En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Métiers du déchet : l'Anses identifie dix filières à risque sanitaire élevé

L'Anses révèle les résultats d'une première expertise sur les risques encourus par les professionnels du déchet. Elle identifie dix filières à risques élevés sur les 28 étudiées et recommande une évaluation pour les emballages, le bois et le BTP.

Déchets  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
Métiers du déchet : l'Anses identifie dix filières à risque sanitaire élevé

« En France, le secteur de la collecte, du traitement et de l'élimination des déchets figure parmi les secteurs professionnels rapportant les accidents du travail les plus fréquents et les plus graves », rappelle l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). En 2016, il accusait un nombre d'accidents du travail de 59 pour 1000 salariés, contre une moyenne générale de 33,8 pour 1000 salariés. Ce secteur se distingue d'ailleurs aussi par ses statistiques en matière d'accidents industriels.

Du fait de cette sinistralité, couplée au développement du secteur de la gestion et de la valorisation des déchets, l'établissement public a lancé une expertise sur les risques sanitaires auxquels sont exposés les professionnels du secteur. Il en a dévoilé les résultats le 19 décembre.

Exposition à des dangers très divers

« La grande variété des déchets et des procédés mis en œuvre pour leur collecte, leur valorisation ou leur élimination, implique des expositions professionnelles à des dangers très divers », constate l'Anses. Ses experts ont étudié 28 secteurs : filières à responsabilité élargie des producteurs (REP), ordures ménagères, déchets du BTP, filières matériaux (verre, plastiques, métaux), etc.

Les professionnels sont exposés aux risques chimiques (substances dangereuses, en particulier CMR) et biologiques (moisissures, endotoxines, agents infectieux). Mais aussi à des risques physiques (bruit, chaleur, lumière, vibrations, etc.), en lien à l'organisation de travail (port de charges lourdes, gestes répétitifs, travail de nuit, travail posté, etc.), à l'utilisation d'équipements de travail (cabines de tri, camions-bennes, etc.), à la circulation des véhicules ou à la présence de sources d'incendie ou d'explosion. « Les risques pour la santé psychique, trop souvent négligés, peuvent être également liés, par exemple, au travail en poste isolé, à la violence ou aux incivilités, ou encore au manque de reconnaissance », ajoute l'Anses.

L'étude pointe certaines étapes « particulièrement préoccupantes », notamment celles du broyage ou du tri manuel. Elle relève aussi le caractère évolutif des risques sanitaires en lien avec celui des produits manufacturés et des déchets qui en sont issus, les auteurs citant, à titre d'exemple, l'émergence de la filière des panneaux solaires. Mais aussi l'évolution des activités liées à certaines décisions comme l'extension des consignes de tri ou au développement de nouvelles technologies de collecte, de tri ou de traitement.

   
Risques sanitaires de natures chimique et biologique et analyse du niveau de documentation des risques sanitaires © Anses
 
   
Parmi les 28 filières, l'Anses en identifie dix présentant des risques sanitaires élevés pour les travailleurs. Six pour le risque chimique : piles et accumulateurs portables, automobiles et industriels ; DEEE ménagers et industriels ; déchets du BTP ; biodéchets valorisés par compostage ; métaux ferreux et non-ferreux ; bois hors palettes. Cinq pour le risque biologique : emballages ménagers ; papiers graphiques ménagers ; ordures ménagères résiduelles (OMR) ; carton papier ; biodéchets « compostage », ceux-ci étant classés au titre des deux risques. On notera que pour plusieurs filières, comme les véhicules hors d'usage (VHU), les produits phytopharmaceutiques ou les biodéchets valorisés par méthanisation, le risque reste indéterminé faute de données.

 

 

Lancement d'une évaluation des risques sur les emballages ménagers

L'Anses a formulé des recommandations spécifiques pour six catégories de filières qu'elle a définies en fonction de leur impact sur la santé mais aussi des effectifs de travailleurs impliqués. Les experts en ont identifié trois particulières, nécessitant une évaluation des risques sanitaires (ERS) : les déchets du BTP, le bois et les emballages ménagers.

Dans le cadre d'une seconde phase de l'expertise, l'agence a décidé de mener une ERS sur ce dernier secteur en raison des enjeux sanitaires et socio-économiques qu'elle présente. « Au regard du contexte actuel : extension des consignes de tri et diminution des exportations de déchets, cette filière est aujourd'hui contrainte d'absorber un volume conséquent de déchets », justifie-t-elle. Les interrogations concernant « les enjeux sanitaires des expositions environnementales aux plastiques et microplastiques ont (…) conforté ce choix », explique son directeur Roger Genet.

« Un des enjeux de cette expertise à venir sera d'affiner les méthodes d'évaluation des risques liés à la présence de bactéries, moisissures ou autres micro-organismes dans les environnements de travail », indique l'agence. Outre les emballages, cette dernière considère les filières VHU et biodéchets valorisés par méthanisation comme prioritaires et propose d'inclure ces sujets dans le programme national de recherche environnement-santé-travail (PNREST) qu'elle finance. Enfin, dans cette deuxième phase de l'expertise, l'agence travaillera sur la question de la santé psychique « qui pose des défis d'adaptation aux approches conventionnelles de l'évaluation des risques », annonce son directeur.

Réactions2 réactions à cet article

 

Très bien de répertorier les risques sur les métiers des déchets. Les combustions de certains déchets combustibles ne devraient pas se faire "en ville" dans des chaudières conçues pour la biomasse, catégorie 2910 A. A la formule qui montre l'opacité des provenances du bois : " une fois que c'est dans le camion. " , on peut aisément rajouter .. " une fois que c'est dans le foyer .." . Sauf que les incinérateurs sont fait justement pour ces catégories de déchets, équipés de filtres plus performants, avec normes VLE plus drastiques en dioxines, PM .. . C'est le prochain scandale de la centrale Cordemais qui s'apprête à brûler bois-déchets bois -bois verts- transformés en pellets + charbon ,puis 100 % déchets en 2025 ( selon CGT), SANS EQUIPER de nouveaux FILTRES " SPECIAUX " . Projet soutenu par le vert M. Dantec, mais c'est la spécificité locale des verts qui soutiennent toutes les chaudières à bois " en ville implantées au plus près des habitants, et qui confondent combustion bois - source recyclable, avec combustion ( gaz, bio gaz ) donnant le minimum de produits polluants - . Il n'y a rien d'écologique de toute façon, la combustion du dihydrogène ne produit que de l'eau, mais c'est la production du dihydrogène qui est le problème. L'ANSES devrait se pencher aussi sur toutes les productions agricoles "intensives". Production du porc, du poulet, les conditions " animales" , et "sanitaires" pour les animaux et bien sûr pour les agriculteurs, porchers, ..

J Cl M 44 | 27 décembre 2019 à 10h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Très bien de répertorier les risques sur les métiers des déchets. Les combustions de certains déchets combustibles ne devraient pas se faire "en ville" dans des chaudières conçues pour la biomasse, catégorie 2910 A. A la formule qui montre l'opacité des provenances du bois : " une fois que c'est dans le camion. " , on peut aisément rajouter .. " une fois que c'est dans le foyer .." . Sauf que les incinérateurs sont fait justement pour ces catégories de déchets, équipés de filtres plus performants, avec normes VLE plus drastiques en dioxines, PM .. . C'est le prochain scandale de la centrale Cordemais qui s'apprête à brûler bois-déchets bois -bois verts- transformés en pellets + charbon ,puis 100 % déchets en 2025 ( selon CGT), SANS EQUIPER de nouveaux FILTRES " SPECIAUX " . Projet soutenu par le vert M. Dantec, mais c'est la spécificité locale des verts qui soutiennent toutes les chaudières à bois " en ville implantées au plus près des habitants, et qui confondent combustion bois - source recyclable, avec combustion ( gaz, bio gaz ) donnant le minimum de produits polluants - . Il n'y a rien d'écologique de toute façon, la combustion du dihydrogène ne produit que de l'eau, mais c'est la production du dihydrogène qui est le problème. L'ANSES devrait se pencher aussi sur toutes les productions agricoles "intensives". Production du porc, du poulet, les conditions " animales" , et "sanitaires" pour les animaux et bien sûr pour les agriculteurs, porchers, ..

J Cl M 44 | 27 décembre 2019 à 10h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager