Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Restaurer la nature : une nouvelle ambition, clairement affirmée, de la Commission européenne

Avoir restauré, en 2050, la totalité de leurs écosystèmes détériorés : tel est l'objectif, juridiquement contraignant, fixé aux États membres par la Commission européenne dans son nouveau texte de loi, élaboré dans le cadre de son paquet nature.

Biodiversité  |    |  Nadia Gorbatko  |  Actu-Environnement.com
Restaurer la nature : une nouvelle ambition, clairement affirmée, de la Commission européenne

Parallèlement à sa proposition de règlement sur l'usage durable des pesticides, la Commission européenne a présenté, mercredi 22 juin, un nouveau texte de loi sur la restauration de la nature en Europe. Le premier de cette sorte à l'échelle de l'Union, soulignent les commissaires, avant de détailler les dommages constatés aujourd'hui sur les écosystèmes : déclin des populations de pollinisateurs, de poissons et d'amphibiens, 80 % des habitats protégés et 70 % des sols en mauvais état, 36 % détériorés… « Pour que la nature survive, elle a besoin que l'on agisse », résume Frans Timmermans, vice-président exécutif chargé du Pacte vert pour l'Europe.

Forte de ce constat, « tout simplement inacceptable », la Commission a décidé de fixer règlementairement des objectifs stricts aux États membres. À l'horizon 2030, elle prévoit ainsi une restauration efficace de 20 % des zones terrestres et maritimes de l'Union : des villes aux terres agricoles et aux forêts, des zones humides aux cours d'eau, jusqu'aux océans. Une proportion qui devrait être étendue à 100 % en 2050.

Un jalon historique

 
Pour que la nature survive, elle a besoin que l'on agisse  
Frans Timmermans, vice-président exécutif chargé du Pacte vert pour l'Europe
 
Cette obligation n'implique pas la création de zones protégées supplémentaires. Elle n'exclut pas non plus l'exercice d'une activité économique sur place, précise le texte, anticipant les craintes de certains agriculteurs, dont ceux de la Copa-Cogeca et de la FNSEA, de voir « mettre sous cloche » des terres cultivées et des territoires entiers, notamment privés. Ce qui n'empêchent pas les ONG, une fois n'est pas coutume, de saluer l'initiative avec enthousiasme. La coalition BirdLife International, dont fait partie la LPO, applaudit ainsi « une avancée majeure », qualifiée de « jalon historique » pour son niveau d'ambition par WWF France.

Ce cap général se complète de multiples cibles plus précises, polinisateurs, oiseaux ou écosystèmes, par exemple, en donnant la priorité aux espaces les plus prometteurs en termes d'élimination ou de stockage de carbone. La réduction des effets des catastrophes naturelles sera aussi particulièrement favorisée. Les promoteurs du texte souhaitent notamment mettre un coup d'arrêt à la réduction des espaces verts en ville, d'ici à 2030, puis augmenter leur surface de 5 % à l'horizon 2050. Ils demandent aux États membres de doter chacune de leurs agglomérations d'un minimum de 10 % de couvert arboré. Les bâtiments et infrastructures devraient également comporter systématiquement des espaces verts supplémentaires.

Le retour espéré des pollinisateurs, des oiseaux et des dauphins

Des actions sont, par ailleurs, attendues pour inverser le déclin des pollinisateurs à l'horizon 2030, puis pour accroître leurs populations, ainsi que celles des papillons de prairies et des oiseaux des milieux agricoles et forestiers. La Commission espère voir les tourbières, drainées à des fins agricoles, remises en eau et régénérées, tout comme les habitats marins et la faune qui les peuplent. Enfin, elle mise sur la suppression des obstacles, sur quelque 25 000 kilomètres de rivière, en 2030. Une mesure qui risque d'être particulièrement mal reçue par la France, qui produit près de 26 000 mégawatts (MW) d'hydroélectricité, chaque année, et qui espère augmenter encore sa production dans les années à venir.

Les pays disposeront d'un délai de deux ans pour préparer leur plan avec leurs parties prenantes, leurs scientifiques et leurs experts, avant de le soumettre à l'évaluation de la Commission. Un bon moyen de « s'approprier la démarche », estime Virginijus Sinkevičius, commissaire chargé de l'Environnement, des Océans et de la Pêche. Pour ce dernier, l'impact de cette loi ira bien au-delà de la simple régénération des écosystèmes. « Lorsque l'on agit sur l'érosion des sols, on agit aussi sur la sécurité alimentaire à court et à long terme. Lorsque l'on restaure les zones humides, on contribue à empêcher les inondations. On permet aussi le stockage du carbone », commente-t-il.

Un investissement rentable

Si ces mesures bénéficieront d'importantes aides de l'Union européenne en faveur de la biodiversité, de l'ordre 100 milliards d'euros, les commissaires ne jugent pas le volet financier central. « Nous devons mettre un terme à ce mythe selon lequel la protection de la nature ne serait qu'un coût sans rendement. Au contraire, chaque euro investi dans la restauration se traduit par 8 euros de gains, liés aux avantages d'un écosystème sain, détaille Virginijus Sinkevičius, devançant, là encore, les remarques de la Copa-Cogeca. Des services écosystémiques qui intègrent notamment la santé humaine, outre l'atténuation des changements climatiques, la résilience des territoires et la sécurité alimentaire. « Le plus coûteux que nous puissions faire, c'est de ne rien faire », insiste Virginijus Sinkevičius.

Considérée avec réserve par la Copa-Cogeca, qui craint notamment « des délais arbitraires », cette proposition sera ensuite examinée par le Parlement européen et par le Conseil. Si le WWF aurait aimé renforcer ses mécanismes de suivi et de redevabilité, en y ajoutant « des objectifs ambitieux de restauration des cours d'eau, plaines inondables et tourbières », l'ONG appelle malgré tout à son adoption et à sa mise en œuvre urgente. Tout comme BirdLife International, qui la considère comme « une véritable tentative de lutter contre l'effondrement de la biodiversité et le changement climatique, avec un réel potentiel d'améliorer l'état de la nature à grande échelle ».

Réactions3 réactions à cet article

 

C'est beau, c'est émouvant... et dans le même temps l'Allemagne, qui dicte la politique énergétique et environnementale européenne, s'apprête à prendre des arrêtés obligeant les Länder à installer des éoliennes sur plusieurs pourcents du territoire... rapporté à la France, c'est plusieurs départements totalement couverts ! Avec les ravages d'oiseaux et de chiroptères associés, entre autres. Faudra m'expliquer.

dmg | 24 juin 2022 à 09h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et si, pour restaurer la nature, l'UE commençait par réformer en profondeur ses systèmes de subventionnement via divers fonds européens qui la détruisent, tels la PAC, les subventions à la pêche industrielle, aux industries polluantes, aux projets d'aménagements routiers surdimensionnés, etc. ?
Cela serait très rapidement efficace (cf. la renaturation spontanée et immédiate pendant le premier confinement COVID) et ne coûterait rien. Évidemment, cela implique une détermination politique sans faille face aux lobbies qui se gavent de ces aides européennes et qui ont gros à perdre si leurs robinets à subventions se tarissent.
L'UE dispose-t-elle bien de cette ressource aussi rare que précieuse ? On ne peut qu'en douter, par exemple quand on voit comment les 27 ministres de l'agriculture ont immédiatement saisi l'occasion de la guerre en Ukraine pour remettre en cause le Green Deal de l'UE.

Pégase | 24 juin 2022 à 11h36
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cela donne beaucoup d'espoir, mais je reste méfiante : quand on voit que des méthodes de pêche intensive sont encore légales dans les Aires Marines Protégées ...
J'ai du mal à cerner cette Europe où une décision va dans le bon sens, et la suivante à l'opposé.

lucie | 27 juin 2022 à 10h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Nadia Gorbatko

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Bouée DB600 : station d'alerte instrumentée et autonome en milieux naturels Xylem Analytics France