En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

François Hollande propose "une grande entreprise franco-allemande" pour la transition énergétique

Coordination franco-allemande pour la transition énergétique, simplification des normes, nouvelle étape dans la décentralisation. Telles sont les principales annonces du Président.

Gouvernance  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com
François Hollande propose "une grande entreprise franco-allemande" pour la transition énergétique

Lors de sa troisième conférence de presse, le président de la République François Hollande a avancé mardi 14 janvier trois propositions franco-allemandes pour relancer l'Europe, dont une initiative pour une convergence économique et sociale entre les deux pays, et une coordination pour la transition énergétique.

"Nous devons harmoniser les règles fiscales, notamment pour les entreprises entre la France et l'Allemagne", estime le Président, jugeant qu'il faudra aussi "nous coordonner pour la transition énergétique. C'est un grand enjeu pour l'Europe mais nous devons, France et Allemagne, montrer l'exemple", a-t-il ajouté en rappelant que "l'Allemagne a pris de l'avance sur les énergies renouvelables". Le Président a proposé "une grande entreprise franco-allemande" pour la transition énergétique, "une belle alliance" avec pour objectif de constituer des filières communes. Un conseil des ministres franco-allemand se tiendra le 19 février.

Simplification

François Hollande a également précisé le contenu du "pacte de responsabilité" qu'il a proposé aux entreprises. Il a annoncé le lancement en avril d'"un deuxième train" de mesures de simplification des normes et procédures, y compris environnementales, amorcées un an plus tôt par le gouvernement.

La simplification de la vie des entreprises figure parmi les quatre axes du pacte de responsabilité, a-t-il rappelé. Auxquels s'ajoutent la poursuite de l'allègement des prélèvements pour les entreprises, dans la lignée du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE),"la modernisation de la fiscalité des entreprises" qui devra favoriser "l'investissement et l'emploi", et enfin, les "contreparties" en termes d'embauches, insertion des jeunes, emploi des seniors ou formation.

Le Président a fixé un nouvel objectif : soulager les entreprises des cotisations familiales pour un montant de 30 milliards d'euros afin de "favoriser l'offre" sur les marchés d'ici 2017. "Nous ajouterons 50.000 emplois d'avenir sur 2014", a-t-il indiqué. François Hollande lancera officiellement ce pacte le 21 janvier.

Décentralisation

L'Etat, mais aussi les collectivités territoriales devront également baisser les dépenses publiques, a réitéré M. Hollande. "En 2014, nous allons réaliser 15 milliards d'euros d'économies. D'ici à 2017 nous devons dégager 50 milliards de plus". Ce qui devrait représenter 4% des dépenses collectives économisées.

Le Président veut une "réorganisation territoriale" autour des régions évoquant la réalisation de l'acte III de décentralisation. "Nous devons franchir une autre étape cette année, et en terminer avec les doublons. Les régions se verront donc confier dans une nouvelle loi de décentralisation un pouvoir réglementaire local pour donner encore plus de liberté", a-t-il souligné. Le Président a plaidé pour une "clarification stricte des compétences entre collectivités territoriales". Il a également annoncé la "création d'un conseil stratégique de la dépense publique" qui se réunira chaque mois pour évaluer les politiques publiques.

Réactions5 réactions à cet article

 

Depuis que les Allemands ont décidés d'accroître les énergies dites renouvelables pour produire le l'électricité, l'émission de CO2 a crû de 40% (je parle bien pour produire de l'électricité, pas le global (voitures, chauffage....)).
Manifestement un bon exemple. Néanmoins, ayant de nombreux amis allemands, je tiens à reconnaître tout à leur honneur, qu'ils y ont cru et sont eux mêmes très critiques sur leur expérience. La parlotte et les YaKaFoKons des MoiJeSaisToutMaisJeNaiJamaisRienFait n'ont jamais fait évoluer les choses.

zaravis | 15 janvier 2014 à 09h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'Allemagne a supprimé l'énergie nucléaire et s'est convertie aux centrale qui brûlent de la lignite !...pauvre de nous !...

aventurier | 15 janvier 2014 à 10h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Quand on décide de changer les choses il y a toujours une phase de régression (déconstruction)avant de pouvoir profiter des changements apportés, changement nécessaire évidemment
D’où tenez vous ces chiffres (+40%) zaravis, si la solution de facilité que constitue le charbon est utilisé c'est que rien n'est fait pour l'en empêcher(prix des cotas de CO2).
Quand je vois la difficulté de réformer et de faire évoluer les mentalités Françaises je ne suis pas sur que les Allemands aient envie de s'associer avec des "bras cassés" comme nous

lio | 15 janvier 2014 à 11h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tout faux Zaravis et Aventurier ! Ce ne sont pas les énergies renouvelables qui ont accru la demande de charbon en Allemagne car :
- il eût été plus simple techniquement de se tourner vers le gaz
- la France parmi d'autres a fortement augmenté sa part de consommation de charbon (+ 20%) malgré la crise et le temps plutôt clément.
- le Japon qui augmente fortement sa part d'énergies renouvelables n'a pas pour autant augmenté sa part de charbon qui au contraire diminue,
- les énergies renouvelables sont toujours en fort essor en Allemagne et participent au contraire à la réduction des émissions de Ges dont CO2.
Les coupables c'est en particulier le prix très bas du charbon en raison des exportations américaines délivrées par l'exploitation du gaz de schiste et le lobby allemand du charbon notamment. Lio a parfaitement raison de citer le prix du C02 qui est trop bas pour le moment.

Energie+ | 16 janvier 2014 à 03h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et nous pouvons ajouter comme exemple celui de l'Espagne où en 2013 l’éolien a supplanté le nucléaire en terme de production. L'Allemagne n'a pas le monopole des réussite d'ENR. Il faut arrêter de croire qu'elle est un sacro-saint exemple à suivre.

L'Allemagne est surtout soucieuse de garantir un prix de l'énergie bas à ses entreprises... D'où les blocages sur la revalorisation du CO2 et l'exploitation toujours plus importante des mines et réserves de charbon.

Je dirais aussi que l'Allemagne a choisi d'aller vite dans la transition énergétique (c'est tout à son honneur) et se retrouve donc obligée d'exploiter le charbon de son sol.

Car il y a une chose vrai, l'énergie nucléaire produit beaucoup d'énergie (au delà des coûts, des risques, des déchets ... c'est une énergie très productive, on ne peut le nier) et fermer toutes les centrales d'un coup mène forcément à une baisse massive de la production qu'il faut bien compenser. Il est difficile de compenser cette baisse rapide avec uniquement des ENR car leur mise en place est longue (petites sources multiples de production) tout comme la rénovation énergétique, c'est pourquoi les centrales à charbon se sont développées. Et une fois en place ces centrales (et leurs opérateurs) tentent d'en tirer le plus de profit possible d'où un nouveau blocage.

Bref, je pense que la méthode progressive de la France est la bonne même si cela doit nous faire supporter le nucléaire pendant encore quelques temps.

Terra | 16 janvier 2014 à 13h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…