En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Sortie du glyphosate : sous 5 ans pour tous les usages

Lors de son audition par une mission parlementaire, François de Rugy a indiqué que la sortie du glyphosate se ferait sous trois ans pour la majorité des usages et sous cinq ans pour la totalité. Il a détaillé certaines mesures du plan gouvernemental.

Agroécologie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com

Le plan de sortie du glyphosate prévoit de mettre fin "sous trois ans à la majorité des usages et sous cinq ans à la totalité des usages", a indiqué François de Rugy, ce jeudi 8 novembre. Le ministre d'Etat à la transition écologique était auditionné, avec son homologue de l'Agriculture Didier Guillaume, par la mission d'information parlementaire sur le suivi de la stratégie de sortie du glyphosate. "Une sortie du glyphosate en trois ans est un objectif particulièrement ambitieux. C'est le premier herbicide utilisé en France", a-t-il souligné.

Selon ses chiffres, 8.800 tonnes de ce produit ont été vendues en 2017 en France, sur les 27.000 tonnes d'herbicides écoulées, soit près d'un tiers. Si son usage a augmenté entre 2009 et 2014, il aurait baissé de 7 % entre 2014 et 2017, a indiqué le ministre. "D'ici fin 2020, les autorisations de mise sur le marché [AMM] seront progressivement supprimées par l'Anses [l'agence nationale de sécurité sanitaire]". Restera ensuite un temps pour écouler les stocks existants…

Il existe aujourd'hui 198 produits autorisés contenant du glyphosate, dont 58 font actuellement l'objet d'une demande de renouvellement auprès de l'Anses. "Ces demandes d'AMM feront l'objet d'une analyse pour exclure les usages ayant déjà des alternatives avérées", a indiqué le ministre.

Le glyphosate est particulièrement utilisé en viticulture, en arboriculture et pour certaines cultures céréalières. "Dans la viticulture, ça peut aller très vite et être une conversion totale", estime le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume. De son côté, François de Rugy a souligné que "la SNCF est le premier utilisateur de glyphosate pour désherber les voies". Et de préciser que toutes les AMM concernant des produits utilisés par le grand public "tomberont d'ici la fin de l'année", puisque l'interdiction relative à ces usages entrera en vigueur au 1er janvier 2019.

Un délégué interministériel et un centre de ressources

Un délégué interministériel sera nommé pour assurer le suivi du plan de sortie du glyphosate. Il s'agit du préfet Pierre-Etienne Bisch, qui est également responsable de la cellule d'expertise sur la gestion de la ressource en eau dans le domaine agricole, mise en place fin 2017 par les deux ministères.

Par ailleurs, dans le cadre du projet de loi de finances 2019, le gouvernement prévoit une hausse de la taxation pour pollution diffuse. Cette hausse devrait être de 50 % pour le glyphosate dès le 1er janvier 2019, représentant 1€ de plus par kilogramme vendu, a indiqué François de Rugy. Les 50 M€ de revenus supplémentaires que devrait générer cette évolution chaque année seront utilisés pour développer l'agriculture biologique et financer les actions mises en place dans le cadre du plan Ecophyto2+. Ce plan sera mis en consultation mi-novembre, a précisé François de Rugy.

Enfin, d'ici la fin de l'année, "un centre de ressources sur le glyphosate sera disponible", a indiqué le ministre de l'Agriculture. Ce centre devrait diffuser les pratiques alternatives, et notamment les solutions de biocontrôle.

Réactions5 réactions à cet article

 

Je ne suis pas sûr d'avoir compris les 50% de hausse de la taxe pour pollution diffuse pour le glyphosate. C'est 50% de plus par rapport à la taxe déjà en vigueur ou 50% par rapport à la hausse prévu pour tous les pesticides ? Vu la tournure de phrase je pencherais pour le premier cas mais la recette de 50 M€ va plutôt dans le sens de la deuxième. La hausse de la taxe commencerait donc au premier janvier pour le glyphosate à 50% et les 50 autres pour-cent ainsi que la hausse pour les autres pesticides est prévue pour quand ?

bIBU | 09 novembre 2018 à 10h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

3 ans c'est déjà trop long pour nos amies les abeilles 5 ans MACRON renie sa parole de sortir du Glyphosate sous 3 ans.
Encore une entourloupe de l'entente entre les lobbies de la FNSEA et du ministère de l'agriculture
Jacques Perret

Jackper | 09 novembre 2018 à 12h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

De Rugy trahit la mémoire de celui qui lui a appris l'écologie : le Nantais feu Jean-Claude Demaure, adjoint à l'Environnement

Si c'est dangereux, il ne faut pas continuer de laisser les agricultueurs empoisonner quelques années tous ceux qui ne peuvent pas s'offrir du 100 % bio

Sachant qu'il y a eu des méritants pionniers pour ce qui est de la distribution dont le propre père du patron d'Actu-Environnement qui avait pour client parmi des magasins diététiques et des coopératives se tenant une ou deux heures de chaque semaine au fond d'une cour ou d'un local discret, les fondateurs de la première Boutique écologique de de France à Tourcoing dans le Nord, fin 1979, le rédacteur de ces lignes et ,son épouse.

Sagecol | 09 novembre 2018 à 14h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"50 M€ de revenus supplémentaires que devrait générer cette évolution chaque année seront utilisés pour développer l'agriculture biologique et financer les actions mises en place dans le cadre du plan Ecophyto2+" : on mesure bien à la hauteur de ces 50 millions d'€ supplémentaires (au niveau national donc autant dire une queue de cerise !) l'importance toute relative pour nos décideurs publics de ce qui constitue pourtant un enjeu majeur de santé publique... Mais nous sommes rassurés par la création d'un poste de délégué interministériel pour suivre le plan de sortie du glyphosate : ça c'est du lourd !
Sinon, planche-t-on chez SNCF Réseau sur une sortie des pesticides ? Si oui, sait-on quelles solutions et quel échéancier ont été retenus ?

Pégase | 13 novembre 2018 à 09h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est pas inintéressant de voir ce qu'on dit sur Wikipédia de "Monsieur Glyphosate" à l'expérience très variée au sein de l'Administration.

Je suppose que Madame Fabrégat lui demandera un rendez-vous pour éventuellement enrichir notre réflexion, voire entretenir nos espoirs :-))))

Merci d'avance

Mais en attendant et pour l'encourager, signons et faisons signer l'appel - totalement apolitique et pas récupéré, lui - des coquelicots

Sagecol | 13 novembre 2018 à 10h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…