En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Plan Ecophyto 2 : lancement d'un nouvel appel à projets national

Agroécologie  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

L'Office français de la biodiversité (OFB) et les ministères en charge de l'agriculture et de l'écologie lancent un nouvel appel à projets national dans le cadre du plan Ecophyto 2. Celui-ci vise une réduction de 25 % de l'usage des produits phytopharmaceutiques en 2020 puis de 50 % en 2025. Le plan prévoit aussi d'accompagner 30 000 exploitations dans leur transition vers l'agro-écologie.

Le premier volet de cet appel à projets 2020-2021 est doté d'une enveloppe globale minimum de 2,5 millions d'euros. « Des projets de portée nationale ou ultramarine intégrant un volet transfert et diffusion sont attendus », indique l'OFB. Ces projets devront permettre de faire évoluer les pratiques et les systèmes vers une sortie des produits phytopharmaceutiques, ou vers une moindre dépendance à ces produits. Que ce soit dans le domaine agricole ou dans le domaine des jardins, espaces végétalisés et infrastructures, « en mobilisant différents leviers (itinéraires techniques alternatifs, biocontrôle, préparations naturelles peu préoccupantes (PNPP) ». Les projets visent aussi à améliorer les connaissances sur les risques et les impacts des produits phytos sur la santé et l'environnement, ainsi que sur l'exposition de la population et des opérateurs, afin de mieux les protéger.

Les porteurs de projets pourront déposer leurs lettres d'intention au plus tard le 11 octobre prochain. Puis une seconde phase de dépôt de dossiers complets pour les lettres d'intention sélectionnées est fixée au plus tard le 11 janvier 2021. La liste des projets lauréats sera rendue publique sur les sites Internet de l'OFB et des ministères concernés au plus tard le 31 mars 2021.

Réactions2 réactions à cet article

 

Oh oui, annoncez-nous encore des chiffres de réduction d'emploi des phytos en agriculture conventionnelle qui seront jugés a posteriori inatteignables "parce qu'on n'a pas eu le temps de trouver le moyen de faire autrement" ! Pour mémoire, le premier plan écophyto (écopipeau ?) date de 2008 et a accouché d'une souris transgénique... Le deuxième est tout aussi pitoyable, toujours du fait de la veulerie de nos dirigeants face aux lobby de l'agrochimie. En matière d'effets d'annonce, les ministres de l'agriculture et de l'environnement successifs sont des experts. En revanche, dans les faits concrets, là... pschiit, plus rien ! Car certains n'ont aucune envie de se sevrer de leur drogue dure et les commerciaux des firmes d'agrochimie savent trop bien labourer les campagnes et les cerveaux.
La sortie de cette agriculture chimique passe donc par la prise de conscience des consommateurs, les incitant à mieux choisir les modalités de production de leur alimentation. Et ce mouvement est déjà bien entamée, fort heureusement quoique trop tardivement.

Pégase | 20 août 2020 à 17h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

lorsque l'on parle de reduction soit disante en cours de produits chimiques (pesticides, insecticides,etc) il faut parler vrai.
exemple, les fabricants ont changer leurs pesticides par des diminution de poids (camion) donc actuellement on a une diminution de poids par rapport aux autres années precedentes MAIS une augmentation du volume utilisé DONC une augmentation des pesticides (en volume) et certaines agriculteur de dire on met moins de pesticides et s'est faux le volume a augmente (pas le poids certes) MAIS PLUS EN QUANTITE, voila comment on deforme les vrais faits...

ZAD GUYANE | 24 août 2020 à 15h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager