Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le plomb définitivement banni des carburants dans le monde

MAJ le 01/09/2021
Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

L'utilisation du plomb dans les carburants a pris fin dans le monde entier en juillet dernier, informe le Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue). L'Algérie était le dernier pays à distribuer jusqu'à cette date ce type de carburant dans ses stations-service.

Le plomb était utilisé depuis 1922 comme additif dans l'essence pour améliorer les performances des moteurs. Il était très largement répandu dans les années 1970. Mais cela s'est fait au prix d'une catastrophe sanitaire et environnementale. « L'essence au plomb provoque des maladies cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux et des cancers. Elle affecte également le développement du cerveau humain, en particulier chez les enfants », rappelle le Pnue. Son abandon permettra d'éviter plus de 1,2 million de décès prématurés par an, d'augmenter les points de QI chez les enfants et d'économiser 2 450 milliards de dollars par an, estime le programme des Nations unies.

Le Pnue avait lancé sa campagne visant à éliminer le plomb dans les carburants en 2002 à travers un partenariat public-privé. La plupart des pays riches avaient interdit l'essence plombé dès les années 1980 mais 117 pays l'utilisaient encore lors du lancement de cette initiative. Dans l'Union européenne, l'interdiction générale n'a été actée qu'en 1998 et la plupart des pays à faibles revenus ont continué à l'utiliser dans les années 2000 et suivantes.

Malgré la fin de cette utilisation, le plomb restera longtemps présent dans l'environnement compte tenu de la contamination durable de différents milieux : air, poussières, sols, eau, cultures. D'autres sources de pollution existent encore dans le monde comme le plomb dans les peintures, les batteries ou encore les articles ménagers. Des pollutions historiques peuvent aussi être liées aux rejets industriels, à l'épandage de boues d'épuration contaminées, à l'utilisation de la grenaille de plomb pour la chasse ou encore à des incendies comme celui de Notre-Dame de Paris.

Réactions4 réactions à cet article

 

Bonjour. Vous mettez en cause l'épandage des boues en renvoyant un article qui concerne l'épandage des eaux usées qui a pu se faire pendant de longues années dans la région parisienne sans les normes actuelles.
Je m'occupe de plan d'épandage des boues avec une réglementation et des normes d'épandage qui sont très strictes. Non, et les études dans le monde entier le montrent, la pollution des sols aux métaux lourds lorsqu'elle existe, n'est pas dû aux épandages de boues. Merci de bien vouloir prendre en compte ces précisions.

Env44 | 01 septembre 2021 à 08h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Et oui, des fois, un seul homme peut porter un énrome préjudice à la planète : Thomas Midgley, inventeur de l'essence plombé, mais pas que... après le plomb répandu partout dans l'environnement, il causa la destruction de la couche d'ozone...

ArnauLdL | 01 septembre 2021 à 09h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il manque un bémol à cet article : l'aviation ! Les moteurs à piston d'aviation civile et militaire continuent à tourner à l'AVGAS (100LL) le "LL" signifiant "Low Lead" c'est à dire un sacré niveau de plomb par rapport aux normes auto historiques ! Ces moteurs sont très rustiques et très fiables, et il reste étonnant de ne pas les avoir fait évoluer pour se passer de ce carburant onéreux et polluant... certes la consommation mondiale doit être très faible en comparaison avec celle du parc auto. ceci explique-t-il cela ?

Philippos31 | 01 septembre 2021 à 15h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cette nouvelle pourrait passer inaperçue tant nous sommes habitués, ici, à utiliser depuis longtemps (les années 90?) du carburant sans plomb.
Je suis, par contre, ravi d'apprendre que l'absence de plomb dans nos environnements va "rendre" des points de QI à nos enfants, et donc les futurs adultes..... moi qui pensais que la baisse constatée de QI était corrélée à diverses addictions telles la télé ou le smartphone.

Mais cette histoire de QI et de saturnisme va pourtant à l'encontre de la formule "mettre du plomb dans la cervelle", non? ;o)

nimb | 02 septembre 2021 à 09h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Portique de détection de la radioactivité dans les déchets - GammaScan®eV4 BERTHOLD FRANCE SAS