En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

“De forts gains énergétiques peuvent être obtenus par l'optimisation de l'exploitation du bâti tertiaire”

Le projet de loi Logement confirme un nouveau décret tertiaire visant une réduction des consommations de 40% du parc dès 2030. Hélène Bru, de la société de conseil BHC Energy - Société Greenflex, souligne les gains énergétiques générés rapidement en optimisant l'exploitation du bâtiment.

Interview  |  Bâtiment  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
Nous avons détecté une activité anormale depuis votre adresse IP 3.233.217.242
L'accès aux articles a été verrouillé
Pour levez cette limitation, merci de nous contacter par email ou par téléphone :+ 33 (0)1 45 86 92 26.
Environnement & Technique N°381 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°381
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]
   
“De forts gains énergétiques peuvent être obtenus par l'optimisation de l'exploitation du bâti tertiaire”
Hélène Bru
Responsable du pôle Bâtiment et Energies renouvelables chez BHC ENERGY - Société Greenflex
   

Actu-Environnement : Le décret "rénovation du parc tertiaire" refait surface dans le projet de loi Logement présenté le 4 avril en conseil des ministres. Que pensez-vous du nouveau texte ?

Hélène Bru : On attendait le retour rapide de l'obligation de travaux dans le tertiaire après la suspension du précédent décret par le Conseil d'Etat. Il n'y a toutefois pas de calendrier de mise en œuvre fixé dans le projet de loi Logement. L'obligation de 25% d'économies d'énergie en 2020 a été supprimée. Un premier objectif de réduction de 40% des consommations à l'horizon 2030, par rapport à 2010, est désormais fixé à plus long terme. Pourtant, les acteurs peuvent atteindre facilement l'objectif initialement défini pour 2020. Nos retours d'expérience démontrent qu'une réduction de 20% des consommations énergétiques peut, dans bien des cas, être atteinte rapidement en travaillant sur l'optimisation de l'exploitation du bâtiment et la modernisation des systèmes techniques.

Si dans le décret initial, le niveau global d'amélioration en 2020 paraissait assez réaliste, ses modalités d'application prêtaient cependant à interprétation. Il est nécessaire de publier un nouveau texte plus complet précisant s'il s'agit bien d'énergie finale, si l'on inclut toutes les consommations, y compris les usages propres aux occupants des bâtiments. Les bâtiments abritant des...

La suite de cet article est réservée à nos abonnés

Abonnez-vous pour un accès illimité 9? par mois

Déjà abonné ? Identifiez-vous pour consulter l'article

Mot de passe oublié ?

Partager