En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Fermeture de Fessenheim : FO Energie-Mines et la CFE Energies déposent un recours

Energie  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Comme annoncé le 9 avril, date du décret paru actant la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), les syndicats CFE Energies et FO Energie-Mines ont déposé le 17 mai un recours devant le Conseil d'Etat contre ce texte.

Le décret confirme l'abrogation de l'autorisation par EDF d'exploiter la doyenne des centrales françaises, en la conditionnant à la mise en service de l'EPR de Flamanville 3 (Manche), avant le 11 avril 2020. Cette demande d'abrogation formulée par le PDG d'EDF ne sera faite que dans les six mois précédant la mise en service de l'EPR.

Les deux syndicats dénoncent un décret "illégal". Car "il n'a pas été pris sur la demande de l'exploitant EDF comme l'exige pourtant la loi de transition énergétique", déplore FO Energie-Mines. La CFE Energies fustige aussi, dans un communiqué, "un excès de pouvoir pour non-respect du cadre juridique de la demande d'abrogation".

"Rien ne justifie la fermeture de la centrale de Fessenheim, qui est une centrale sûre comme l'a régulièrement rappelé l'Autorité de sûreté nucléaire", assure FO. Le recours "traduit notre détermination face au Gouvernement à défendre EDF contre tous ceux qui ne rêvent que de l'affaiblir". La CFE Energies demande aussi au nouveau Gouvernement de retirer ce décret pour "envisager l'avenir de la fermeture de Fessenheim avec pragmatisme, esprit de responsabilité et en dehors de la précipitation et de l'hérésie qui ont prévalu jusqu'à présent."

Les élus alsaciens saisissent aussi le Conseil d'Etat

Deux mille emplois directs et indirects seraient menacés, selon les syndicats d'EDF. Une inquiétude partagée par la ville de Fessenheim, la région Grand Est, et le département du Haut-Rhin qui ont aussi déposé, le 26 avril dernier, leur recours devant le Conseil d'Etat. Les élus dénoncent aussi la base juridique du décret. "On ne nous propose strictement rien comme compensation économique, pour la reconversion du site", a également regretté Eric Straumann, le président Les Républicains du Conseil départemental du Haut-Rhin.

"Cette fermeture n'entraîne aucune suppression d'emplois par EDF car un vaste chantier industriel de démantèlement va pouvoir démarrer", avait de son côté réaffirmé l'ex-ministre de l'Ecologie Ségolène Royal.

Le nouveau Président Emmanuel Macron avait aussi confirmé, durant sa campagne, la fermeture de Fessenheim quand l'EPR de Flamanville sera mis en service. Il avait également assuré qu'il serait attentif aux emplois impactés.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…