En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'efficacité énergétique accompagne la dynamique de croissance du plasticien Alphacan

La perspective d'une hausse de production sur son site de Sablé-sur-Sarthe a conduit le plasticien Alphacan a se lancer, avec succès, dans l'amélioration de l'efficacité énergétique de son usine. Retour sur ce projet mené en moins d'un an.

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
L'efficacité énergétique accompagne la dynamique de croissance du plasticien Alphacan

Tout commence par un groupe froid à changer. Le plasticien Alphacan qui fabrique des profilés en PVC veut changer celui de son site de Sablé-sur-Sarthe (Sarthe). Il s'agit de mettre en place un groupe froid plus puissant capable de répondre à la hausse de production prévue. En effet, le site d'extrusion sarthois va récupérer une partie de la production du site de Gaillac (Tarn). De 15.000 tonnes par an, la production va passer à quasi 30.000 tonnes par an. Pour fabriquer les profilés, le site chauffe des résines plastique, les mélange, les moule grâce à une extrudeuse et les refroidie par de l'eau à 13°C en circuit fermé. Le groupe froid assure le maintien en température de cette eau dont le débit avoisine les 600 m3 par heure.

Un projet bien plus ambitieux se dessine

La réflexion débute à l'automne 2017. "On leur a très vite proposé un projet plus ambitieux", raconte Mathias Welschbillig, directeur de CN Solutions. Le spécialiste propose alors de changer le groupe froid et de l'associer à un système de récupération de la chaleur fatale. Cette chaleur servira à chauffer les bâtiments et donc se substituera au fioul lourd utilisé traditionnellement dans la chaudière du site. "Résultat, avec cette installation, on a amélioré la distribution de froid et de chaud dans toute l'usine pour une productivité multipliée par deux". "L'enjeu était aussi de ramener la chaleur au plus près des postes de travail dans un atelier qui fait 8 à 10 mètres de hauteur sur plus 14.000 m2", précise Mathias Welschbillig. Toute la distribution des fluides a donc été revue et l'usine à été "mise sur écoute" via un système de comptage des consommations d'énergie.

Déployée en neuf mois, la solution n'a pas tardé à donner des résultats financiers significatifs : 28.000 euros d'économies de fioul et 44.000 euros d'économies d'électricité par an. En effet, plusieurs points de consommation d'électricité identifiés grâce aux compteurs ont été traités par la même occasion.

Zéro investissement pour l'industriel

La particularité du projet est d'avoir été financé à 100 % par le dispositif des certificats d'économie d'énergie (CEE) pour un montant d'1 million d'euros. CN Solutions a financé les travaux à la place d'Alphacan mais tout le matériel appartient à l'industriel. Le spécialiste de l'efficacité énergétique se rembourse après avoir valorisé les CEE sur le marché. "Au départ, j'étais plutôt incrédule car il n'y avait pas besoin d'investissements de ma part. Il devait y avoir anguille sous roche", explique Pascal Colas, directeur du site de Sablé sur Sarthe. Finalement, avec de la pédagogie, CN Solutions a très vite convaincu l'industriel de passer à l'action. Le projet a été mené dans le cadre d'un contrat de performance énergétique (CPE) sur cinq ans. CN Solutions s'est ainsi engagé sur un volume d'économies d'énergie. "Dans le cadre du CPE on rembourse à hauteur de 66 % les économies non atteinte, explique Mathias Welschbillig, confiant dans son projet. En plus, l'assiette des CEE est bonifiée car ils sont obtenus dans le cadre d'un CPE. Ça pousse à aller le plus loin possible dans les économies d'énergie."

Du côté d'Alphacan aussi on veut aller plus loin : "Aujourd'hui notre groupe froid est mieux dimensionné. On récupère sa chaleur et nous avons à notre disposition des moyens de mesure des consommations. C'est important car on peut cibler les points d'économie", se satisfait Pascal Colas. "Nous avons d'autres pistes comme changer l'éclairage, les pompes à vide ou encore isoler le bâtiment. Depuis ce projet, on a un œil plus affûté sur les économies d'énergie." Au sein du groupe Alphacan, l'expérience fait des émules. D'autres sites envisagent des travaux similaires. "La dynamique prend !", constate le directeur avec satisfaction.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager