En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Renouvellement du glyphosate : non pour 10 ans mais pourquoi pas 4 ans ?

MAJ le 27/10/2017

Les Etats membres de l'UE ont refusé le renouvellement pour 10 ans de la substance herbicide glyphosate. Leur vote est reporté. La France est prête à accepter une ré-homologation pour quatre ans.

Agroécologie  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Sans surprise, la Commission européenne n'a pas obtenu, ce mercredi 25 octobre, la majorité qualifiée nécessaire des Etats membres (16 pays sur 28, représentant 65% de la population de l'UE) pour valider sa proposition initiale de renouvellement pour 10 ans de la substance active glyphosate dans l'Union européenne. La France ayant confirmé mercredi son vote contre et l'Allemagne s'étant abstenue en comité d'experts réunis à Bruxelles. La proposition de la Commission s'avérait déjà difficile à atteindre sans ces poids lourds démographiques de l'UE.

 
Sans renouvellement de cette substance, les agriculteurs européens seront dans une position de désavantage compétitif par rapport à ceux des pays tiers  
Joachim Rukwied, Copa
 
L'Allemagne et le Portugal se sont abstenus sur les 10 ans, 16 pays ont soutenu cette proposition : la Bulgarie, Chypre, le Danemark, l'Espagne, l'Estonie, la Finlande, la Hongrie, l'Irlande, la Lettonie, la Lituanie, les Pays-Bas, la Pologne, la Roumanie, la République Tchèque, le Royaume-Uni et la Slovaquie. Dix pays ont voté contre : l'Autriche, la Belgique, la Croatie, la France, la Grèce, l'Italie, le Luxembourg, Malte, la Slovénie et la Suède.

Faute d'accord, les Etats-membres viennent une nouvelle fois de reporter leur vote sur la ré-homologation du principe actif du Roundup de la firme Monsanto, qui arrive à son terme le 15 décembre. Une nouvelle réunion du comité d'experts devrait se tenir d'ici "deux à trois semaines", annoncent les eurodéputés socio-démocrates français Eric Andrieu et belge Marc Tarabella. Et ce, conformément au règlement européen de 2009 sur la mise sur le marché des produits phytosanitaires.

Quatre, cinq, sept ans… ?

La veille, mardi, le Parlement européen a voté une résolution demandant une interdiction complète de l'herbicide d'ici à la fin 2022. Après le vote des eurodéputés, la Commission a annoncé qu'elle était prête à proposer aussi un renouvellement de cinq à sept ans aux Etats. Ces derniers ont également été consultés mercredi sur une durée de 5 ans sans parvenir à un accord. La France s'est aussi prononcée contre, a annoncé le Premier ministre dans un communiqué.

La France qui prépare un plan de sortie de la substance, semble avoir fixé sa date butoir. Elle est prête à accepter une durée de quatre ans de renouvellement pour permettre un consensus européen, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, lors du compte rendu du conseil des ministres. Le temps de développer des pratiques de substitution. "La France a travaillé avec la Commission et ses partenaires européens, en particulier l'Allemagne et l'Italie, pour dégager [ce] compromis", a précisé le Premier ministre. Mais l'eurodéputé Eric Andrieu pointe du doigt cette proposition de 4 ans qui "équivaut à avoir du glyphosate répandu dans la nature pendant 6 à 7 ans, compte tenu des délais de transition et d'écoulement des stocks imposés par le règlement européen. Son interdiction définitive doit être actée au plus vite."

La Commission a indiqué qu'elle allait "réfléchir" à sa nouvelle proposition après avoir pris note des positions des différentes délégations. "Pour nous la France, c'est une victoire. Il nous reste encore plusieurs semaines d'ici au prochain vote pour mobiliser nos partenaires européens," a déclaré Brune Poirson, secrétaire d'Etat auprès de Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, sur France Info.

Selon l'AFP, l'exécutif européen maintient son objectif de "trouver une solution qui bénéficie du soutien le plus large possible, qui assure un haut niveau de protection de la santé humaine et de l'environnement, en ligne avec la législation européenne et fondée sur les données scientifiques disponibles". La Commission se base sur les évaluations des agences européennes d'expertise Efsa et Echa qui considèrent l'herbicide comme non-cancérogène pour l'Homme. Mais ces dernières sont accusées de sous-estimer les études démontrant des cas de cancers sur des rongeurs. Le scandale des "Monsanto papers", révélé en mars 2017, prouverait également que la firme à influencer le processus d'évaluation scientifique des agences aux Etats-Unis et en Europe.

Le renouvellement de l'approbation de la substance est valable pour une période n'excédant pas quinze ans, selon le règlement sur les produits "phytos". Une durée que continue de réclamer le principal syndicat européen d'agriculteurs, le Copa-Cogeca. "Au vu des preuves scientifiques solides, nous demandons la ré-autorisation pour 15 ans de cette substance active largement utilisée. Rien ne devrait l'empêcher. Sans renouvellement de cette substance, les agriculteurs européens seront dans une position de désavantage compétitif par rapport à ceux des pays tiers", a déclaré le président du Copa, Joachim Rukwied. "Ce produit est essentiel pour garantir notre approvisionnement alimentaire. Il ne doit pas devenir la victime de décisions politiques entre Etats membres".

Le gouvernement français et l'Union européenne "doivent faire preuve de pragmatisme et rester à l'écoute des agriculteurs", a appelé de son côté le premier syndicat français agricole FNSEA. "Le capharnaüm européen et français suscite de l'incompréhension et aura des conséquences graves".

Plus d'1,3 million de citoyens européens ont signé une initiative citoyenne européenne (ICE) demandant à la Commission de ne plus autoriser la substance. Pour le syndicat agricole Confédération paysanne, qui fait aussi partie des signataires de l'ICE, "les impacts de ce produit sur la santé des paysans, de nos concitoyens et le modèle qu'il entretient justifient son interdiction".

Réactions5 réactions à cet article

 

Trés bien, prenons notre temps pour enfin mettre à nue la vérité...çà commence à bien faire à tourner en rond depuis plus de 30 ans...Qui a tort et qui à raison, c'est plus que primordial d'y répondre pour la santé de milliards d'hommes puisque le glyphosate est à l'échelle mondiale..il serait peut être temps de s'en préoccuper et la France n'est qu'un petit maillon..

agregat | 26 octobre 2017 à 10h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

M'enfin il faut cesser de prendre les citoyens pour des imbéciles, la non décision d'hier est le reflet manifeste de la pression des groupes agro-industriels et en France de la FNSEA. Il n'y a aucun courage politique Mesdames et Messieurs, un vote pour ou non le renouvellement ce n'est pas une négociation, c'est NON au renouvellement point barre. Il faut l'expliquer comment ?

BJ50320 | 26 octobre 2017 à 10h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quatre ans pendant lesquels le agricultueurs pourront continuer de nous empoisonner ?

Drôle de logique

Sagecol | 26 octobre 2017 à 10h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Si on faisait un referendum le non l'emporterait très certainement, même si les paysans qui trouvent malin de voter FNSEA voteraient oui

MAIS comme nous sommes en démocratie ........

On aura beau dire, on aura beau faire « Dès que nous disons le mot « démocratie » pour nommer notre mode de gouvernement qu’il soit américain, allemand ou français, nous mentons. La démocratie ne peut jamais être qu’une idée régulatrice, une belle idée dont nous baptisons promptement des pratiques très diverses. Nous en sommes loin, mais encore faut-il le savoir et le dire »(A.E)  

« Nous sommes victimes d'un abus de mots. Notre système (les « démocraties » occidentales) ne peut s'appeler « démocratique » et le qualifier ainsi est grave, car ceci empêche la réalisation de la vraie démocratie tout en lui volant son nom. »  (S-C.K)

« La démocratie, c'est le nom volé d'une idée violée » (J-P.M).

"L'erreur ne devient pas  vérité parce qu'elle est approuvée par beaucoup" (M.G)

« Ce n'est pas parce qu'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont forcément raison » (M.C)

«  Ceux qui regardent le vote universel comme une garantie de la bonté des choix se font une illusion complète. » (A.T)

« Qui trouve globalement rationnelles et louables nos organisations et pratiques sociétales, en particulier sur le plan politique et économique et a fortiori environnemental, ne l'est guère » (I.I)  

Sagecol | 26 octobre 2017 à 15h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Sans referendum, regardons s'il vous plaît les intérêts des avocats spécialistes des class-actions et leur action au sein même du CIRC-IARC.
De l'information, s'il vous plaît !

Albatros | 30 octobre 2017 à 15h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…