Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Pass rail : une proposition qui suscite l'adhésion autant que les doutes

Qui financera l'abonnement à bas coût et à usage illimité pour les transports régionaux et urbains proposé par le président de la République ? La question sera au cœur des discussions qui s'ouvrent entre l'État et des Régions assez sceptiques.

Transport  |    |  N. Gorbatko
Pass rail : une proposition qui suscite l'adhésion autant que les doutes

Prendre exemple sur l'Allemagne et proposer un abonnement illimité aux usagers des trains, hors TGV : c'est la proposition faite, lundi 4 septembre, par le président de la République au micro du youtubeur HugoDécrypte. « J'ai demandé au ministre des Transports de lancer, avec toutes les Régions qui sont prêtes à le faire, le même dispositif », a indiqué Emmanuel Macron. L'intéressé, Clément Beaune espère une mise en œuvre de l'offre, l'été prochain, englobant « si possible », les transports urbains et interurbains par bus et cars, comme c'est le cas outre-Rhin.

L'idée semble excellente, au moment où Greenpeace dénonce une différence « abyssale » entre les tarifs du train et de l'avion ; le premier s'avérant deux fois plus cher en Europe que le second. « Si 83 % des Français reconnaissent l'avantage écologique du train par rapport à d'autres modes de transport, le prix reste selon eux le premier obstacle à une plus forte utilisation du train », soulignait par ailleurs le Réseau Action Climat (RAC), dans une étude publiée quelques mois plus tôt. L'ONG proposait déjà la mise en circulation d'un abonnement régional mensuel ouvrant accès à l'ensemble de l'offre de transports en commun et de train du quotidien disponible sur le territoire.

Un plus pour le report modal

La plupart des acteurs de la mobilité ou du climat adhèrent au concept. À commencer par l'association Agir pour l'environnement qui lance même une pétition pour soutenir la mesure. « Tout ce qui permet le report modal vers les transports collectifs est très important, en particulier vers le train peu polluant », résume Christiane Dupart, vice-présidente de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut). Au-delà du prix, cette dernière se montre en outre très favorable à la simplification et à l'harmonisation de l'offre. « Il est très difficile aujourd'hui de traverser la France en TER. Les tarifs sont différents d'une région à l'autre, les abonnements et les réductions ne correspondent pas... Il faut être un professionnel pour se retrouver dans cette jungle », regrette-t-elle.

 
Le président de la République a souvent de très bonnes idées, mais il faut surtout qu'il arrête d'avoir des idées avec le pognon des collectivités locales  
Franck Dhersin, vice-président de la Région des Hauts-de-France
 
Mais les choses se compliquent lorsqu'il s'agit d'entrer dans le détail, notamment dans celui du financement. « Le président de la République a souvent de très bonnes idées, mais il faut surtout qu'il arrête d'avoir des idées avec le pognon des collectivités locales », a ainsi très vite réagi Franck Dhersin, vice-président de la Région des Hauts-de-France, mardi 5 septembre, sur franceinfo. Car les Régions, responsables des transports express régionaux (TER) en tant qu'autorité organisatrice des mobilités, financent déjà une grande partie du coût des trajets, 75 % environ, et leurs recettes proviennent surtout des voyages occasionnels, sans carte de réduction. Un abonnement mensuel autour de 49 €, comme en Allemagne, ne suffira donc clairement pas à couvrir les frais.

Qui va payer ?

Afin de compenser le manque à gagner, ces collectivités attendent donc un engagement financier ferme et précis de la part de l'État, sur plusieurs années. Emmanuel Macron et Clément Beaune en conviennent, bien qu'aucun des deux n'ait encore apporté de détails sur ce sujet. Pour Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France, l'effort devrait atteindre plusieurs milliards d‘euros. En Allemagne, il sera de 2,5 milliards. Clément Beaune prévoit d'ouvrir des discussions, dès ce mois de septembre, avec les présidents de Régions et de métropoles ainsi qu'avec les maires des grandes villes. Celles-ci ne s'annoncent pas particulièrement aisées à en croire les réactions contrastées des uns et des autres, très peu enclins à flécher de nouveaux budgets vers ce projet.

D'autant plus qu'un autre écueil se profile : le risque qu'un afflux de voyageurs ne contribue à dégrader un service déjà mal en point, entraînant des pannes, des retards, voire des suppressions de trains. « Il faut que l'offre soit au rendez-vous, que le matériel et les voies soient en bon état, prévient Christiane Dupart. Or, on est loin du compte. Un gros retard a été pris dans ce domaine. » L'Allemagne en a déjà fait l'expérience. « Avant de lancer des produits d'appels comme celui-là, la priorité serait d'améliorer l'offre encore insuffisante aujourd'hui et de mieux répondre aux besoins. À savoir prévoir plus de transports, plus de fréquence, des horaires plus étendus, sur des territoires plus larges », estime-t-on à l'Union des transports publics et ferroviaires (UTP).

Des infrastructures à moderniser

En France, selon le rapport du réseau des régulateurs ferroviaires IRG-Rail, publié en avril dernier, les trains sont déjà bien plus remplis qu'ailleurs en Europe, mais leurs fréquences sont moins importantes.

Pour améliorer et moderniser les infrastructures, les besoin en financements s'avèrent très conséquents. En décembre dernier, le conseil d'orientation des infrastructures (COI) avait conclu qu'un effort sans précédent était nécessaire pour le ferroviaire, sur la période 2023 à 2027, pour passer progressivement de 2,85 milliards à 3,85 milliards d'euros par an. Les engagements de l'exécutif, à confirmer par le projet de loi de finances 2024, se montaient à 1,5 milliard pour 2024. « De plus, les annonces portaient essentiellement sur le ferroviaire et en Île-de-France. Qu'en est-il du transport urbain dans les autres territoires ? Nous appelons à plus de financements publics pour élargir l'offre », indique l'UTP, qui réclame une enveloppe supplémentaire de 300 millions d'euros.

Réactions1 réaction à cet article

 

La macronie politicienne dans toute sa splendeur! On récupère une idée portée par les associations environnementalistes en s'en attribuant la paternité tout en (l'avenir le dira mais il y a peu de doutes vu le nombre de fois qu'Il nous a fait le coup!) refusant les moyens financiers de la réaliser pour faire "porter le chapeau" aux collectivités régionales aux mains de l'opposition de droite!
Coup double électoraliste!

BIB57 | 08 septembre 2023 à 11h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Nadia Gorbatko

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]