmement rares actuellement ( exemple d'Eoliennes en Pays de Vilaine). Comment peut on s'engager dans des procédures longues et coûteuses, si les réglementations se complexifient tous les deux ans?
Des petits parcs sont beaucoup mieux acceptés par les riverains, si les paysages sont modifiés, est ce pire que par les centaines de milliers de relais téléphoniques ou les lignes THT?

vent d'ouest | 17 novembre 2008 à 23h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:développer l'éolien en alourdissant les contra.

ce qui est sur c'est que cela va contre la démocratisation de cette energie puisqu'elle va se concentrer sur les gros producteurs; au détriment de certaines communes par exemple.Une concertation est nécessaire avant toute implantation mais ce type de réformes annoncées ressemble a un frein porté au développement de l'eolien sous la pression d'organisation qui n'ont d'ecologiste que le nom !!

lio | 18 novembre 2008 à 11h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 
les credits d'impots en question

recemment, plusieurs personnes se sont vu retirer leur credit d'impot pour la simple raison : ils avaient achete eux memes leur materiel ( capteurs, poele etc ... )

Meme en le faisant installer par un professionnel agree qualisol, ca ne marche pas .

La dérive est évidente : cette obligation de passer par l'installateur pour etablir une facture du materiel, fait que le prix du materiel est doublé fréquemment .
Au bout du compte, c'est l'installateur qui bénéficie du credit d'impot . Et le particulier paiera plein pot, alors que l'aide justement devait lui revenir .

Le comble c'est qu'il devra faire l'avance de ce credit d'impot à l'installateur, et ne sera remboursé qu'au bout d'un an .

La solution : très simple : le particulier devrait pouvoir choisir et acheter lui meme le materiel soumis au CI .

Libre a lui d'installer lui-meme le materiel, autoconstruction pour les plus modestes, ou de le faire faire par un professionnel .

Pour cela, la situation actuel de ce dispositif d'impot est contre-productive .

jakez22 | 19 novembre 2008 à 09h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Energie marine.

Bonjour,
Fervent partisan de la récupération de l'énergie marine ( vagues et houle), je suis très déçu que cette question n'ait pas été évoquée par le Ministre.
En se focalisant sur le photo voltaïque et l'éolien ,il néglige les considérables possibilités que nous offrent nos larges façades maritimes, ce qui accentue le retard que la France a accumulé en ce domaine face à la GB (Écosse),l'Espagne,le Portugal ,.....
A Montpellier, le prochain salon Energaïa fait aussi l'impasse sur l'énergie marine .Désolante cette désinvolture du Conseil régional qui aurait pu marquer sa différence.
Mais qu'attendre des politiques qui ont une courte vision des choses....

critico | 20 novembre 2008 à 09h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 
En quoi une PAC est une énergie renouvelable?

Je ne comprends pas pourquoi une PAC, fût-elle géothermique, est classée dans les énergies renouvelables alors qu'elle fonctionne à l'électricité (si l'on veut bien écarter les PAC solaires à absorption qui restent anecdotiques)? Qu'une PAC génère des économies d'électricité est un fait, mais, il n'y a rien de renouvelable là-dedans, pas plus que d'utiliser un convecteur électrique.

La PAC reste à démocratiser et à fabriquer en grande série pour espérer équiper 2 millions de foyers français d'ici 2020 et ce ne sont pas les réductions ou les crédits d'impôts (comme le dit si justement "jakez22") qui feront baisser les coûts. Les effets pervers qui consistent à augmenter les marges à tous les niveaux intermédiaires sous prétexte de crédits d'impôts pour le client final sont un véritable frein au développement des PAC et une gabegie financière, à mon avis. A l'heure où les voitures ont peine à se vendre, pourquoi ne pas réorienter et diversifier ces industries vers une production de masse de PAC, de panneaux solaires, de CESI, de capteurs photovoltaïques,de moteurs Stierling,d'onduleurs etc, dans le but de rendre ces technologies accessibles au plus grand nombre et atteindre des temps de retour raisonnables, de l'ordre de 5 à 7 ans maximums.

Comme il y a eu la voiture du peuple, créons la PAC et les énergies renouvelables du peuple, même si le rendement doit en pâtir! Car enfin, à trop en vouloir, on risque de ne rien avoir du tout. Ne vaut-il pas mieux équiper plusieurs millions de foyers avec des appareils moins performants que d'en équiper quelques centaines de milliers avec le top?

La question est posée!

Georges | 20 novembre 2008 à 13h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Energie marine.

Cher énergie marine,

auriez-vous l'amabilité de me transmettre les liens éventuels sur les procédés mis au point à l'étranger autour de cette énergie "neptunienne"...

Frogie, propriétaire de chambres d'hôtes et sympathisant des actions developpement durable en zone Natura 2000; une de nos filles est à l'Agro Montpellier; nous avons aussi vécu en bord de mer, lieu-dit les Aresquiers (Vic et Frontignan)

frogie | 21 novembre 2008 à 10h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:En quoi une PAC est une énergie renouvelable?

Ca devient effectivement fatiguant que les PAC électriques (qu'elles soient aérothermiques, géothermiques, sur nappe...) soient classées dans les énergies renouvelables...

Si les PAC électriques sont classées dans les énergies renouvelables, alors il faut qu'on compte la climatisation dans la production de froid renouvelable, et les frigos et les congélos également. Wahou, du coup en fait on en produit déjà plein des énergies renouvelables!

Si même le MEDADD s'y met, en comptant la production des PAC dans les ENR, on se demande où on va...

Ca pompe... | 21 novembre 2008 à 11h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:En quoi une PAC est une énergie renouvelable

Les lois physiques et thermodynamiques permettent qu'avec 1 KW/H d'énergie électrique de consommation d'une PAC on puisse aller récupérer dans l'air exterieur 3 KW/H d'EnR gratuite, pour restituer (3+1)= 4 KW/H d'énergie thermique de chauffage.
Tout comme un chauffe eau électro-solaire ( CESI) qui couvre 70 % des besoins annuels par des EnR, nécessite 30% d'énergie électrique d'appoint ce qui donne un résultat environemental presqu'aussi intéressant qu'une PAC (qui comme on l'a vu un peu avant n'a un recours à l'électricité que pour 25% de l'énergie qu'elle assure).

ours blanc | 21 novembre 2008 à 15h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:En quoi une PAC est une énergie renouvela

Ours blanc, les lois physiques doivent plutôt parler de kWh que de KW/H...Sinon changez de bouquin de physique.

L'énergie qu'on récupère dans l'air extérieur n'est pas gratuite! (même raisonnement : le vent est gratuit, mais l'électricité éolienne n'est pas gratuite, certains disent même qu'elle est beaucoup trop chère...). Il faut raisonner en coût global et diviser le nombre de kWh thermique produits sur la durée de vie de l'installation sur les dépenses totales(investissement, énergie de fonctionnement, voire entretien, etc...).

Dire qu'une PAC produit 3kWh de chaleur par kWh électrique consommé, c'est oublié qu'il a fallu 3kWh de chaleur dans la centrale pour produire 1 kWh électrique (principe de Carnot)

Une climatisation (ou un frigo) consomme 1 kWh d'électricité pour produire 3kWh de foid. Vous pouvez mettre en avant la même théorie, "la clim puise la fraîcheur gratuite contenue dans l'air extérieur". C'est absolument absurde, il n'y a rien de renouvelable là-dedans.

Les PAC électriques sont des chauffage électrique, plus économes que les convecteurs électriques (COP de 3 contre COP de 1). Avec la même quantité d'électricité, on peut donc chauffer 3 maisons avec une PAC là où on n'en chauffe qu'une avec des convecteurs électriques. C'est donc une question d'efficacité énergétique et non de renouvelabilité de la ressource qui produit l'électricité.

Et en termes d'efficacité énergétique, c'est facile de se comparer aux convecteurs électriques, (plus mauvais élève en la matière). Si on compare à une chaudière gaz, en énergie primaire, la consommation d'une PAC est grosso modo similaire.

Si l'électricité qui sert à faire tourner la PAC ets d'origine fossile, le kWh thermique produit par la PAC aura un contenu CO2 grosso modo similaire à une chaudière gaz.

L'enjeu de la PAC est principalement la substitution des énergies fossiles par le nucléaire en France (via les PAC).

Ca pompe... | 21 novembre 2008 à 15h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:En quoi une PAC est une énergie renouv

Je laisserai aux lecteurs de nos échanges l'intéret de votre remarque sur l'aspect scriptural des KW/H.
Cependant vous m'avez beaucoup intéressé en m'apprenant que l'énergie que l'on récupérait dans l'air extérieur n'etait pas gratuite.
Sauf ne pas avoir tout bien suivi, j'avais cru qu'il y avait d'une part une alimentation électrique d'une PAC pour laquelle il était nécessaire de prévoir une consommation et des frais annexes (maintenance, controles d'étanchéité, etc.)et ensuite un prélèvement thermique qui se produisait par différence de température sur la batterie d'évaporation de la PAC, ce prélèvement s'effectuant sur une source d'EnR thermique d'origine solaire contenue dans l'air extérieur, pour moi réputée gratuite.
Ensuite s'agissant des rendements énergétiques de production et de transport d'électricité, que je sache les PAC à chaleur utilisent la meme électricité qu'utilisent les appoints des CESI ou celle avec laquelle vous vous éclairez et vous faites marcher vos télé, PC et jeux vidéos, mais était ce vraiment important de parler de ces 2,58 dans le contexte que je développais ?

Dans nos soucis d'expression il faut rester ouverts et constructifs, nous devrons etre capables de proposer des solutions pour demain. Je pense personnemllement que c'est trés bien que vous connaissiez la notion de cout global, mais dans le contexte de mon message je n'avais pas pensé que cette évocation présentait le moindre intéret là encore.

OURS BLANC | 21 novembre 2008 à 19h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 
l'autonomie

Il est certain que tant et aussi longtemps qu'il y aura soif de pouvoir, il n'y aura jamais égalité. Il faut viser sur l'autonomie et non, sur les mégas projets dont les buts principaux sont de prendre l'argent des contribuables. Que voulez-vous qu'un pauvre fasse avec un crédit d'impôt alors qu'il a peine à se nourrir. Chaque toiture, chaque mur orienté vers le soleil, chaque endroit où le vent est présent sont des formes d'énergies. Pensez aux éoliennes verticales que l'on devrait installer sur chacun des toits, là ou le vent le permet, de chacune des résidences de la planète, de tous les toits où l'on devrait prévoir des systèmes solaires. Pensez la création de millier d’emplois en bâtiments pour l'installation de ces systèmes, à la formation dans les écoles. En plus à tous ces jeunes qui se sentiront valoriser par ces projets vraiment écologiques.
Je crois que les gouvernements qui sont dirigés par les compagnies et ces mêmes compagnies, ne veulent simplement pas l'autonomie des gens. L’écologie passera un jour ou l’autre par l’autonomie, et s’il n’est pas déjà trop tard il nous faut agir très vite.

Anonyme | 22 novembre 2008 à 14h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 
PAC, géothermie, nucléaire

On peut dire que la géothermie "haute" température est une énergie renouvelable (ENR)! Avec une température importante la Pompe à chaleur (PAC) n'est pas nécessaire.
Avec de la géothermie base température, il faut une PAC ... seule une partie de l'énergie est alors renouvelable, tout dépend aussi de l'origine de l'énergie qui actionne la PAC ! Côté rendement, il semblerait qu'il soit préférable de se chauffer directement avec la chaleur des centrales thermiques (nucléaires ou fossiles) plutôt qu'avec une PAC "électrique", à la difficulté près qu'un réseau de chaleur est assez différent d'une ligne électrique.
A la réflexion je me pose quelques questions :
Le meilleur choix écologique correspond-il à l'intérêt des vendeurs de PAC?
Que dire de la dépendance vis-à-vis du fournisseur de l'électricité alimentant la PAC ?
Une autre source d'énergie mécanique serait-elle envisageable pour faire tourner une PAC (moteur à gaz, à pétrole, etc.)?
Comment amener les gens à raisonner globalement? : examiner tous les investissements, la PAC, mais aussi pour la production d'électricité, comparer les différentes solutions énergétiques, voir le coût global dans la durée (investissement et fonctionnement)

Raphaël | 24 novembre 2008 à 01h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:l'autonomie

Bien vu.Heureux de constater qu'il y a des personne lucide sur cette terre. Merci

sémaphore | 24 novembre 2008 à 08h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Re:Re:Re:Re:En quoi une PAC est une énergie ren

>Je laisserai aux lecteurs de nos échanges l'intéret de votre >remarque sur l'aspect scriptural des KW/H.

Il ne s'agit pas d'une remarque scripturale anodine ... car il existe une différence fondamentale entre les kWh [une unité de mesure de la puissance dans le temps en milliers (petit k) de watts (grand W) multipliés (pas de barre, éventuellement un point) par des heures (petits h)] et les KW/H [une température exprimée en degrés kelvin (grand K) multipliée par une puissance en watts(grand W) divisée par une constante non précisée (grand H).

et oui, malheureusement les conventions d'écritures permettent de donner du sens aux abréviations scientifiques ;)

my 2c

Sam | 24 novembre 2008 à 18h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:PAC, géothermie, nucléaire

Une PAC n'est pas classable, à mon sens ,dans les énergies renouvelables. C'est un matériel électrique qui offre un intérêt si il remplace un CHAUFFAGE électrique (le plus grand consommateur d'énergie primaire). En dehors de cette situation sa production n'offre pas un bilan vraiment intéressant..

Anonyme | 27 novembre 2008 à 19h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:l'autonomie

Dans la même direction :
Le contrôle de l'énergie est un outil de pouvoir...c'est pourquoi
on nous annonce des CENTRALES photovoltaïques ou éoliennes...
En centralisant la production le pouvoir a toujours un compteur et un robinet!
Silence tonitruant sur le solaire thermique (chauffage ou eau chaude)qui ne peut pas être contrôlé...et, bien sûr, les petites éoliennes verticales faciles à caser près des habitations et qui évitent les pertes en ligne du réseau "interconnecté"

Anonyme | 27 novembre 2008 à 19h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager