En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

OGM : la France soutient une révision des évaluations

Alors que l'Anses a souligné la méconnaissance des effets à long terme des OGM, le gouvernement affirme vouloir faire "bouger les choses". Les ONG demandent l'application du principe de précaution et un renversement de la charge de la preuve.

Risques  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

Le débat sur l'évaluation et l'autorisation des OGM à l'échelle européenne est bel et bien relancé. Alors que le Haut conseil des biotechnologies (HCB) et l'Agence de sécurité sanitaire (Anses) viennent d'invalider les résultats de l'étude du professeur Séralini sur la maïs NK603, les différentes parties prenantes font une lecture bien différente des avis de ces deux instances.

Pour l'Association française des biotechnologies végétales (AFBV), les consommateurs "peuvent être rassurés sur la qualité des aliments qu'ils consomment lorsqu'ils contiennent cet OGM autorisé à l'importation depuis 2004". Elle estime même que "le ministre de l'Agriculture a le devoir et la responsabilité de lancer une campagne d'information pour rassurer les consommateurs qui ont été inquiétés, à tort, par des discours de dramatisation. Y renoncer serait le signe d'une défiance des pouvoirs publics vis-à-vis de l'expertise collective publique".

Pourtant, tout en jugeant les conclusions de cette étude non robustes scientifiquement, le HCB et l'Anses ont souligné les insuffisances de l'évaluation actuelle des OGM. Le HCB a recommandé la réalisation d'une étude à long terme indépendante, transparente et contradictoire sur le NK603 afin "de lever le doute soulevé par l'étude de Séralini". L'Anses est allée plus loin en soulignant l'originalité et l'ambition de cette étude. Elle estime nécessaire d'approfondir les connaissances sur les effets à long terme des OGM associés aux préparations phytopharmaceutiques et appelle à la mobilisation de fonds public français ou européens afin de consolider les connaissances sur les risques sanitaires insuffisamment documentés.

Dans un communiqué commun, les ministères de l'Agriculture, de l'Ecologie, de la Santé et de la Consommation indiquent que le "gouvernement retient la proposition formulée par l'ANSES de renforcer les études sur les effets à long terme de la consommation des OGM et des pesticides, qui doivent intégrer ces thèmes au niveau national et communautaire".

Renforcer l'évaluation…

Pour pouvoir mener à bien une telle étude et "engager régulièrement des études de fond sur d'autres sujets (nanotechnologie, phytosanitaire, neuroscience…)", le député UMP Bertrand Pancher demande au gouvernement "de prévoir l'affectation d'une somme de 20 millions d'euros supplémentaires par an aux budgets du HCB et de l'Anses". Vingt millions d'euros, c'est le coût estimé pour "une étude de 10 ans à partir d'un échantillon représentatif d'une centaine de rats", indique l'élu.

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a déclaré pour sa part qu'"au-delà des résultats de l'étude sur la validation des conséquences qui avaient été indiquées par Séralini, il y avait de toute façon un enjeu plus large, celui des différents protocoles d'autorisation qui existent aujourd'hui". Il a affirmé la volonté du gouvernement français de "faire bouger les choses au niveau européen", alors que "le débat a été engagé il y a deux ans avec la remise du rapport de Corinne Lepage". Selon lui, plusieurs questions demeurent "sur les données brutes, sur les durées de tests qui sont aujourd'hui limitées à 90 jours mais aussi sur les bases juridiques nécessaires pour que chaque Etat" puisse autoriser ou interdire à l'échelle nationale un OGM.

Aujourd'hui, la difficulté des Etats membres à se mettre d'accord sur ces questions entraîne une autorisation quasi automatique des OGM par la Commission européenne, à partir du moment où l'Agence de sécurité alimentaire européenne (Efsa) donne un avis positif. Tout récemment, le 20 octobre, la Commission a autorisé le maïs MIR162, alors que fin septembre les Etats membres n'étaient pas parvenus à un consensus sur sa commercialisation

… et inverser la charge de la preuve ?

L'Anses et le HCB ont pointé du doigt le manque de connaissances sur les effets sanitaires à long terme des OGM. Et pourtant, pour Christine Noiville, présidente du Comité éthique, économique et social du HCB, "il n'y a pas lieu de demander une interdiction de cet OGM. L'interdiction pourrait se justifier s'il existait des risques réels".

L'absence d'études prouvant les effets à long terme signifie-t-elle l'absence de risques réels ? Non, répondent de nombreuses parties prenantes qui demandent l'application du principe de précaution et le renversement de la charge de la preuve, des autorités publiques ou de la recherche indépendante vers les industriels.

Greenpeace demande que les procédures d'évaluation des OGM prennent obligatoirement en compte des études de long terme pour mesurer les effets sanitaires, mais aussi les impacts socio-économiques des OGM. Et dans l'attente de cette révision, l'ONG estime qu'il est "indispensable que toute nouvelle autorisation d'OGM soit gelée et que les autorisations en cours soient suspendues". Même demande du côté de Générations futures : l'évaluation des effets chroniques des OGM et des pesticides formulés doit devenir systématique.

Corinne Lepage rappelle pour sa part que "la Russie a décidé d'une suspension du NK603 et aujourd'hui,  le comité d'experts de l'Inde veut un moratoire de 10 ans sur l'expérimentation des OGM" et s'interroge : "En attendant que les études indispensables soient enfin menées, le principe de précaution va-t-il être appliqué à la firme Monsanto ou aux consommateurs européens ? La commission européenne vient de trancher une fois de plus en autorisant un OGM testé sur 5 rats !".

Réactions43 réactions à cet article

 

Le renversement de la charge de la preuve est la preuve de l'idiotie ou de la mauvaise foi militante.

Tout le monde sait bien que prouver l'inexistence de quelque chose est impossible.

Laurent Berthod | 24 octobre 2012 à 09h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'étiquetage des produits ogm est autorisé depuis juillet 2012 en Europe (interdit aux états-Unis depuis 1992 une honte absolue qui va cesser le 6 novembre avec un referendum en Californie) Les viandes qui ne seront pas étiquetées "sans ogm" seront bientôt invendables ...L'étiquetage va monter très vite en force ,ce sont les consommateurs qui l'exigent .Il faudra rendre obligatoire l'étiquetage des viandes contaminées par les aliments ogm bourrés de pesticides sinon on ira vers une crise sanitaire pire que la vache folle .Personne ne nous fera croire que le maïs ogm résistant au roundup n'en boit pas un peu avec l'eau qu'il absorbe,je ne pense pas que le maïs arrive à filtrer l'eau contaminée . Les éleveurs l'ont bien compris ,ils commencent à abandonner le soja ogm pour du fourrage classique qui finalement ne coûte pas plus cher .Les éleveurs qui ne font pas cette conversion à temps se retrouveront avec des bêtes invendables (la grande distribution a déjà prévenu qu'elle refuserait les viandes nourries aux ogm ou bien qu'elles les signaleraient très clairement aux consommateurs...(la vache folle leur a fait perdre des millions..).Personne ne voudra en acheter ces viandes contaminées pour nourrir ses enfants ou même ses animaux....

walter99 | 24 octobre 2012 à 10h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le député Plancher, on voit qu'il connait bien le problème... :

"une étude de 10 ans à partir d'un échantillon représentatif d'une centaine de rats", indique l'élu.

"étude de 10 ans" ... pas mal pour des rats qui ne vivent que 2 ans...!
Mangez des OGM, vous vivrez 5 fois plus longtemps (là pour le coup, on va rencontrer des vrais problèmes) !

"échantillon représentatif" ... : ben oui, laissez faire ceux qui savent et qui travaillent selon les normes internationales.
"une centaine de rats" : Ah, comment sait-il qu'il en faudrait 100 ?

Pour le reste, les réactions des autres politiques, de greenpeace ... c'est du convenu ...
Tous ces gens raisonnent par rapport à une croyance : "les OGM sont dangereux parce qu'ils sont dangereux" ... de type religieux donc !

Pourquoi les OGM devraient-ils être dangereux ?
Ils ne le sont pas plus, pas moins que n'importe quelle nouvelle variété obtenue par toute autre méthode que la transgénèse...
Ce sont des variétés comme toutes les autres !
Par ailleurs, il faudrait bien que ces gens comprennent, une fois pour toute, qu'on ne peut démontrer l'innocuité de quelque chose qui n'a pas de nocuité.
Par ailleurs, Corinne Lepage ment en disant qu'il s'agit d'un comité d'experts de l'Inde qui veut un moratoire !
C'est la Cour Suprême, il m'étonnerait qu'il y ait beaucoup d'experts des OGM au sein de cette CS !

gattaca | 24 octobre 2012 à 11h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

De la viande "contaminée" par les OGM, vous en mangez depuis dix ans, mon cher Walter, si vous n'êtes pas végétarien. Avec quoi croyez vous que sont élevés les porcs les volailles et les bovins ? Avec du soja et du maïs OGM.

Laurent Berthod | 24 octobre 2012 à 12h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Laurent Berthod : Le règlement Reach, qui repose justement sur le renversement de la charge de la preuve, idiotie et mauvaise foi militante ?!!
Pour répondre à votre lapalissade : tout le monde sait que quand on ne cherche pas, on ne trouve pas...

Mauvaise foi ?!! | 24 octobre 2012 à 12h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Renversement de la preuve dans Reach ? permettez moi d'en douter. C'est ce que des juristes ou des technocrates croient avoir fait, ou ont fait croire aux militants écolos et à l'opinion, mais scientifiquement il est impossible de prouver que quelque chose n'existe pas, et donc qu'un produit et, en toute circonstance imaginable, n'est pas nocif. D'ailleurs tout les produits, ceux que nous utilisons tous les jours, le sel, l'eau... sont nocifs, le poison est dans la dose (Paracelse).

Laurent Berthod | 24 octobre 2012 à 14h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Gattaca, 10 ans d'expé pour des rats qui vivent 2 ans c'est effectivement bizarre. On peut peut être tester l'impact sur plusieurs générations...

Mais si un rat vit 2 ans, pourquoi les "critères internationaux" que vous estimez être inattaquables n'exigent que 3 mois (dixit vous même dans l'autre forum) ?
C'est justement pour cela qu'il faut revoir les critères d'évaluations : les critères actuels sont insuffisants, notamment pour les effets à long termes et les questions de transparence.
Pour le reste, attendons de voir les protocoles définitifs avant de critiquer.

Pourquoi les OGM seraient dangereux ? Parce qu'on introduit dans l'ADN d'une variété un gène issus d'une autre espèce (voire autre règne) sans connaître tous les impacts que cela entraîne en terme de synthèse de protéines (à part celle que l'on recherche). Et ce n'est pas des études de 3 mois qui peuvent permettre de constater quoi que ce soit.

La sélection variétale classique n'utilise pas cette technique et c'est là la différence avec les variétés OGM.

Quant aux animaux nourris aux OGM, rassurez-vous M. Berthod, ce n'est pas une fatalité : dirigez-vous vers les label rouge (sauf pour le porc) ou bio qui garantissent une alimentation sans OGM ou même l'a vente directe vers un éleveur que vous connaissez, même conventionnel. Mon père produit du lait et de la viande (non bio) issus d'une alim garantie sans OGM. Je peux vous en vendre...

jujuniep | 24 octobre 2012 à 17h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Jujuniep
Mais apprenez qu’il existe déjà au moins 12 études transgénérationnelles, et sans doute plus d’une 50taine à deux ans…
Ce sont les toxicologues eux-mêmes qui ont défini cette durée de 3 mois. D’après eux, faire plus n’apporterait rien. La preuve : les (au moins) 50 études long terme qui n’ont rien apporté.
Vous qui n’êtes pas plus toxicologue que GES, vous êtes capable d’affirmer que 3 mois sont insuffisants !

Ah bon, l’introduction d’un gène (surtout parce qu’étranger) serait intrinsèquement dangereuse ? Si vous réfléchissez un tant soit peu et que vous vous rappelez ce qu’il se passe lors d’une fécondation et lors des divisions cellulaires … êtes-vous certain qu’il ne se passe pas une transgénèse ?

Quant à savoir ce qu’il se passe, vous en faites pas, on regarde bien plus que lors d’un simple croisement ! (il n’y a pas si longtemps, l’identification variétale était basée sur le profil protéique caractéristique de chaque variété).
Apprenez que deux individus n’ont ni le même nombre de gènes, ni leurs gènes dans le même ordre ! Il est alors certain que lors de la première division cellulaire, il y a un (plusieurs) phénomène(s) d’insertion (identique à ce que provoque la transgénèse) au sein de l’ADN… L’ADN aurait-il la capacité de reconnaître un gène étranger et de se comporter de manière différente dans ce cas ? Bizarre !

Ne parlons même pas des hybridations interspécifiques, des mutations, délétions, duplications, transpositions, translocations...

gattaca | 24 octobre 2012 à 18h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bien joué M. Séralini !

A nous les consom'acteurs électeurs contribuables citoyens de maintenir la pression ! Le compte à rebours de la vérité est lancé ! Soyons Patient !
!!
Et M. Séralini n'est plus seul " Russie, Inde " et ce n'est surement que le début !!!

Eau Pure | 24 octobre 2012 à 21h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les lobbys ont beau avoir de l'argent, des avocats et faire pression en passant par des politiciens véreux !!!

Ils ne pourront jamais acheter la liberté d'expression des consom'acteurs électeurs contribuables citoyens résistants !!!

Dernière ligne droite avant le verdict ! La victoire serait planétaire au pays des Pro OGM lobbyistes !!!

" En Californie, la bataille des OGM se livre sur les emballages "

(©AFP / 20 octobre 2012 08h13)

Eau Pure | 24 octobre 2012 à 21h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

INCROYABLE!

Gagattacca et Berthod persistent ...c'est du domaine de la religion !

REPETONS INLASSABLEMENT:
FRANCE: 1 homme sur 2, 1 femme sur 3 sont ou seront touché(e)s par un cancer!
Du jamais vu !

QUESTION: même si les pesticides et autres OGM imprégnés d'iceux ne sont pas officiellement impliqués,faute d'études sérieuses , n'est-il pas troublant de constater que cet état nouveau de cancérisation générale correspond à une époque d'usage intensif de l'agrochimiculture (néologisme) ?

D'autres causes peuvent évidemment être invoquées (nucléaire, tabac, alcool... ) , mais le doute persiste devant un tel accroissement des cas de cancers dans un contexte d'usage quotidien des pesticides et autres OGM imprégnés d'iceux.

Coquelicot | 25 octobre 2012 à 09h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

GAGATTACCA

la transgénèse que vous invoquez n'a rien à voir avec l'introduction d'un pesticide dans un organisme végétal, ou d'une molécule résistant à un herbicide tel Roundup!

Il faudrait vous recycler...il existe certainement d'excellents cours du soir où vous pourriez vous former en génétique...

Coquelicot | 25 octobre 2012 à 09h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'histoire de l'explosion des cancers en lien avec la chimie et l'environnement est un mensonge des écologistes. Un de plus colporté par Coquelicot !

Laurent Berthod | 25 octobre 2012 à 09h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

PAUVRE BERTHOD!

Que dire de plus ?...

Coquelicot | 25 octobre 2012 à 10h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

S'il ne vous reste plus que des astuces sur les pseudos comme argument ... alors ...! je peux facilement faire de même n'est ce pas coliquecot,


d'une part :
Je crois être un peu plus formé que vous en génétique, en ayant travaillé sur des gènes (isolés, séquencés) puis fait de la transcriptomique et de la protéomique et je n'en suis pas resté à vos conceptions de la génétique de grand papa dans lesquelles vous vous imaginez que le génome est stable... Le recyclage, il est plutôt à faire de votre côté !

Vous gagneriez à lire les publications de Ames (1990) qui montrent que 99,99% des pesticides que nous ingérons quotidiennement sont naturels. Il existe un nombre incroyable de molécules présentes naturellement dans les organismes qui ont une fonction "-cide". Bizarre que vous n'ayez pas encore compris cela ni connaissance de ces publications de référence !

D'autre part, sur la question des cancers, je vous engage aussi vivement à lire le rapport Tubiana. Vous risquez d'y apprendre beaucoup de choses et notamment le fait que si on raisonne par tranche d'âge, (la seule manière correcte de comptabiliser), on constate une diminution de 22% de la mortalité due aux cancers chez les hommes et 14 % chez les femmes (qui se mettent à boire et à fumer). Si évidemment, en valeur absolue le nombre de cancer augmente, c'est principalement en raison du fait que nous mourrons beaucoup plus "vieux" et que nous avons le temps d'attraper un cancer.

gattaca | 25 octobre 2012 à 10h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

GAGATTACCA

".../...99,99% des pesticides que nous ingérons quotidiennement sont naturels "

C'est bien connu...par exemple, le Roundup est régulièrement sécrété naturellement par des organismes végétaux!...ainsi que, par exemple, le DDT à présent interdit, la Gramoxone, itou, ou encore le Lindane itou, et autres poisons définitivement interdits, jugés sans danger à l'époque par vous et vos semblables !

Je doute réellement de vos compétences en matière de génétique, et ce n'est pas en bombardant ce forum de termes appropriés et destinés à impressionner le chaland, que vous convaincrez qui que ce soit, eu égard par ailleurs aux inepties scientifiques qu'il serait trop long d'analyser ici, concernant notamment la cancérisation (y compris chez les jeunes!...), l'usage des pesticides et autres OGM "chimiques".

Coquelicot | 25 octobre 2012 à 10h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Laurent a raison: il est impossible de prouver que quelque chose n'existe pas. J'en profite pour lui apporter mon soutien amical contre les propos insultants qui sont proférés à son encontre, et d'autant que Laurent donne sa véritable identité. Il mérite le respect, même si on est en désaccord avec lui .
Restant moi-même anonyme, je considère que je n'ai pas le droit d'insulter qui que ce soit sur ce forum. C'est une question de pure et simple correction.

Albatros | 25 octobre 2012 à 10h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pauvre coquelicot fané, intoxiqué par de la mauvaise littérature écolo pseudo scientifique.
Il devrait taper sur son moteur de recherche préféré : Il n'y a pas d'explosion des cancers

Laurent Berthod | 25 octobre 2012 à 10h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour info, les lobby Monsanto et autre firme phytopharmaceutique viennent de se faire virer du Palais Boubon (Assemblé Nationale)... Il faut croire que cette présence commençait à devenir gênante. Mais non, Monsanto n'exerce absolument pas de pression sur les politiques, voyons.

Et que de menteurs autour de vous M. Berthod... Tous ceux avec qui vous n'êtes pas d'accord finalement. Les écolos, les médecins (cancer = cause environnementale), les citoyens, les politiques, les agriculteurs bio (qui meurent par millier intoxiqués par leurs propres aliments) la plupart des agronomes, les associations, l'agriculture vivrière... Et si c'était vous et vos amis vendeurs de produits phyto et d'OGM qui vous trompiez ?
Après tout, quand des milliards sont en jeu, ça vaut bien un petit mensonge et ça ne serait pas la première fois.

jujuniep | 25 octobre 2012 à 11h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

EST-IL IRRESPECTUEUX de dénoncer des positions "scientifiques" en faveur des empoisonneurs de la planète et du vivant, dont le seul but est de faire...du FRIC ?

Les pesticides que j'ai cités précédemment auraient effectivement été annoncés et soutenus à l'époque comme "sans danger pour la santé humaine et l'environnement" par les mêmes!

Or, on en connaît la suite!

LE RESPECT SE MERITE...surtout lorsque l'on se prétend scientifique et que l'on affirme des "vérités" qui mettent en danger la vie des autres...et que l'on réfute toute démarche scientifique et rationnelle!

Nous avons suffisamment de connaissances notamment en chimie pour savoir à l'avance quelle est la présomption de toxicité d'une molécule de synthèse.

Ceci n'excluant pas une expérimentation plus poussée...du genre de celles que refusent certains OGM-istes fanatiques, soit-disant généticiens...

Coquelicot | 25 octobre 2012 à 11h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

décidément, les "eau pure" "coquelicot" ne comprennent rien.
Depuis plus d'un mois maintenant, on a été bassiné par les mensonges de GES tous les jours dans les médias, relayés par deux bouquins (Lepage, GES) et deux films (JP Jaud, Fontquernie).
Simultanément, un nombre impressionnant d'agences de sécurité, d'académies, d'associations de pathologistes, de toxicologues, de scientifiques du monde entier, de statisticiens, de journalistes scientifiques ont conclu tous que cette étude était de la m...
Cela ne vous suffit pas ? en plus vous semblez incapables de vous rendre compte par vous mêmes que cette étude est nulle et non avenue ce qui en dit long sur vos connaissances et votre conception de la science et d'un miminum de déontologie.
Tout ce qu'a dit GES est faux de A à Z, ne construisez donc pas un argumentaire à partir de données de bases qui n'ont aucune valeur.

On en est donc toujours au même point qu'avant cette dernière pub de GES :

Il n'y a aucune preuve de la dangerosité de quelque OGM que ce soit dans le monde entier après 17 années de cultures (représentant 160 millions d'ha en 2011 et plus de 1,25 milliards d'ha en surfaces cumulées depuis 1996). Aucune des études court, moyen, long termes de toxicité réalisées dans le monde (certainement plusieurs centaines) n'ont mis en évidence de signes spécifiques pouvant indiquer une risque de toxicité.

Il n'y a pas un seul mal de tête attribué aux OGM, mais dans le même temps combien de morts dus à l'AB ?

gattaca | 25 octobre 2012 à 14h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et quand bien même les OGM ne représenteraient pas de risque pour les humains, pouvez-vous concevoir Messieurs Berthod, Albatros et Cie que nous ne voulons pas d'OGM dans nos assiettes ?! Pouvez-vous entendre que l'absence de contamination des cultures sans OGM par des OGM n'est pas possible aujourd'hui et que la liberté de consommer SANS OGM est donc compromise ? Pouvez-vous concevoir que d'un point de vue ETHIQUE, ce n'est pas dans ce sens que nous voulons que notre société avance ?!!

Pourquoi cette foi dans le progrès sans faille ?! Quels intérêts ?!!

Tulipe | 25 octobre 2012 à 17h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Petit exercice: remplaçons OGM par "fécondation in vitro" ou par "traitement des épilepsies" ou "nanofiltration" (zut, j'ai dit "nano"! mais ça marche pour la production d'eau potable), etc. et regardons ce qui se passe. On a le droit d'être anti, je ne le dénie à personne mais ça revient un peu à pisser contre le vent. Monsanto, avec ses pratiques de cow-boy, est sans doute coupable de l'opprobre qui s'abat sur le génie génétique et c'est bien dommage que ces technologies en soient devenues tellement décriées...
Il n'est pas là question de foi aveugle, ni même d'intérêts, ... Pas besoin d'insultes ni de caractères majuscules pour garder le droit de s'exprimer.

Albatros | 25 octobre 2012 à 19h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pourquoi employer le mot contamination ?

Contaminé par quel germe, par quelle virus, par quelle danger ? Encore un mot digne de la propagandastaffel !

Laurent Berthod | 25 octobre 2012 à 20h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@gattaca

Portez-vous volontaire comme cobaye auprès de M. Séralini ! Pour une fois, vous avez la chance d’être honnête avec vous-même !!!

Dépêchez-vous ! Plus vous vous enfoncez dans la négation, l’obscurantisme… plus l’opinion publique est contre les OGM des lobbys et politiciens véreux ou jugent et partis !!!

Vous avez les cartes en main pour clore définitivement le débat ! Ne laissez pas passer votre chance !!!

Eau Pure | 25 octobre 2012 à 22h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je comprends la foi dans la nature (sans la partager car je suis allergique à toute religion) mais ce que je ne comprends pas, c'est la condamnation et l'assimilation systématique de toute contradiction. Je ne suis ni "ogm-iste", ni "monsantiste", ni pratiquant d'une foi aveugle dans le progrès gnagnagna... L'expression d'un doute n'est pas forcément la manifestation d'un "intérêt" financier, comme il est souvent affirmé ici.
D'intérêt financier dans l'exploitation de la peur, je vois les campagnes des distributeurs et le blé qu'ils se font avec l'entretien de cette peur, je vois les greenwashers qui mettent sur les étiquettes de leurs produits davantage d'infos sur ce qu'il n'y a pas dedans plutôt que sur ce qu'il y a (comme il est impossible de prouver l'inexistence de quelque chose, c'est abyssal de malhonnêteté... à faire croire, par exemple, qu'en achetant dans le rayon bio, on "agirait pour la planète"). Oui, certains nous prennent bien pour des cons, sots, mateurs. Et c'est simplement triste. Merci de m'autoriser à l'exprimer ici sans insulte ni d'autres majuscules que celles des noms propres et des débuts de phrases.

Albatros | 26 octobre 2012 à 06h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@tulipe
j’admets fort volontiers que vous ne souhaitiez pas manger des produits alimentaires non issus d’OGM (on ne mange pas d’OGM, mais des produits fabriqués à partir d’OGM, le O n’existe plus alors).

Seulement votre dictat correspond au fait que vous ne voulez pas entendre parler de coexistence alors qu’elle est parfaitement possible (cas de l’Espagne par exemple pour l’Europe) et donc empêcher la culture de PGM.

Pourtant, il n’y a pas contamination comme vous le dites (ce terme, inapproprié, est utilisé volontairement par les antis-OGM pour faire peur). Il y a dissémination ou pollinisation croisée… à des taux (très faibles d’ailleurs) équivalents de ceux qui se sont toujours passé entre plantes de la même espèce.

Enfin, et pour la réciprocité, pourquoi m’empêchez vous de vouloir manger des produits issus d’OGM, alors que je sais qu’ils sont plus sûrs pour la santé, notamment en raison d’une présence moindre de mycotoxines.

Pour l'éthique, elle n'a rien à voir là dedans et ne se place pas à ce niveau. Nous avons besoin en permanence de nouvelles variétés. Pourquoi faire de nouvelles variétés même GM serait non éthique ?

gattaca | 26 octobre 2012 à 07h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

« Portez-vous volontaire comme cobaye auprès de Séralini » me dit « eau pure »
Certainement pas, je n’ai aucune confiance en ce pseudo-scientifique qui, de fait, c’est suffisamment prouvé maintenant et encore plus par ce dernier « travail », est un menteur et donc un imposteur.
Ce serait d’ailleurs un scandale si les pouvoirs publics l’intégraient dans une nouvelle étude qui d’ailleurs n’aurait pas de sens ni de justification scientifique.

Par ailleurs, je fuis autant que possible les produits issus de l’AB pour deux raisons principales :
1) ils n’apportent rien mais alors rien du tout en termes de bénéfices nutritionnels ;
2) leur sûreté sanitaire est moindre (accidents avec du pain "bio" au sésame en septembre dernier, mais c'est en permanence que l'on relève des problèmes).

Je laisse aux bobos-bios-ecoloverdâtres tout ce type d’alimentation qu’en plus, ils payent plus cher pour risquer de s’empoisonner.

Vous et d’autres, vous vous êtes laissé embarquer par GES dans les délires de "comment mettre en évidence l'inexistant" !

gattaca | 26 octobre 2012 à 10h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En relisant les différents messages des différents forum, vous pourrez tous constater que les anti-OGM ou ceux qui ont simplement des doutes ont été assimilés à des idéologues, à des menteurs, à des idiots manipulés (ou à des idiots tout court), à des terroristes et maintenant à des nazis (référence à la propagandastaffel de M. Berthod, et je le cite).

Jamais on ne devrait accepter que quelqu'un défendant son point de vue contre les OGM, majoritaire dans la population, quoi qu'en dise certains, se fasse accuser de faire de la propagande SS !
M. Berthod, vous qui vous autoproclamez politiquement incorrect, cela va-t-il jusqu'à banaliser à ce point l'occupation allemande ?
Mais s'il il faut comparer avec cette période de l'histoire, nous sommes plutôt des "résistants" face à la toute puissance de certaines firmes qui corrompent les décideurs et font taire les opposant (Albatros lui-même reconnait les pratique de "cowboy" de certains...).
A tous les Pro-OGM, cautionnez-vous cette référence au nazisme ?

Enfin, je constate encore une fois le manque de prudence, le mépris, les erreurs d'analyses, le manque d'honnêteté et malgré tout les certitudes absolues de certains pro-OGM alors que nos ne demandons que de la transparence et de la prudence envers cette nouvelle technologie et surtout de la liberté de choix.

Aujourd'hui, il est aisé de manger délibérément des OGM si on le veut mais l'inverse est impossible. C'est tout simplement inadmissible.

jujuniep | 26 octobre 2012 à 10h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Aujourd'hui, il est aisé de manger délibérément des OGM si on le veut mais l'inverse est impossible. C'est tout simplement inadmissible."
dit jujuniep...

mais pas du tout, il vous suffit de manger des produits issus de l'AB !

Allez du courage !

Il faudra le rappeler encore certainement des milliers de fois, mais personne ne mange d'OGM, on mange des produits alimentaires issus/préparés/fabriqués à partir d'OGM (et le O de Organisme n'existe plus alors !).
Cette dérive conduit certaines géants de la distribution à des étiquetages (sans OGM, nourri sans OGM) d'une abyssale malhonnêteté comme le rappelle à juste titre Albatros tout en étant doublé d'une abyssale stupidité.
Quand on voit que 70 voire 80% des consommateurs tombent dans le panneau !

gattaca | 26 octobre 2012 à 11h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'aurais préféré une réponse à ma question sur la "propagandastaffel" de M. Berthod plutôt qu'une énième remarque de sémantique.

Allez du courage !

jujuniep | 26 octobre 2012 à 12h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je n'ai pas à répondre sur ce point à la place de M. Berthod.

Quant à la sémantique, essayez donc de donner vos arguments en utilisant les termes appropriés, corrects, non ambigus, précis, ceux qui conviennent très exactement à la situation, sans utiliser d'amalgames, etc.

Je crains fort que cet exercice (qui reste nécessaire et salutaire) conduise à un affaiblissement considérable de la portée de vos arguments, s'ils restent même valables !

gattaca | 26 octobre 2012 à 12h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je pense qu'il faut sortir du jeu des amalgames imbéciles (reprenez-vous, "propagandastaffel" et "écolos résistants" ça sort d'où?). Il n'est pas question ici non plus de "cautionner", simplement de débattre civilement si possible. La Résistance n'a rien à voir là-dedans. S'il faut en passer par ce type de référence, je me méfie toujours de ceux qui affirment que la nature ou la terre "ne mentent jamais" et c'est contre ces gens-là, à mon sens, que la Résistance peut être invoquée.

Albatros | 26 octobre 2012 à 12h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Renseignez-vous la situation des agriculteurs indiens, burkinabés ou même américains qui souffrent aujourd'hui de s'être laissés convaincre par Monsanto et autres ?

Les OGM posent des questions en terme d'éthique, de choix de société, d'économie, de philosophie et ne se résument pas qu'à une question de biologie.

Messieurs, arrêtez de prendre les anti pour des imbéciles mal informés parce qu'ils ne partagent tout simplement pas votre point de vue. Notre opposition est tout aussi légitime que votre soutien aux OGM. vos commentaires condescendants prouvent votre intolérance .

Tulipe | 26 octobre 2012 à 13h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Encore une fois, vous agressez plutôt que discutez. Pourquoi me dire que si j'emploie le terme "aliments OGM" plutôt que "aliments issu d'OGM", cela nuit à l'argument ? En aucun cas ! Vous êtes ici sur un forum ouvert à tous et pas dans une institution élitiste où chaque expression est regardée à la loupe.

Vos remarques continuelles sur la valeur des arguments avec lesquels vous n'êtes pas d'accord commencent à devenir pénibles, surtout venant de quelqu'un qui ne répond jamais aux questions, sinon en jouant sur les mots ou en nous inondant de mots qui font savant !
C'est un débat de fond ! Et si je continue à écrire ici, ce n'est pas pour me faire rabaissé à chaque message.
En lisant les commentaires d'Albatros ou de Wakes Seppi d'1 tout autre niveau, je vous signale respectueusement, Gattaca, que vous donnez une image déplorable à vos idées et vous leurs faites perdre toute crédibilités. Cela peut vous paraître bizarre, mais les gens n'aiment pas être insultés... Si vous voulez tuer le débat, continuez ainsi !

Albatros, relisez mon dernier message. Je suis aussi offusqué que vous par l'amalgame "propagandastaffel" et je n'ai parlé de "résistance" que pour avoir une réponse de M. Berthod, qui apparemment ne regrette en rien d'avoir assimiler anti-OGM et nazisme.
Aucun anti-OGM "idéologue" et "éco-fasciste" (dixit Laurent Berthod) de ce forum ne s'est permis de telle assimilation.

jujuniep | 26 octobre 2012 à 13h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Beaucoup de propos qui attisent la haine dans ce forum. C'est une technique rhétorique comme une autre. Peu d'arguments qui dépassent les querelles d'arguments d'autorité et de comparaison de taille de ...savoir scientifique.

L'étude de Seralini n'est critiquée que dans son incomplétude. Il a d'ailleurs lui-même anticipé et reconnu les limites méthodo de son travail (je parle des vraies limites pas des faux faits dispensés pour manipuler l'opinion), par ce qu'il a manqué de moyens. Fait indéniable de son étude les protocoles d'étude qui valident une mise sur le marché de ces produits présentent de sérieux doutes.

Sur le débat OGM, évitons les amalgames en effet. C'est une grande famille qui comporte du bon et du mauvais. Mais les OGM développés par certaines entreprises qui ont pour fonction de résister à des biocides et d'être profitables soulèvent légitimement des inquiétudes. Ils ont par ailleurs des limites éthiques évidentes tant sur la question du brevetage du vivant que sur les modèles économiques qu'ils pré-supposent.

Sur le principe de précaution, l’absence de risque est improuvable tout comme la perfection est inatteignable, ça n'empêche pas de définir que des protocoles sont obsolètes aux vues du progrès des connaissances.

Enfin, je regrette l'invasion des forums , sur de nombreux sites, par quatre pseudos. Faire valoir son opinion , oui, mais où trouvez vous le temps d'envahir l'espace web à ce point ?

dangerprudent | 26 octobre 2012 à 14h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

IMPOSSIBLE ECHANGE D'IDEES!

Quant on en arrive à affirmer que la nourriture "bio" tue les braves gens, et que les "anti-OGM"" sont assimilés à des néo-nazis...ou qu'ils sont trop bêtes pour comprendre, etc...on se demande quel genre de débat rationnel, objectif et documenté peut bien exister dans ce contexte de respect de l'autre!

QUESTIONS ULTIMES (en ce qui me concerne):

1/Messieurs les OGM-istes admettez-vous qu'AUCUNE étude indépendante , sérieuse, et de longue durée, n'a pu démontrer l'innocuité des OGM Monsanto pour l'alimentation, les sols, et l'environnement ?
Seriez-vous partisans de telles études?

2/Pouvez-vous nous fournir les références d'études indépendantes démontrant que les OGM Monsanto contiennent moins de mycotoxines ?

3/A contrario, pouvez-vous fournir des études indépendante démontrant la mycotoxicité permanente ou fréquente des végétaux non OGM Monsanto ?

4/ Pouvez-vous fournir des études indépendantes et de durée suffisante démontrant l'innocuité du désherbant Roundup imprégnant notamment les végétaux "Roundup-ready" ?
(Alors que, comme indiqué précédemment, des études démontrant l'inverse et indiquées par mes soins précédemment sur ce forum, existent dès à présent)

BON COURAGE A VOUS, ET MEILLEURES SALUTATIONS!

Coquelicot | 26 octobre 2012 à 15h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

1° J'ai utilisé le mot propagandastaffel en pensant d'abord aux méthodes de propagande, pas au contenu de cette propagande. Les méthodes de propagande ont pour base commune le mensonge, sa répétition et sa circulation en boucle. J'ai rarement vu en France un sujet sur lequel aient été déversés autant de mensonges que les OGM.

Juste le début d'une interminable liste :

- l'histoire des brevets, qui rendraient les paysans dépendants des semenciers, alors qu'ils le sont ni plus ni moins depuis cinquante ans au moins. D'ailleurs tant qu'il y a concurrence entre différents semenciers, leur clients n'en sont pas dépendant au sens donné à ce mot par les anti-OGM

- l'histoire de Terminator prétendument inventé pour rendre les paysans dépendants du semencier, alors que c'était pour éviter ce que les abrutis d'écolos qualifient de "contamination".

- l'histoire des suicides de paysans en Inde pour avoir investi dans les OGM. Mensonge pur.

- les mensonges de Séralini,

etc. etc.

2° En relisant le message que j'ai écrit dans lequel j'ai utilisé le mot propagandastaffel, je me dis que cela se justifie non seulement sur la méthode, mais aussi sur le fond du message colporté par la propagande. Quand on veut se débarrasser de son chien on l'accuse de la rage. Les nazis accusaient les Juifs de contaminer le peuple allemand, les écolos accusent les OGM de contaminer les non-OGM. Dans les deux cas : contaminés par quoi ?

Laurent Berthod | 26 octobre 2012 à 17h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En quoi vous sentez vous agressé Monsieur jujuniep ? Vous semblez avoir une susceptibilité à fleur de peau. Je ne crois pas avoir jamais écrit un mot d’insulte à votre égard. Si vous avez ressenti certains passages comme pouvant être insultant indirectement par la formulation, alors vous en avez bien autant à mon égard par vos sous-entendus (et je ne vous en ai jamais fait le reproche !).

gattaca | 26 octobre 2012 à 19h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Blablablablablablabla...ça continue!

Gattacca et Berthod persistez à ne pas répondre!

Quatre points viennent de vous être proposés (entre autres....), et vous êtes incapables, depuis le début de ce forum d'y répondre avec une vraie démarche de scientifiques que vous n'êtes certainement pas !

Vous êtes incapables depuis le début de ce forum, d'étayer vos affirmations avec des études dûment référencées

Chaque fois , vous bottez en touche pour "noyer le poisson" (OGM, sans doute!) en prenant bien soin d'appliquer cette célèbre observation:

QUAND TU MONTRES LA LUNE DU DOIGT, L'IDIOT REGARDE TON DOIGT

Restez dans votre aveuglement sectaire et vos certitudes irrationnelles, Messieurs les Grands Penseurs.

Quant à moi, j'ai autre chose à faire dans la vie que de tenter de faire apprécier les charmes de l'analyse algébrique !

DEFOULEZ-VOUS BIEN...ET SURTOUT...BON APPETIT !

Coquelicot | 29 octobre 2012 à 09h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@coquelicot
ne vous énervez pas !
Le simple fait de demander des références sur les 4 points cités est une belle démonstration de votre ignorance totale du sujet que vous jugez.

En 1500 signes impossible de vous répondre de manière détaillée
1) voir étude de SNELL et al 2012 (citée dans la pub de GES) qui mentionne 24 études long terme dont 12 transgénérationnelles. 2 autres non citées par GES à 104 semaines (2 ans)
j’ai une liste de 40 études… donnez votre mail je vous l’adresse …

2-3) les premières études mentionnant une teneur moindre en mycotoxines des OGM Bt datent de 1997 avec Pietra Piva… en Italie, depuis il y en a eu de nombreuses, rapport AFSSA, des congrès se sont tenus sur ce thème… tapez mycotoxines sur google …

4) la monographie concernant le glyphosate fait 3000 pages au moins… par rapport à tous les pesticides et donc herbicides utilisés dans ce cas, le glyphosate a un profil toxico particulièrement intéressant pour sa faiblesse d’effets toxiques.
Il n’a pas été démontré qu’il était un perturbateur endocrinien (un autre mensonge de GES).

gattaca | 29 octobre 2012 à 12h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Gattaca, je constate que vous affirmez n'agresser personne et le massage d'après mettre une nouvelle fois l'intelligence de Coquelicot en doute ! Il y a une différence entre la politesse et la correction et vous êtes capable de dire beaucoup de mal des gens qui ne sont pas d'accord avec vous, sans être impoli... bravo !
Par ailleurs, je n'ai jamais fait aucun sous entendu sur vous (je vous avait d'ailleurs signalé que l'accusation de travailler dans un labo d'OGM ne venait pas de moi) et ce que j'ai dit sur vous, je l'ai dit clairement : trop de certitudes, manque de prudence, agressivité, intolérance, mépris... etc.
Sur le fond, il me semble que Coquelicot vous avait également donné des ref qui appuyaient son propos sur la toxicité du glyphosate... En quoi vos 2 ref devraient clore le débat ?
Par ailleurs, l'article que nous commentons traite du changement des critères d'évaluation face à ce qui a été fait auparavant... Pourquoi se limiter aux études passées en disant "vous voyez, aucun risque ! " ?

Enfin, M. Berthod, si vous voulez parler de propagande, vous dites propagande et vous éviter l'allusion aux nazi,c'est plus sain. La contamination c'est l'introduction dans un organisme d'un corps étranger, donc c'est approprié avec les OGM.
Et encore une fois, le monde entier semble mentir autour de vous. Les agriculteurs qui se suicident en Inde ne le font pas sur demande de Greenpeace. Un tel aveuglement est consternant.

Au fait, merci pour "abrutis d'écolo", classe !

jujuniep | 29 octobre 2012 à 13h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

résultats à ce stade: 43 interventions: 14% pour Jujuniep,16% coquelicot, 16% bertho, 25% Gattaca, 4% dangerP; tous les autres 25%.

Félicitations à nos grands orateurs et à leur petites engueulades qui auront monopolisé le forum. C'est de la communication avec un grand C.

M. Berthot, un petit point économique: quelques acteurs surpuissants ne suffisent pas pour obtenir un effet concurrentiel bénéfique. L'argument du "c'est comme ça depuis 50 ans" n'est pas suffisant pour justifier le statut quo. Je vous souhaite de ne pas parler de progrès trop souvent en ces termes !

Gattaca: Le nombre de vos études présentent les défaults de protocoles que Séralini dénoncent, c'est bien ça le knowledge gap qu'il souligne...
Et le glyphosate seul n'est pas le roundup en entier, c'est aussi ça dont il est question dans le papier.

On dirait que vous avez lu le papier en cherchant l'erreur avant même d'essayer d'en comprendre l'objet.

dangerprudent | 29 octobre 2012 à 15h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…