Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Neutralité carbone : l'Ademe conseille de sortir d'une vision arithmétique

La neutralité carbone n'est pas un calcul arithmétique permettant de s'afficher « neutre » et de s'affranchir de tout effort collectif. Selon l'Ademe, l'approche doit être en progrès continu et non encourager à tout prix l'atteinte du zéro carbone net.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com

Depuis l'adoption de l'Accord de Paris sur le climat en 2015, les annonces se suivent et s'accumulent. Pas une semaine ne passe sans qu'une entreprise annonce se mettre sur la trajectoire de la neutralité carbone, quand ce n'est pas l'annonce de l'atteinte de cette neutralité. Depuis que cette notion est devenue le mantra de l'action climatique, chacun cherche à se l'approprier. Une bonne chose en soi, mais qui peut très vite basculer dans l'écoblanchiment. À l'heure où ces pratiques sont fortement combattues, notamment dans le projet de loi climat et résilience, l'Agence de la transition écologique (Ademe) apporte un éclairage intéressant via un avis sur la manière d'aborder le concept de neutralité carbone et surtout de l'appliquer. « Aucun acteur individuellement ne peut ni devenir ni se revendiquer neutre en carbone », prévient-elle d'emblée.

Petit rappel préliminaire de l'agence : « La neutralité carbone vise à contrebalancer, à l'échelle du globe, toute émission de gaz à effet de serre (GES) issue de l'activité humaine par des séquestrations de quantités équivalentes de CO2 ». Autrement dit, il s'agit de séquestrer autant de carbone que les volumes émis et ainsi limiter la hausse des températures de la planète. Cet objectif fixé par l'Accord de Paris s'applique aux États signataires. Chacun d'entre eux doit le reprendre dans une stratégie nationale. Une construction juridique qui fait dire à l'Ademe que la notion de neutralité carbone ne peut se mesurer qu'à l'échelle d'un État et non d'une entreprise, association, collectivité, produit ou service. « Chercher à appliquer une neutralité́ carbone arithmétique à une autre échelle peut engendrer des biais méthodologiques et éthiques. C'est pourquoi les acteurs ne peuvent ni devenir ni se revendiquer neutres en carbone individuellement à leur seule échelle », explique-t-elle.

Trois biais méthodologiques ou éthiques

L'Ademe identifie trois biais majeurs à une « individualisation » de la neutralité carbone. Le premier est lié à la non-additionnalité des démarches. « Pour pouvoir comptabiliser correctement le cumul des émissions des différents acteurs à une autre échelle que nationale ou mondiale, il faudrait que leurs impacts GES respectifs ne soient comptabilisés que sur leurs émissions directes, c'est-à-dire les quantités de GES qui sont émises sur place », estime l'agence. Or, toute organisation a des émissions de GES indirectes via ce qu'elle consomme et qui est nécessaire à son fonctionnement. Et ces émissions sont prépondérantes : de l'ordre de 80 %. Or, les émissions indirectes des uns sont les émissions directes des autres. Il est alors impossible de cumuler les démarches des différents acteurs sans risque de double comptage. « Un raisonnement à une échelle réduite risque donc de conduire les acteurs à ne cibler leurs actions que sur les émissions directes et à exclure de leur démarche la part prépondérante de leurs émissions sur laquelle ils portent pourtant une forte responsabilité », ajoute l'Ademe.

Deuxième biais : l'absence d'équité entre les acteurs. Si l'on réduit trop l'échelle, on réduit alors, pour certains acteurs, leurs leviers de séquestration. Ce qui les contraindra à devoir faire plus d'effort sur les émissions, alors que d'autres pourront se « contenter » de séquestrer.

Troisième écueil : l'immobilisme engendré par cette approche locale. « Focaliser son action autour de la recherche d'un zéro arithmétique, qui n'a pas réellement de sens scientifique selon la typologie des acteurs et le périmètre de comptabilité considéré, c'est risquer l'immobilisme des acteurs une fois le zéro atteint, sans chercher à réduire davantage leur impact sur le changement climatique », explique l'Ademe.

Travailler sur sa participation à l'effort collectif

Leviers d'action pour atteindre la neutralité carbone © Ademe
 
Alors que faire ? L'Ademe recommande d'avoir une approche collective de la neutralité carbone et conseille aux organisations d'évaluer leur participation à cet effort collectif dans une logique à long terme et de progrès continu. Une fois ce positionnement pris, « tout doit être mis en œuvre en priorité et au plus vite pour réduire au maximum les émissions de GES (qu'elles soient fossiles ou issues de matière vivante) et protéger les stocks existants dans les forêts et les sols », conseille l'Ademe. Après l'approche de décarbonation du système, le second levier intervient, celui de la maximisation des puits de carbone. L'action première de décarbonation doit être concentrée sur son patrimoine, ses compétences, ses marges de manœuvre, tout le scope où l'organisation peut avoir un rôle à jouer.

Cette solidarité climatique peut aussi se traduire par le financement sur d'autres territoires, chez des tiers au niveau national ou international, de projets de réduction des émissions ou de séquestration, autrement dit faire de la compensation carbone. Si l'Ademe estime que « ces financements sont l'impulsion nécessaire à la réalisation de ces projets durables et essentiels pour faire avancer tous les acteurs vers la transition écologique », elle alerte sur le fait qu'un certain de nombre de ces projets de compensation propose des crédits carbone peu onéreux. « Il arrive donc que dans l'optique de communiquer une neutralité carbone arithmétique, les acteurs privilégient le financement de projet de compensation chez un tiers, plutôt que d'investir dans un réel projet de décarbonation sur leur propre périmètre ». Le crédit carbone compensé étant moins cher que le crédit carbone économisé.

« In fine, c'est bien au travers de leur action sur ces différents leviers que les acteurs contribuent à l'objectif de neutralité carbone, conclut l'Ademe. Ils ne doivent nullement chercher à tordre le concept de neutralité carbone pour l'appliquer à leur échelle et vouloir s'afficher neutre en carbone ». À bon entendeur …

Réactions1 réaction à cet article

 

Diantre : le groupe La Poste - pour ne citer que lui, parmi une myriade d'autres - qui affiche fièrement "Vos livraisons de Colissimo sont 100% neutres en CO2 depuis 2012" ferait-il ainsi de l'écoblanchiment à bon compte ?!

Pégase | 13 avril 2021 à 14h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Economie circulaire : une expertise juridico-technique en droit des déchets LPA-CGR avocats