Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Renouveau de la filière nucléaire : l'ASN demande plus de rigueur industrielle

L'accélération de la filière nucléaire pourrait conduire à négliger la rigueur industrielle qui s'impose, voire à frauder. C'est l'avertissement que lance le gendarme du nucléaire au moment où les projets montent en puissance.

Risques  |    |  L. Radisson
Renouveau de la filière nucléaire : l'ASN demande plus de rigueur industrielle

Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation, surtout dans un domaine aussi sensible que le nucléaire. C'est en substance le message que le collège et la direction générale de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ont cherché à faire passer à l'occasion de leurs vœux à la presse, ce mardi 30 janvier.

« Malgré les progrès constatés en matière de maîtrise technique et de pilotage des activités, les contrôles de la chaîne d'approvisionnement des matériels destinés aux installations nucléaires réalisés par l'ASN mettent encore en évidence des faiblesses récurrentes dans la rigueur industrielle », a rapporté le président de l'Autorité, Bernard Doroszczuk. Ce qui est préoccupant au moment où le Gouvernement et les industriels se mettent en ordre de bataille pour concrétiser le choix politique annoncé par Emmanuel Macron lors de son discours de Belfort, en février 2022 : la construction de six nouveaux EPR (voire huit de plus), la prolongation du parc de réacteurs existants, et le soutien aux projets de petits réacteurs modulaires (SMR) et aux réacteurs innovants (AMR).

« Ces faiblesses, qui doivent être corrigées, concernent principalement le manque de connaissance par les fournisseurs des exigences spécifiées importantes pour la sûreté, le manque de maîtrise de certains procédés spéciaux, ainsi que le manque de rigueur et de performance dans la surveillance de la chaîne d'approvisionnement », détaille M. Doroszczuk. Des faiblesses qui résultent du manque d'expérience et de projets depuis dix ou vingt ans et de la nécessité de remettre en route la filière, selon l'ingénieur général au corps des Mines. « Les déboires de Flamanville sont aussi liés aux faiblesses dans la gestion de projet », ajoute ce dernier, qui préconise de s'améliorer aussi sur ce plan.

Contrôle de l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement

Depuis deux ans, grâce à une évolution législative, l'ASN contrôle désormais l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement des matériels destinés à l'industrie nucléaire, là où elle s'arrêtait, avant, à l'inspection des exploitants.

“ Certaines entreprises [sous-traitantes] ne savent pas qu'elles réalisent des équipements pour le secteur nucléaire ” Bernard Doroszczuk, Président de l'ASN
Ces derniers sont chargés, de leur côté, du contrôle de leurs sous-traitants. Les nouvelles prérogatives de contrôle de l'ASN permettent de montrer que « cette surveillance en cascade n'est aujourd'hui pas efficiente ». Plus on descend dans la chaîne de sous-traitance, plus la conscience de travailler pour la filière nucléaire diminue, rapporte en effet Bernard Doroszczuk. Conséquences ? « Certaines entreprises ne savent pas qu'elles réalisent des équipements pour le secteur nucléaire », révèle le président de l'Autorité de sûreté.

D'où la demande de l'ASN en faveur de plus de rigueur et de ciblage dans la définition des prescriptions que chaque entreprise doit respecter dans la chaîne d'approvisionnement, et le respect des exigences de traçabilité des équipements.

Trois signalements au procureur

Le gendarme du nucléaire soulève aussi les risques de falsification et de contrefaçon qui existent dans la maîtrise des procédés spéciaux. « Toute la filière nucléaire sera en tension avec des fournitures plus importantes, des plannings en tension. Cet engouement ne doit pas se traduire par des situations de contrefaçon ou de fraude dans la filière », prévient son président. Celui-ci révèle que l'ASN a constaté 43 cas avérés en 2023, dont trois ont fait l'objet d'un signalement au procureur de la République. « Il faut développer des mesures de prévention et pas seulement de contrôle », ajoute M. Doroszczuk.

Les professionnels de la filière nucléaire se souviennent des irrégularités découvertes dans l'usine d'Areva au Creusot (Saône-et-Loire) en 2016. L'ASN avait mis au jour des irrégularités dans le contrôle de fabrication de plusieurs centaines de pièces produites dans cet établissement depuis 1965, dont certaines étaient encore en service sur le parc nucléaire. Les fraudes et falsifications sont susceptibles de prendre plusieurs formes. Elles peuvent, par exemple, consister en des résultats d'essais déclarés conformes alors qu'ils ne l'étaient pas ou en des défauts de qualification des soudeurs. « Des exploitants ont également remonté des composants non conformes aux spécifications dans le cadre de la fourniture de puces électroniques », témoigne Stéphanie Guénot Bresson, membre du collège de l'ASN.

« Il faut toutefois distinguer les erreurs et ce qui est une volonté de falsifier », tempère Bernard Doroszczuk. Le programme d'inspection de l'ASN pour 2024 comprend d'ailleurs un volet sur les risques de falsification combiné avec la prise en compte des facteurs organisationnels et humains (FOH). Les non-conformités peuvent en effet survenir du fait de contraintes temporelles, de « silences organisationnels » (les salariés se taisant de peur des conséquences), ou de pressions sur les plannings, explique l'ingénieur des Mines.

Réactions3 réactions à cet article

Effectivement il est très nécessaire de mettre en place des contrôles rapprochés et efficients et surtout des sanctions qui passent l'envie de recommencer aux fraudeurs. Sinon on risque de multiplier les "accidents" vu le nombre de projets, dont certains n'en sont encore qu'au stade prototype. Pas de précipitation intempestive. Les élus locaux qui cherchent à faire de la com pour se faire mousser sont aussi invités à se modérer. Ils ne sont pas scientifiques et n'y connaissent rien, qu'ils se taisent.

gaïa94 | 31 janvier 2024 à 16h37 Signaler un contenu inapproprié

"L'accélération de la filière nucléaire pourrait conduire à négliger la rigueur industrielle qui s'impose, voire à frauder" : c'est déjà largement le cas, ainsi que l'ASN l'a démontré à plusieurs reprises pour le chantier de l'EPR de Flamanville, qui plus est pour des éléments clef comme la cuve des réacteurs ou hyper sensibles comme des puces électroniques ! Dans une société normale, on aurait tout arrêté face à un tel constat d'échec. Mais là, non, il est au contraire impératif d'accélérer et on s'apprête à démultiplier les risques avec autant de projets ! C'est aberrant technologiquement et atterrant quant au mépris des risques inouïs que ces nucléocrates font prendre à la société toute entière pour des centaines de milliers d'années.

Pégase | 31 janvier 2024 à 21h32 Signaler un contenu inapproprié

De toutes façons l'EPR de Flamanville ne fonctionnera pas , à chaque fois qu'on voudra le mettre en marche il y aura un incident ou accident. Ce truc est déjà plein de rustines. Il passera sa vie en réparations. Il est trop gros et un accident majeur ravagerait toute la région jusqu'à Paris.

gaïa94 | 01 février 2024 à 18h08 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Bungalows et conteneurs de rétention pour stocker les produits dangereux DIFOPE
Cuves de stockage huiles usagées pour déchetteries, ateliers, industries … DIFOPE