En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'État débloque 80 millions d'euros pour réparer un million de vélos

Transport  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Lundi 14 septembre, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili et le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, ont annoncé 20 millions d'euros supplémentaires dédiés au dispositif « coup de pouce vélo » afin de réparer un million de vélos jusqu'au 31 décembre 2020. Ce dispositif dispose désormais d'une enveloppe de 80 millions d'euros. Depuis la fin du confinement, le coup de pouce, lancé le 11 mai dernier, a déjà permis de réparer 620 000 vélos. Le dispositif permet une prise en charge des réparations à hauteur de 50 euros pour réparer son vélo dans un réseau d'établissements partenaires. Il soutient aussi des cours en vélo-école pour réapprendre à circuler à bicyclette. Plus de 1 500 cyclistes ont ainsi été formés pour un « stage de remise en selle ».

Pour rappel, en septembre 2018, le Gouvernement a lancé un plan en faveur du vélo visant à tripler la part modale du vélo d'ici 2024. Le plan de relance, présenté début septembre, prévoit aussi une enveloppe de 200 millions d'euros sur deux ans pour sécuriser le stationnement, renforcer les pistes cyclables ou créer des passerelles au-dessus des voies de circulation. « Le fonds mobilités actives est ainsi renforcé par France Relance pour déployer plusieurs centaines d'itinéraires cyclables en France », soulignent les deux ministres.

Continuités cyclables : 186 nouveaux projets lauréats

À l'occasion des deux ans du plan vélo, Barbara Pompili et Jean-Baptiste Djebbari ont aussi désigné les 186 lauréats de l'appel à projets, lancé fin 2019, sur les continuités cyclables. Les projets retenus couvrent 127 territoires. Ils bénéficieront d'une aide totale de 70 millions d'euros de subventions afin de réaliser des projets d'aménagements cyclables, dont le budget total se monte à 425 M€. Le premier appel à projets, lancé en 2018, avait sélectionné 153 projets lauréats couvrant 111 territoires. Ils ont bénéficié de 43 M€ de subventions.

Enfin, dans le cadre des certificats d'économies d'énergie (CEE), le Gouvernement va aussi lancer le programme « Avelo2 », porté par l'Agence de la transition écologique (Ademe). Il sera doté de 25 M€, afin d'accompagner 400 territoires ruraux et péri-urbains, et plus particulièrement les autorités organisatrices de la mobilité. Un premier appel à projets est prévu au 1er trimestre 2021 pour ce programme de CEE, « afin de pouvoir lancer les premiers projets lauréats d'ici l'été 2021 ».

Réactions4 réactions à cet article

 

un énorme gâchis qui profite aux grandes enseignes. Des vélos qui n'ont pas tourné depuis des années, envahis par la rouille, sont sortis des caves... peu de chance que ceux ci soient de nouveau utilisés. Il finiront plutôt- peut être - sur le bon coin - double bonus!
Pendant ce temps là, les réels besoins des "vélotaffeurs" sont reportés aux calendes grecques, les réparateurs étant surchargés, désorganisés par l'afflux des demandes, et... non rémunérés pour ce service consommateur de temps supplémentaire (enregistrer la demande, prendre et transmettre une photo, vérifier que le vélo n'a pas été déjà réparé, avancer les 50 euros pendant un mois, surveiller les remboursements...). La tentation est grande pour ceux ci de gonfler la facture pour rentabiliser l'opération de "supplétifs" qu'ils accomplissent...
Scandaleux

MoveOnEarth | 16 septembre 2020 à 11h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est très cher !
Il semble que ces sommes ne sont pas perdues pour tout le monde. Personne pour s'indigner ici ?
C'est vrai qu'on ne peut pas accuser les agriculteurs alors c'est pas drôle...

Albatros | 16 septembre 2020 à 13h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Vous avez raison, MoveOnEarth en ce qui concerne les grandes enseignes : j'ai pu constater chez celle qui porte le nom d'une discipline d'athlétisme à quel point le travail est vite fait - bien encaissé à la chaîne. Pas persuadé que la prestation vaut systématiquement le prix facturé à l'Etat.

Pégase | 16 septembre 2020 à 14h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Petite précision : l'Etat "débloque" 80 millions d'euros... mais ce sont des financements privés qui sont mobilisés (les Certificats d'Economie d'Energie). Comment se faire mousser pour pas cher...

Capucine | 22 septembre 2020 à 11h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager