En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La transition écologique oubliée dans le troisième budget rectificatif selon les ONG

Crise économique oblige, le ministre de l'Économie a présenté, le 10 juin, le troisième collectif budgétaire de l'année. Si l'exécutif assure verdir son plan de soutien aux secteurs en difficulté, plusieurs ONG dénoncent une impasse sur l'écologie.

Gouvernance  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
La transition écologique oubliée dans le troisième budget rectificatif selon les ONG

« Face à la brutalité de la crise, la France a apporté une réponse rapide massive et efficace. Nous avons mis sur la table 460 milliards d'euros (Md€), soit 20 % de notre richesse nationale pour protéger les entreprises et les salariés », a déclaré Bruno Le Maire ce 10 juin devant la commission des finances de l'Assemblée nationale. Quelques heures avant, le ministre de l'Économie avait présenté le troisième projet de loi de finances rectificative (PLFR 3) de l'année en Conseil des ministres.

Les plans de soutien aux secteurs les plus touchés par la crise visent à soutenir la demande, la trésorerie des entreprises, accélérer leur numérisation, mais aussi « encourager l'innovation et décarboner notre économie », assure le locataire de Bercy. Plusieurs ONG dénoncent, de leur côté, l'absence de contreparties écologiques et sociales fortes dans les soutiens accordés, de même que la faiblesse des financements consacrés à une nécessaire accélération de la transition écologique.

Stratégies conformes à l'Accord de Paris

Alors qu'une récession de -11 % est prévue pour 2020 et que Bruno Le Maire fait un parallèle avec la crise de 1929, ce dernier annonce le renforcement des dispositifs d'urgence en faveur des salariés et des entreprises pour atteindre 31 Md€ pour l'activité partielle et 8 Md€ pour le fonds de solidarité pour les très petites entreprises. Le projet de loi prévoit également une exonération de cotisations sociales patronales pour un montant de 3 Md€, ainsi que des remises pour les petites entreprises ayant subi une perte d'activité supérieure à 50 %. « Toutes les entreprises pourront par ailleurs bénéficier d'étalement exceptionnellement long, jusqu'à 36 mois, pour payer les cotisations reportées », annonce aussi le Gouvernement.

« Accorder des financements pour payer des salaires et éviter que la crise sanitaire se transforme immédiatement en crise sociale paraît essentiel. Il est cependant déconcertant que le Gouvernement priorise la sauvegarde des activités des secteurs polluants tout en communiquant sur des améliorations environnementales », réagit le Réseau Action Climat (RAC) qui fédère 32 associations. Ce dernier demande que les grandes entreprises soient soumises à des stratégies climatiques conformes à l'Accord de Paris, assorties de sanctions (remboursement de l'aide + amende + interdiction de verser des dividendes) en cas de non-respect.

Éco-conditionnalités limitées

Le PLFR 3 prévoit également le financement des plans de soutien sectoriels annoncés par le Gouvernement : 15 Md€ pour l'aéronautique, 8 Md€ pour l'automobile, mobilisation de 18 Md€ pour la filière tourisme ou encore de 700 M€ pour les startups et entreprises technologiques. Le RAC dénonce l'absence de réelles contreparties. Dans l'aérien, l'ONG pointe les faibles investissements dans les avions dits « zéro carbone » et les éco-conditionnalités limitées imposées à Air France, alors que des mesures ambitieuses de réduction du trafic aérien s'imposaient selon elle. Pour l'automobile, le réseau critique un soutien au déstockage de véhicules thermiques neufs en lieu et place d'une nécessaire réforme de la fiscalité automobile permettant d'accéder à d'autres solutions de mobilité.

« On continue à faire pleuvoir de l'argent public en mettant sur la table des plans de relance massifs en faveur d'industries climaticides, comme l'automobile et l'aérien, sans rien exiger de concret en retour pour faire baisser les émissions de gaz à effet de serre », résume Clément Sénéchal, porte-parole politiques climatiques de Greenpeace France.

Flécher les investissements des collectivités

Le vaste plan de soutien du Gouvernement ne s'adresse pas qu'aux entreprises mais vise également les collectivités territoriales pour un montant de près de 4,5 Md€. Un milliard d'euros supplémentaires, à travers la dotation de soutien à l'investissement local (DSIL), est prévu pour les collectivités qui contribuent « à la résilience sanitaire, à la transition écologique ou à la rénovation du patrimoine public bâti et non bâti ».

 
On continue à faire pleuvoir de l'argent public en mettant sur la table des plans de relance massifs en faveur d'industries climaticides, comme l'automobile et l'aérien, sans rien exiger de concret en retour pour faire baisser les émissions de gaz à effet de serre.  
Clément Sénéchal, porte-parole politiques climatiques de Greenpeace France
 
« Cette augmentation demeure très en deçà des besoins de financement », pointe le RAC, alors que les recettes des collectivités vont diminuer de 7,5 Md€ sur 2020. L'ONG réclame un fléchage vers les secteurs prioritaires de la transition écologique : rénovation énergétique haute performance, développement des énergies renouvelables et de la mobilité durable, économie circulaire, restauration bio et locale, etc. « Il serait (…) dangereux de laisser les collectivités et les services de l'État reproduire les erreurs de l'après crise de 2008 par des investissements de relance n'apportant aucun bénéfice écologique et social (construction de rocades ou de ronds-points...) », avertit aussi la Fondation Nicolas Hulot.

Lancement de grands travaux écologiques

Le RAC relève aussi l'objectif du Gouvernement de viser la croissance de la vente de biens et de services pour augmenter l'assiette de la TVA. « Il est (…) incohérent de vouloir "décarboner l'économie" (…) pour lutter contre le changement climatique, tout en cherchant à augmenter la consommation de façon indiscriminée », pointe l'ONG.

« Nous comptons sur les parlementaires pour faire porter leur voix plus loin que celle des lobbies lors de la discussion à l'Assemblée nationale, et rendre ce texte compatible avec l'urgence climatique », lance Clément Sénéchal de Greenpeace France. Un appel qui devrait être bien accueilli par les députés du nouveau groupe Écologie Démocratie Solidarité (EDS) qui a présenté ses priorités pour le PLFR 3 dès le 9 juin. Parmi celles-ci figurent le lancement de grands travaux écologiques, la reprise de la dette des agriculteurs qui se convertissent au bio, le soutien au secteur ferroviaire, ou encore l'instauration d'une réelle éco-conditionnalité des aides aux secteurs aéronautique et automobile.

Reste à voir si leurs collègues députés seront sur la même longueur d'onde lors de la discussion qui va s'ouvrir le 23 juin en commission, puis la semaine suivante en séance publique.

Réactions4 réactions à cet article

 

La transition dite "écologique" prônée par les ONG en question n'a strictement rien d'écologique. Elle coût très cher et fait des chômeurs. Donc je me réjouis de leur réaction.

Lion | 12 juin 2020 à 15h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Rien de nouveau ,ce gouvernement est , en fait , opposé à toute vision écologique de notre société . On le voit aujourd'hui à propos de finances ,mais en ce qui concerne le Droit de l'environnement ,c'est tous les jours que les mesures hostiles font surface .

sirius | 12 juin 2020 à 17h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est incroyable que ces responsables politiques n'aient pas encore compris que des mesures de relance sans contreparties environnementales vont accentuer davantage l'accélération vers de nouvelles catastrophes. Pourtant elles crèvent les yeux!Et tous les scientifiques les auront prévenus. Que d'argent dilapidé pour retourner dans les vieilles industries complètent dépassées, c'est ça la révolution à la Macron ? Pitoyable.

gaïa94 | 14 juin 2020 à 23h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il serait utile rappeler à ces sauveurs de planète professionnels que le N de ONG, c'est Non. Donc, si elles sont appelées à gouverner, comme c'est apparemment le cas dans leur ministère, elles ne sont plus des ONG, juste des partis de gouvernement.

Albatros | 15 juin 2020 à 15h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager