En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Montagne de déchets de Limeil-Brevannes : l'hydrogène sulfuré s'en mêle

L'évacuation des déchets a enfin commencé à Limeil-Brevannes (94). Mais après quelques difficultés de traitement des eaux de ruissellement, une odeur de soufre - témoin de l'émanation de H2S - a commencé à se répandre dans la commune par les réseaux d'eaux usées.

Reportage vidéo  |  Déchets  |    |  Baptiste Clarke Actu-Environnement.com

Le 5 septembre, Nathalie Kosciusko-Morizet s'est déplacée à Limeil-Brévannes pour donner le coup d'envoi de l'évacuation totale des déchets stockés sur le site de la société LGD. L'occasion pour la ministre de l'écologie et du développement durable d'annoncer de nouvelles mesures pour mieux encadrer la gestion des déchets. Objectif : "renforcer la législation et son contrôle''.

Lixiviat : un traitement problématique

En attendant sur le terrain, les engins de chantier s'activent pour déblayer les déchets vers le site de transit dédié au regroupement et broyage de déchets de chantier de démolition de Claye-Souilly (77) géré par Veolia Propreté.

Depuis 2009, 150.000 m3 déchets se sont en effet amoncelés et constituent une montagne de 20 mètres de haut. Et la décharge ne contient pas que des déchets inertes, bien au contraire. Face aux départs de feu réguliers, des canons à eau ont même été installés. Les eaux de ruissellement sur les déchets, chargées en matière organiques et minérales, font l'objet d'un traitement avant rejet dans le réseau d'eaux pluviales de la commune. Mais un dysfonctionnement ponctuel du système a provoqué le déversement d'une grande quantité de polluants dans le réseau. Résultat : des émanations soufrées sont perceptibles dans la commune, révélatrices du dégagement d'hydrogène sulfuré (H2S) : le même gaz très toxique issu de la décomposition des algues vertes en Bretagne désormais bien connu pour avoir entraîné la mort d'un cheval et plus récemment, d'un groupe de sangliers.

Contrôle continu de la concentration d'hydrogène sulfurée

Pour l'heure les seuils restent officiellement bien en dessous de ceux susceptibles d'engendrer les premiers signes cliniques de surexposition (10 ppm). Mais l'Ademe a été chargée de suivre en continu les évolutions de concentration du gaz polluant. Problème toutefois, ces odeurs angoissent encore un peu plus la population locale déjà très éprouvée par les nuisances de la décharge illégale.

Réactions1 réaction à cet article

 

LIMEIL empoisonne l'air de LIMAY et ses communes avoisinantes de la CAMY .Habitants du coin RESPIREZ-NE RESPIREZ PLUS jusqu'à fin 2012 vous êtes pollués,asphyxiés,sans tri et sans scrupule ,validés et sacrifiés en toute conscience,pour une cause financière.le vent souffle sur l'Est donc les Parisiens (57kms ouest) en profiteront aussi un peu de ce petit bol d'air H2S revigorant. Limayens et autres,on vous pollue dans la plus grande discrètion pendant votre sommeil ,mais restent encore de belles retombées qui vous prennent les narines au petit matin.Combien de cancers des poumons se déclareront dans quelques années :LIMAY et sa jolie vallée de la Seine asphyxiés par déchets dangereux non triés entièrement car impossible sur 150 000M3

nauséabonde | 13 septembre 2011 à 17h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager