En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Camions électriques : réduire les impacts de la livraison en ville

Pour répondre aux problématiques du transport de marchandises en milieu urbain, de nouveaux modèles de véhicules de livraison apparaissent sur le marché aujourd'hui. Mais leur coût élevé reste un frein à leur développement.

Reportage vidéo  |  Transport  |    |  Baptiste Clarke Actu-Environnement.com

Un million de livraisons sont effectuées chaque jour en Ile-de-France pour servir 70.000 établissements et plus de 11 millions d'habitants. Près de 90 % de ces flux de marchandises se font par voie routière, contre 4 % pour le ferroviaire et 6 % pour le fluvial. Si la part du transport ferroviaire et fluvial peut être augmentée, comme le montrent de nombreuses initiatives en milieu urbain, se pose la problématique du ''dernier kilomètre'' (jusqu'au point de livraison) qui lui, peut difficilement être réalisé autrement qu'en camion.

Pour réduire les nuisances liées aux livraisons urbaines (pollution de l'air et bruit), de nouveaux modèles de véhicules utilitaires et de poids lourds apparaissent donc sur le marché. GNV (gaz naturel pour véhicules), motorisations hybrides ou 100 % électrique font partie des solutions proposées. Mais ces alternatives restent marginales aujourd'hui. Des incitations réglementaires (ZAPA, normes...) ou financières semblent nécessaires pour faire décoller ce nouveau marché.

Réactions3 réactions à cet article

 

Savez-vous qu'une société française (AIXAM-MAGA) fabrique depuis de nombreuses années des véhicules du type "petites camionnettes" totalement électriques, et les exporte ?
Destinés au "dernier kilomètre", aux municipalité urbaines, aux prestatiares de services, etc
Merci pour vos infos pertinentes.
Salutations de Suisse

Ben | 29 septembre 2011 à 07h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est curieux que chaque fois qu'une action ou un bien soient bénéfiques soit plus couteux. langage courant "c'est mieux, çà améliore mais c'est plus cher". Tout simplement parce que dans ce qui est moins bien et moins cher on n'a pas intégré dans le prix l'inconvénient ou la nuisance qu'il représente...

bertrand | 29 septembre 2011 à 08h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

le dernier kilométre me parait tout a fait adapté au véhicules electriques si le réseau est bien structuré avec les autres moyens de transport( fleuve et gare au centre des villes) ça ne devrait pas poser de problémes

lio | 29 septembre 2011 à 11h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…