Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Planification écologique : Élisabeth Borne lance 22 chantiers

La Première ministre a présenté 22 chantiers prioritaires sur lesquels le gouvernement veut agir contre le changement climatique et pour préserver la biodiversité. Et faire de la France, une Nation verte.

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet
Planification écologique : Élisabeth Borne lance 22 chantiers

Ce vendredi 21 octobre, la Première ministre, Élisabeth Borne, a présenté sa méthode pour embarquer le pays dans sa transition écologique, placée sous la bannière « France Nation verte ». « Pour que notre démarche crée une dynamique, nous devons lui donner un nom et une incarnation, qui exprime notre ambition : c'est France Nation verte », a-t-elle souligné.

L'objectif du gouvernement est de faire plus pour le climat en huit ans que ce que la France a accompli en trente-deux ans, avec l'ambition de réduire de 55 % ses émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030, conformément à ses engagements européens. Les quatre autres enjeux environnementaux sont aussi d'accélérer, après cet été caniculaire, l'adaptation du pays au changement climatique, ainsi que « la restauration de la biodiversité, l'économie circulaire et la santé-environnement », indique Matignon.

Pour répondre à ces enjeux et « vivre mieux », la Première ministre lance 22 chantiers « opérationnels » qui couvrent plusieurs secteurs : la mobilité (avions, trains, voitures et infrastructures routières), le logement (construction et rénovation des logements, aménagement des villes), la production (énergie nucléaire, production d'énergie décarbonée, décarbonation de l'industrie, transports de marchandises, gestion et valorisation des déchets, etc.), la consommation (achats durables, numérique responsable, etc.) ainsi que l'alimentation, l'agriculture et la pêche, et la restauration de la biodiversité et des écosystèmes (eau, sols, forêts, océans et mers). Chaque chantier se déclinera en plans d'action. Pour chaque secteur et chaque chantier, les ministres réuniront durant l'automne tous les acteurs pour établir une stratégie complète, avec des objectifs et des points d'étape.

   
Les 22 chantiers de France Nation verte © Gouvernement
 
   

« Nous voulons agir, mobiliser, accélérer »

Avec France Nation verte, « nous voulons agir, mobiliser, accélérer », a déclaré Élisabeth Borne. Le gouvernement souhaite une mobilisation « de tous » : État, collectivités, entreprises, citoyens. « Avec les fédérations professionnelles, avec les organisations patronales et syndicales, nous allons identifier les leviers à activer pour baisser efficacement nos émissions et limiter notre impact sur l'environnement. Ce sont les territoires, qui ont entre leurs mains la plupart des compétences décisives pour la transition écologique, comme la mobilité, la restauration de la biodiversité, la gestion de l'eau ou des déchets, a expliqué la Première ministre. Chacun a son rôle à jouer. Et je pense aussi aux associations, et à tous les acteurs de la société civile. Nous avons besoin de tous. »

Pour atteindre ces objectifs, le gouvernement s'appuie sur plusieurs mesures déjà engagées, comme l'aide MaPrimeRénov' à la rénovation énergétique des logements, l'augmentation de l'aide à l'achat d'une voiture électrique, les contrats stratégiques de filières (CSF) pour décarboner les secteurs, ou encore le nouveau Fonds vert, doté de 2 milliards d'euros en 2023, pour financer les projets écologiques des collectivités territoriales.

Dans le cadre de cette planification écologique, le ministre chargé de la Fonction publique, Stanislas Guérini, vient aussi de lancer la formation à la transition écologique des 25 000 cadres de l'État. Cette formation sera étendue d'ici à 2025 aux 12 000 cadres de la fonction publique territoriale, ainsi qu'aux 4 000 cadres de la fonction publique hospitalière. Élisabeth Borne a aussi engagé, cet été, le plan national de sobriété énergétique des entreprises et des administrations qui a pour but de réduire de 10 % la consommation d'énergie d'ici à 2024, avant une réduction de 40 % d'ici à 2050 dans un objectif de neutralité carbone à atteindre.

Lancement du groupe « Climat et Biodiversité » du CNR

 
En fin d'année, nous aurons une première version consolidée de notre planification écologique, intégrant de nouvelles actions, nécessaires pour atteindre nos objectifs.  
Élisabeth Borne
 
Pour « nourrir les travaux » de la planification écologique, Matignon entend s'appuyer sur le Conseil national de la refondation. Installé le 8 septembre dernier, le CNR réunit des représentants de forces politiques, des partenaires sociaux, des élus locaux, des représentants du monde économique et du monde associatif. « En fin d'année, nous aurons une première version consolidée de notre planification écologique, intégrant de nouvelles actions, nécessaires pour atteindre nos objectifs. Des clauses de rendez-vous permettront de partager les résultats obtenus, de corriger ce qui ne fonctionne pas et d'intégrer les résultats de vos concertations dans le cadre de ce CNR », a précisé Élisabeth Borne.

Ce 21 octobre, en présence de la Première ministre, les ministres de la Transition écologique, Christophe Béchu, et de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, ont ainsi lancé le groupe « climat et biodiversité » du Conseil national de la refondation. Ce groupe déclinera la méthode du CNR à trois questions (transports, logement et biodiversité) à travers des ateliers. Ces derniers réuniront des acteurs généralistes (partenaires sociaux, acteurs du monde économique) et sectoriels dont les travaux permettront d'identifier des actions à conduire dans chaque secteur. Les trois ateliers seront lancés au cours du mois de novembre. Ils seront chacun suivis, d'ici à la fin de l'année, de deux ou trois réunions.

Réactions3 réactions à cet article

 

Après la start-up Nation, la France Nation verte... Les cabinets de conseil qu'emploient si abondamment l’Élysée et l’État seront probablement les seuls à tirer bénéfice - et gros - des lancements de ces nouveaux machins creux destinés à faire semblant tout en en occupant du mieux possible l'espace médiatique.
Et avec des pointures en écologie comme Christophe Bechu et Agnès Pannier-Runaché, la transition écologique, c'est pas automatique !

Pégase | 21 octobre 2022 à 18h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est bien, ces grands messes médiatiques pour lancer de nouveaux chantiers environnementaux. Mais si nos gouvernants avaient à cœur de boucler les précédents et de concrétiser ceux qu'ils ont abandonné en rase campagne sous pression des lobbies du business as usual, ce serait beaucoup mieux !
Pour commencer, la Première ministre pourrait nettoyer les écuries d'Augias qu'est devenu le ministère de la soit-disant transition écologique. Quand on fait le constat du nombre de décisions contraires au code de l'environnement que ce ministère prend de façon chronique (comme par exemple les arrêtés chasse sitôt pris sitôt cassés par le Conseil d’État), il y a là matière à chantier visant à changer quelques têtes entravant clairement et sciemment la transition écologique...

Pégase | 24 octobre 2022 à 08h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Encore une instance bureaucratique qui donnera sans doute lieu à des Etats-Généraux qui seront suivis d'un Grenelle ou d'un Varenne (ou autre adresse de ministère ?) qui aboutiront à une Grande Loi, elle-même suivie d'une multitude de décrets, d'arrêtés et autres circulaires expliquant lesdits décrets et arrêtés coupant les cheveux en quatre et créant des observatoires, des commissions, des assemblées, qui décideront de révisions des textes pour des exceptions omises durant la rédaction "en urgence" de toutes ces billevesées, et qui boucleront ensuite avec des conventions territoriales (communales, intercommunales, cantonales, départementales, régionales), puis d'une Convention nationale (citoyenne bien sûr) qui décidera d'écrire une Nouvelle Grande Loi. Et on recommence. C'est ça, l'économie circulaire : on tourne en rond.

Bienvenue au pays de Courteline !

Leader mondial des textes creux et des "avancées statiques" et du nombre de "hauts-fonctionnaires" inutiles, vive la France éternelle !

Albatros | 25 octobre 2022 à 19h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil juridique en matière de biodiversité et d'espèces protégées Cabinet Valentin Renoux - Avocat