Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

La filière hydrolienne française dans les starting blocks pour la prochaine PPE

Mis à mal par l'abandon de Naval énergies, l'hydrolien français se relève. Plusieurs entreprises ont repris le filon et espèrent convaincre la France d'inscrire l'énergie hydrolienne dans la prochaine PPE.

Energie  |    |  Fanny Bouchaud  |  Actu-Environnement.com
La filière hydrolienne française dans les starting blocks pour la prochaine PPE
Actu-Environnement Le Mensuel N°415 Cet article a été publié dans Actu-Environnement Le Mensuel n°415
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Si l'État semble avoir relégué au musée ses ambitions en matière d'hydrolien, la filière a toujours un avenir devant elle. Les anciens projets démonstrateurs portés par l'État ont été repris et de nouvelles technologies naissent grâce aux investissements de start-ups et de petites entreprises, soutenues par des fonds européens et régionaux.

En 2011, l'entreprise Open Hydro (absorbée plus tard par Naval Energies) installait la première hydrolienne en France, au large de Paimpol-Bréhat. Quelques années plus tard, Naval Energies semblait croire au potentiel des côtes françaises, si bien que l'État envisageait de subventionner des projets de fermes pilotes. En 2013, un appel à manifestation d'intérêt avait été lancé par l'Ademe pour étudier la possibilité d'intégrer l'énergie hydrolienne à la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) via des appels d'offres commerciaux.

L'hydrolien semblait en plein essor, mais en 2018 Naval Energies annonçait la fin de ses investissements. « L'abandon de Naval Energies a fait du mal à la filière, on a senti le gouvernement un peu désabusé et réticent à soutenir de nouveaux projets », explique Marlène Kiersnowski, directrice développement à Énergie de la lune, cabinet d'ingénierie spécialisé en EMR. En effet, la même année, l'Ademe déclarait que la filière hydrolienne n'avait pas encore fait ses preuves, faisant d'elle la grande absente de la PPE 2019-2023.

Les projets fleurissent pour exploiter le potentiel français

L'intérêt pour le secteur n'est cependant pas éteint et l'énergie hydrolienne a encore des perspectives devant elle : dès 2018, plusieurs projets portés par des petites entreprises, des start-ups et des consortiums ont fleuri sur les côtes françaises grâce, entre autres, aux financements européens et régionaux.

 
Ces nouvelles technologies en test dans les eaux françaises Sur les sites de test français, de nouveaux prototypes voient le jour. C'est le cas de l'hydrolienne EEL, sur le site de Bordeaux qui reproduit le mouvement de la nage des poissons pour produire de l'énergie. C'est également le cas de Minesto, une hydrolienne attachée à un cerf-volant marin, plongée à Paimpol-Bréhat, site de test concédé à EDF et exploité avec le soutien de SEENEOH. Au lieu d'être porté par les vents, le cerf-volant est entraîné par les courants marins, accélérant le courant et faisant tourner la turbine qui y est attachée. Même dans des endroits où le courant est faible, Minesto pourrait ainsi produire de l'électricité.
 
Pour ces entreprises qui ont décidé de continuer l'aventure, l'hydrolien présente l'avantage d'être prédictible car il dépend de la puissance des courants de marée. Certes, la technologie actuelle ne permet pas encore d'exploiter le potentiel mondial (100 GW) et le coût de production de l'électricité est élevé (Hydroquest et Qair envisagent une première commercialisation à 200 € le MWh) mais cela pourrait bien changer dans les prochaines années avec l'amélioration des technologies. Le potentiel français s'élève à 3,5 GW, dont 3 GW dans le Raz-Blanchard, ce qui équivaut à la production prévisionnelle d'un réacteur nucléaire de type EPR.

Aujourd'hui la France compte 6 projets démonstrateurs répartis sur les côtes de la Manche et sur la façade Atlantique. Deux stratégies semblent se démarquer : produire du courant pour participer au mix énergétique Français ou coupler les hydroliennes avec d'autres EnR afin de rendre autonome une structure ou un territoire.

Hydroquest et Normandie hydroliennes « se glissent dans les chaussons » d'EDF et d'Engie

Deux fermes pilotes sont attendues au Raz-Blanchard (Normandie) sur les anciennes concessions d'EDF et d'Engie, respectivement reprises par Hydroquest récemment rejoint par l'énergéticien Qair, et Normandie hydroliennes, la « joint venture » composée de Normandie Participations, SIMEC Atlantis Energy et EFINOR. Pour le moment, aucune hydrolienne n'est installée mais les deux co-entreprises devraient « se glisser dans les chaussons » de leurs prédécesseurs, explique Thomas Jacquier, président d'Hydroquest. En juillet 2022, Hydroquest, envisage de commencer les travaux de FloWatt, sa ferme pilote qui abritera 7 turbines d'un modèle en développement baptisé OceanQuest. La ferme devrait développer une puissance totale de 17,5 MW, ce qui revient à alimenter 8 200 foyers. Normandie hydroliennes prévoit de plonger ses turbines au Raz-Blanchard courant 2021. Cependant, la société recherche aujourd'hui un nouvel actionnaire, ce qui pourrait potentiellement reculer la date de mise à l'eau. En attendant, elle peaufine le design des hydroliennes, la structure électrique et l'architecture de la ferme pilote. Un raccord commun au réseau électrique est prévu pour les deux projets, tous deux soutenus par le programme européen INTERREG France (Manche) Angleterre TIGER.

Dans le Morbihan, Sabella veut réduire les coûts de production

En 2015, le concepteur d'hydroliennes Sabella immergeait deux machines du modèle D10 dans le courant du Fromveur (Finistère) afin de tester sa technologie. Fort de ce retour d'expérience, Sabella planifie aujourd'hui la pose de deux hydroliennes nouvelle génération dans le courant de la Jument, un courant puissant situé entre l'île Berder et l'île de la Jument (Morbihan). Ce projet est porté par Morbihan Hydro Energies qui réunit Sabella et la société mixte 56 Energies. En ligne de mire : le coût du kWh, très élevé dans l'hydrolien. Pour ce faire, Sabella compte améliorer l'architecture de ses hydroliennes par des « briques innovantes ». Par exemple, la pause et le levage des hydroliennes par de gros navires coûtent cher. Les parties électroniques, souvent fragiles, sont donc déportées dans un boîtier fixé à la base. Ainsi, un petit navire suffira pour le remonter et effectuer les réparations ou améliorations. Ce projet expérimental bénéficie des fonds TIGER et l'enquête publique est prévue pour l'été 2021.

Dans le cadre du projet Phares à Ouessant (Finistère), le constructeur Sabella envisage une ferme pilote dans le passage du Fromveur. Pour le moment, aucune date n'est retenue pour la mise en œuvre : l'enquête publique est en cours et le rapport est attendu sous peu. Soutenu par les financements du Programme Investissement d'Avenir (PIA 3) et la région Bretagne, le projet a pour ambition d'alimenter l'île, qui dépend pour le moment exclusivement du fioul, en combinant éolien, photovoltaïque et hydrolien. Dans son volet hydrolien, le projet prévoit une ferme pilote de 500 MW, constituée d'hydroliennes de 15 mètres de diamètre. Cependant le volet éolien, qui doit s'implanter dans un site classé, est décrié par la population.

Guinard Energies met son hydrolienne au service des ostréiculteurs

Toujours dans le Morbihan, la société Guinard énergies nouvelles expérimente son hydrolienne P154, dans le fleuve côtier Ria d'Etel. Immergée une première fois entre février et mai 2019, elle sera réimmergée à l'automne 2021 dans le cadre du projet ERSEO où elle sera couplée à des panneaux solaires pour recharger une barge de travail électrique destinée aux ostréiculteurs de la Ria d'Etel. Le courant en excédent sera réinjecté sur le réseau. L'entreprise contribue au projet ERSEO, en collaboration avec le chantier naval Chantier Bretagne Sud, qui a construit la barge. Le but est de proposer des solutions pour réduire la facture énergétique des ostréiculteurs, tout en testant la technologie. Les premiers retours d'étude d'impact, réalisés par l'Ifremer semblent n'indiquer aucun impact sur la Ria d'Etel et les résultats de production de 2019 correspondent aux prévisions.

Un bilan globalement positif, donc. Loin de faire « plouf », la filière hydrolienne espère convaincre l'Ademe et le Gouvernement d'entrer dans la prochaine PPE.

Réactions9 réactions à cet article

 

Au moins l'énergie hydrolienne c'est permanent et effectivement durable et soutenable pas comme l'éolien et même le solaire

Sagecol | 24 juin 2021 à 10h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pourquoi n'est-il pas envisagé de coupler ces hydroliennes avec un ELECTROLYSEUR permettant de produire de l'HYDROGENE VERT ?

La matière première ne manque pas (i.e. l'eau H2O) et l'hydrogène produit au moment où l'électricité hydrolienne est disponible peut être re-convertie en électricité là ou & quand on en a besoin grâce à une pile à combustible (le combustible étant l'hydrogène).

Les véhicules à Hydrogène (nb : véhicules ayant un moteur électrique dont l'alimentation électrique est assuré par une pile à combustible dont le "carburant" est l'hydrogène) permettent de réduire drastiquement la production des Gaz-à-Effet-de-Serre (coupables de réchauffement climatique) résultant de l'activité TRANSPORT des humains.

De plus, Hydrogène & Pile à Combustible peuvent élégamment remplacer les mètres-cubes (M3) de BATTERIES qui seraient nécessaires pour palier à l'intermittence des Energies Renouvelables (hydrolien, éolien, photo-voltaïque, etc.) tout en garantissant la permanence de l'alimentation électrique d'îles ou territoires.

Il me semble que l'intégration de l'Hydrogène Vert dans les scénarios en complément de ceux proposés dans l'article pourrait faire sens...

Cordialement,
Gérard FARIA

GFA | 24 juin 2021 à 16h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En complément à mon précédent post suggérant d'introduire la composante "hydrogène vert" dans les scénarios du remarquable article sur les hydroliennes, ci-joint la référence d'un article
présentant une société nantaise (pas - encore - rattachée à la Bretagne :-)) :

« Nous produirons de l'hydrogène vert à partir de champs éoliens offshore dès 2025 » (https://www.industrie-techno.com/article/nous-produirons-de-l-hydrogene-vert-a-partir-de-champs-eoliens-offshore-des-2025-se-rejouit-matthieu-guesne-de-lhyfe.65469)

qui me semble particulièrement pertinent quant à l'utilisation de l'énergie produite par des hydroliennes...

Après tout, un raisonnement quant aux EOLIENNES ne peut-il être transposé aux HYDROLIENNES ?

Cordialement,
Gérard FARIA (gerard.faria@orange.fr)

GFA | 24 juin 2021 à 18h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Vous avez 150 % raison Gérard Faria.

Attendre d'éoliennes assez loin des cotes qu'elles produisent de l'hydrogène ramené à terre par bateau

L'entêtement des vedettes écolos pour l'éolien terrestre est indéfendable à tous points de vue

Sagecol | 24 juin 2021 à 18h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le nœud bloquant est parfaitement connu, c'est le coût de la technologie, et le coût est directement lié au contraintes physiques du milieu dans lequel l'énergie est "moissonnée", contraintes qu'il faut "dompter" pour avoir une centrale de production viable.
Pourrait-on avoir un éclairage sur les nœuds technologiques réels ?
Il ne s'agit pas de répéter comme un mantra "cela pourrait bien changer dans les prochaines années avec l'amélioration des technologies.", mais bien de comprendre si effectivement les nœuds technologiques peuvent être dépassés à courte échéance ou si il faut attendre une rupture.

Par avance merci de cette éclairage

Eymeric_L | 25 juin 2021 à 12h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dans le paysage énergétique qui se dessine actuellement, l'hydrolien a un défaut rédhibitoire : il produit du courant en permanence, ce qui signifie que les opérateurs gaziers ne pourront pas être en embuscade derrière, comme avec l'éolien. Il y a donc fort à parier que l'Etat, à la solde de Total et consorts, ne soutiendra pas plus ces initiatives que les précédentes.
(pour les savants cosinus qui imaginent des électrolyseurs en mer, le coût de production serait sans commune mesure avec une usine à terre, mieux vaut poser des câbles que faire circuler des bateaux et devoir faire des réparations extrêmement complexes).

dmg | 28 juin 2021 à 15h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour Eymeric_L,

Nus vous remercions pour votre question très pertinente, la rédaction l'a prise en compte : nous pensons que question des noeuds technologiques pourrait certainement faire l'objet d'un nouvel article.

Fanny Bouchaud

Fanny Bouchaud Fanny Bouchaud
29 juin 2021 à 09h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour Eymeric_L,
Bonjour dmg,

De mon temps on disait "En France on n'a pas de pétrole mais on a des idées"... un peu avant le slogan était "l'imagination au pouvoir"...

Vous avez donc totalement raison à n'emprunter que les sentiers battus, peu de chance est laissée à l'innovation pour que nous levions les verrous technologiques (sans attendre une rupture qui viendrait d'ailleurs)... mais il faut pour cela que les innovateurs échappent aux Docteurs Diafoirus :-) !!!!

Ci-joint deux articles qui ont nourri mes réflexions,

https://www.h2-mobile.fr/actus/electrolyseur-eau-mer-revolutionner-production-hydrogene/

https://www.usine-digitale.fr/article/fiabilite-efficacite-energetique-resistance-le-data-center-sous-marin-de-microsoft-est-une-reussite.N1004644

Bien Cordialement,
Gérard FARIA

GFA | 29 juin 2021 à 14h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Fanny Bouchaud, Merci pour votre retour. J'attends donc l'article avec impatience.

Eymeric_L | 29 juin 2021 à 19h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Fanny Bouchaud

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Energie-legal : cabinet d'avocats dédié exclusivement à l'énergie Energie-legal