Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Chlordécone : un syndicat guadeloupéen lance de nouvelles actions judiciaires

Agroécologie  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

La menace d'un possible non-lieu après la plainte pour empoisonnement déposée en 2006 dans l'affaire du chlordécone ne passe pas. Après des manifestations aux Antilles ces derniers mois, l'Union générale des travailleurs de Guadeloupe (UGTG) annonce trois actions judiciaires.

En premier lieu, le syndicat a déposé une requête en référé devant le tribunal administratif de Paris afin d'obtenir le financement, à hauteur de 40 millions d'euros (M€), de la cartographie de la pollution en Guadeloupe. Celle-ci n'est réalisée « qu'à 8 % malgré 23 ans de soit-disant efforts de l'État », dénonce l'UGTG, qui estime que le quatrième plan chordécone n'est pas à la hauteur des enjeux. Le syndicat demande également une provision de 100 M€ afin d'indemniser immédiatement les propriétaires de parcelles polluées.

En second lieu, ce dernier dépose une plainte pour faux témoignage devant la Cour de justice de la République contre Agnès Buzyn, ancienne ministre de la Santé, et Didier Guillaume, ex-ministre de l'Agriculture. Enfin, il dépose une plainte devant le procureur de la République de Paris contre le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, et le directeur général de l'alimentation, Bruno Ferreira.

Le syndicat estime que les ministres et hauts-fonctionnaires ont menti sous serment pour disculper l'État devant la commission d'enquête parlementaire qui a remis ses travaux en décembre 2019. « Alors qu'en 1969, la commission des toxiques avait refusé la commercialisation du chlordécone, l'État a organisé une violation de la législation pour commercialiser massivement ce produit en Guadeloupe et en Martinique de 1972 à 1993 », dénonce Eli Domota, secrétaire général de l'UGTG. La toxicité et la persistance de cet insecticide organochloré étaient en effet déjà établies à la fin des années 1960.

Réactions2 réactions à cet article

 

Soutien plein et entier à l'UGTG ! Ne vous laissez pas faire et ne lâchez rien de cette demande légitime de justice face à la veulerie, si ce n'est la complicité, de l'Etat dans ce système d'empoisonnement institutionnel des populations et de pollution de l'environnement.

Pégase | 07 juin 2021 à 20h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Oui: tout notre soutien. Une honte pour notre pays, une honte pour nos institutions, et les dégâts pour vous et nous.
Espérons que cette bordée de mises en causes soit suivie d'une autre pour désigner tous ceux qui y ont participé et ceux qui en ont bénéficié.
Ne doutez pas que ceux qui ont commis ces crimes mettent tout en œuvre pour y échapper. Une enquête à ce sujet serait intéressante!.
Courage, A+

le neurone en vadrouille | 08 juin 2021 à 15h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Dégraissage réglementaire des hottes de cuisines professionnelles FHV - France Hygiène Ventilation