En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Un petit pas vers la réduction des pointes de consommation d'électricité

Plusieurs propositions ont été remises à Jean-Louis Borloo pour résorber les pics de consommation d'électricité. Solutions avancées : une plus grande maîtrise de la demande énergétique et une refonte de la rémunération des ''économies d'énergie''.

Energie  |    |  Victor Roux-GoekenActu-Environnement.com
   
Un petit pas vers la réduction des pointes de consommation d'électricité
© Efbee
   
Les parlementaires UMP Bruno Sido et Serge Poignant ont remis jeudi 1er avril au ministre chargé de l'énergie Jean-Louis Borloo le rapport 1 du groupe de travail qu'ils ont présidé, consacré à la gestion de la pointe de consommation d'électricité.

Un important enjeu énergétique et climatique

Le sujet s'est récemment imposé comme enjeu énergétique et climatique en France. Du fait de son important équipement électrique (en chauffage, notamment), le pays a une forte sensibilité thermique. ''Quand la température baisse de 1°C, il faut appeler des capacités de production supplémentaires de 2.100 mégawatts (MW)'', a rappelé le député Serge Poignant.

La pointe de consommation électrique met les capacités de production électrique et le réseau à rude épreuve, notamment en hiver à 19h. Mercredi 7 janvier 2009 à cette heure, le record d'appel de puissance sur le réseau (92.400 MW) a été battu. La pointe émet aussi beaucoup de CO2, de nouvelles capacités de production thermique (charbon, gaz) devant être mobilisées très rapidement. Enfin, le phénomène oblige la France à importer de plus en plus d'électricité au moment où elle est la plus chère, et donc à un coût bien supérieur du tarif auquel l'électricité est vendue au consommateur final.

22 recommandations ont été faites par le groupe de travail. Elles se déclinent en trois axes : la maîtrise de la demande, des usages contribuant à la croissance de la pointe ainsi que le développement des effacements de consommation.

Parmi ces recommandations : le lancement d'un programme d'aide à la rénovation de l'éclairage public, la stricte application par les services de l'Etat de la limitation réglementaire du chauffage à 19°C et de la climatisation à 26°C, ou encore le développement de dispositifs permettant de commander le chauffage électrique à distance. La généralisation du dispositif Eco Watt, testé en Bretagne, est aussi recommandée. Le groupe de travail propose aussi de permettre à l'ensemble des fournisseurs d'électricité de proposer à leurs clients des offres ''d'effacement'', de type Tempo ou EJP, qui permettent de faire varier les prix de l'électricité en fonction des jours et des heures de consommation.

Economies d'énergie : un manque à gagner

Mais la proposition majeure du groupe de travail est la mise en place d'ici deux à trois ans d'une ''obligation de capacité'' pesant sur les fournisseurs d'électricité. ''Il s'agit de les obliger à disposer de la puissance nécessaire pour couvrir leur pointe de consommation, précise Pierre-Marie Abadie, de la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC) au ministère de l'environnement. Ils pourront le faire soit par de la production, soit par de l'effacement''.

Le député Serge Poignant espère répondre à la moitié des futurs besoins avec ce mécanisme. Dans le secteur tertiaire, la capacité d'effacement est de 3 gigawatts. De 10 GW environ dans l'habitat. La mise en place de boîtiers comme ceux de Voltalis pourrait permettre d'exploiter ce gisement.

Mais la question de la rémunération de l'effacement n'est pas réglée. L'effacement crée un manque à gagner pour les fournisseurs d'électricité de pointe. En juillet dernier, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) avait tranché en faveur d'EDF, en attendant de trouver un mode de rémunération de l'électricité ''effacée'' équitable. Le groupe de travail a donc donné jusqu'à juin 2010 aux acteurs du marché de l'électricité pour établir des règles transitoires permettant au moins le développement de l'effacement. Sans quoi, ''une obligation de capacité d'effacement sera mise à l'étude'', menace-t-il.

Réactions5 réactions à cet article

 
Merci à l'éolien

Heureusement avec l'éolien, les jours de pointe seront effacés...

micocharly | 02 avril 2010 à 15h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 
vive l'éolien

Même réaction ! Merci à l'éolien sur lequel on peut compter en jours de pointe. Peut-être qu'en plantant 100 000 machines et qu'avec un peu de chance on aura quelques MWh éoliens en janvier prochain qui permettront d'acheter 1/1000éme d'électricité thermique en moins. Ça vaut quand même le coup, Non ?

micocharly | 06 avril 2010 à 10h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:vive l'éolien

l'électricité éolienne est par nature intermittente, et donc ne peut assurer une compensation des pointes.
Par contre, sachez que la densité de l'air augmentant lorsque la température descend, les éoliennes produisent en moyenne plus en hiver, la puissance délivrée étant proportionnelle à la densité de l'air.
Enfin, les chiffres que vous avancez relèvent clairement de la mauvaise foi.
Pour ma part, je crois que l'énergie éolienne a un rôle important à jouer dans le mix énergétique que l'on doit s'imposer.

alex | 08 avril 2010 à 09h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 
maîtrise de la demande, vraiement ?

Et on continue gaiement d'installer des radiateurs électriques ? Il n'y a donc aucune mesure dans ce rapport pour éviter réellement les pointes de manière efficace, c'est-à-dire en agissant sur la cause identifiée des pointes, qui est le suréquipement français en chauffage électrique ? Nos parlementaires sont-ils bêtes, ou y a-t-il une autre explication à cette absence aberrante dans le rapport ?

Nathalie | 08 avril 2010 à 11h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Merci à l'éolien

C'est bien d'être à ce point opposé à l'éolien pour en parler quand ce n'est pas le sujet. Bravo.
Pensez à en parler dans un prochain sujet sur l'énergie nucléaire...

Tombour | 08 avril 2010 à 14h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…