Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Installations classées : un socle minimal de prescriptions fixé au plan national

MAJ le 04/04/2002

Les deux arrêtés ministériels qui homogénéisent sur le plan national les prescriptions applicables aux ICPE soumises à autorisation sont publiés. Ils concernent à la fois les risques chroniques et accidentels.

Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Le gouvernement poursuit le travail de simplification de la réglementation applicable aux installations classées (ICPE). Il a publié, dimanche 3 avril, deux arrêtés ministériels qui visent à homogénéiser sur le plan national la réglementation applicable aux installations relevant du régime de l'autorisation.

L'idée mise en œuvre par le ministère de la Transition écologique est de fixer à l'échelle nationale des prescriptions transversales, applicables tant en matière de risques chroniques qu'accidentels, plutôt que de les faire figurer avec de petites variantes dans chaque arrêté préfectoral d'autorisation individuel. « Les arrêtés ministériels sectoriels et préfectoraux viendront ensuite compléter ce socle minimal uniquement sur les prescriptions répondant aux risques particuliers des installations considérées », ajoute le ministère. Cette simplification doit permettre, outre d'homogénéiser l'application de la réglementation, de faire gagner du temps aux services de l'État dans l'instruction des dossiers et la rédaction des arrêtés préfectoraux.

Prévenir les risques chroniques

 
Les arrêtés ministériels sectoriels et préfectoraux viendront ensuite compléter ce socle minimal uniquement sur les prescriptions répondant aux risques particuliers des installations considérées  
Ministère de la Transition écologique
 
Pour cela, un premier arrêté modifie l'arrêté du 2 février 1998, dit « arrêté intégré », qui règlemente les risques chroniques des installations. Il intègre dans ce texte, bien connu des exploitants, une série de dispositions transversales : objectifs généraux en matière de protection de l'environnement, clarification du champ couvert par l'arrêté, dispositions relatives à l'entretien général des installations et à la gestion des canalisations, précisions concernant les bacs de disconnexion et l'isolement des réseaux d'assainissement, dispositions relatives aux ouvrages de rejet dans l'air ou dans l'eau, dispositions spécifiques aux installations relevant de la directive relative aux émissions industrielles (IED), prescriptions sur l'autosurveillance des rejets, nouvelles dispositions codifiant les bonnes pratiques et relatives à la surveillance des eaux souterraines.

Un certain nombre de dispositions ont été modifiées à la suite à la consultation du public, en janvier dernier, et de la réunion du Conseil supérieur de la prévention des risques technologiques (CSPRT), le 22 février. Ces modifications ont notamment porté sur la réinjection en nappe d'eaux issues du traitement d'eaux souterraines polluées, l'obligation d'entretien des piézomètres ou encore le réexamen de l'étude hydrogéologique.

L'arrêté s'applique aux nouvelles installations et à celles faisant l'objet de modifications substantielles à compter du 4 avril 2022. C'est en particulier le cas des dispositions portant sur l'étanchéité des installations de stockage et de traitement des effluents aqueux. Par exception, certaines prescriptions s'appliqueront à compter du 1er juillet 2023 aux installations nouvelles, mais aussi existantes. Elles portent sur la réutilisation des eaux, les plans des réseaux, les meilleures techniques disponibles (MTD), la traçabilité des incidents, l'isolement des réseaux d'assainissement ou encore la surveillance des eaux souterraines.

Prévention des accidents

Le deuxième arrêté intègre, dans l'arrêté du 4 octobre 2010 relatif à la prévention des risques accidentels, des dispositions relatives à la maîtrise des procédés, des risques et de l'exploitation, ainsi que des dispositions relatives aux situations d'urgence et aux moyens d'intervention. Il modifie par ailleurs les dispositions portant sur la conception des rétentions à partir du retour d'expérience de l'accident de Lubrizol en matière de pertes de confinement. Le texte « toilette » par ailleurs les dispositions existantes de l'arrêté portant sur les risques liés aux séismes, à la foudre et aux équipements photovoltaïques.

Ce deuxième arrêté modifie, en outre, l'arrêté du 26 mai 2014 qui fixe des prescriptions en matière de prévention des risques spécifiquement applicables aux installations Seveso du fait de leur dangerosité. « Le texte introduit l'obligation de tracer, analyser et tirer le retour d'expérience » des défaillances ponctuelles des mesures de maîtrise des risques, explique le ministère de la Transition écologique.

Sur ce texte aussi, le ministère de la Transition écologique a apporté un certain nombre de modifications à la suite de la consultation publique et à l'examen du CSPRT. Elles portent notamment sur les délais de mise en conformité pour les réseaux de détecteurs, la fiabilité des systèmes de sécurité ou encore la fiabilisation des utilités alimentant les mesures de maîtrise des risques.

L'arrêté s'applique aux installations nouvelles et aux modifications substantielles d'installations existantes. Mais il s'applique aussi, à compter du 1er juillet 2023, aux installations dont la demande d'autorisation est antérieure au 1er septembre 2022. « Des délais spécifiques sont prévus pour la tenue des salles de contrôle, ainsi que pour la mise en place de certains détecteurs, reports d'alarme, positions de sécurité, dispositifs d'éclairage et pour la mise à jour des plans d'opération internes », indique le ministère de la Transition écologique. La disposition relative aux salles de contrôle, qui doit être mise en œuvre avant le 1er juillet 2027, prévoit que ces locaux doivent résister aux phénomènes dangereux susceptibles de les impacter.

Exemption des élevages ?

Lors de la consultation publique, quatre organisations de la filière agricole (FNSEA, La Coopération agricole, APCA, UGPVB) ont réclamé d'exclure les élevages du nouvel arrêté sur les risques industriels. « Pourquoi ne pas avoir retenu une exemption globale du secteur de l'élevage permettant ainsi d'éviter toute confusion avec des processus industriels qui diffèrent sensiblement d'exploitations à caractère familial ? » a ainsi interrogé la FNSEA.

Lors du CSPRT, la représentante du ministère de l'Agriculture a fait état d'une réunion préparatoire avec les représentants des organisations professionnelles agricoles visant à exclure ces installations de l'arrêté et, le cas échéant, à renforcer, dans un deuxième temps, les dispositions de l'arrêté sectoriel applicable à ces installations. Le président du CSPRT s'y est opposé, expliquant qu'il convenait de les transférer d'abord dans l'arrêté sectoriel avant de décider que l'arrêté ne s'appliquerait pas au secteur de l'élevage.

Jacky Bonnemains, représentant de l'association Robin des bois, a exprimé « son épuisement » vis-à-vis des demandes récurrentes d'exception du secteur de l'élevage. « L'élevage a justement pour particularité d'utiliser des substances dangereuses. En outre, les éleveurs ont des créatures vivantes sous leur responsabilité, souvent exposées à des incendies, car les réseaux électriques ne sont pas suffisamment entretenus », a-t-il expliqué.

Le représentant de la FNSEA, Thierry Coué, a accepté que soit mené un travail sur le dispositif général de prévention des risques sur l'arrêté sectoriel élevages, sans omettre de rappeler que les élevages n'étaient pas des usines.

Réactions1 réaction à cet article

 

L'association Robin des Bois a raison de faire valoir son épuisement. Il faut arrêter d'exempter des risques communs mais revoir la politique de financement sur la manière de financer ces lourds investissements que le secteur agricole ne peut absorber. Je suis épuisé de signaler que les subventions soient non éligibles pour ce qui est du domaine de la sécurité et qu'il n'existe pas un coefficient indexé sur les obligations sécuritaires qui serait répercuté automatiquement sur le prix de vente, à l'image des transporteurs qui répercutent le prix du gasoil sur le client. Ceci est valable pour la production d'énergie renouvelable en méthanisation.

methatouletemps | 05 avril 2022 à 09h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Conseil en résilience environnementale LPA-CGR avocats