Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Sarah El Haïry lance une initiative pour intégrer la biodiversité dans la stratégie des entreprises

Deux jours après la présentation de la Stratégie nationale biodiversité, la secrétaire d'État lance le « Roquelaure Entreprises & Biodiversité ». Une initiative visant à impulser l'intégration de la nature dans les stratégies des acteurs économiques.

Biodiversité  |    |  L. Radisson
Sarah El Haïry lance une initiative pour intégrer la biodiversité dans la stratégie des entreprises

« Nous sommes à un carrefour : soit l'économie française pivote et se transforme sur la base d'une nature respectée, protégée et restaurée, soit notre économie s'expose à un risque d'effondrement », prévient Sarah El Haïry. La secrétaire d'État à la Biodiversité a lancé ce mercredi 29 novembre, devant un parterre de quelque 150 représentants d'entreprises, la première édition du « Roquelaure Entreprises et Biodiversité ». Cet événement intervient deux jours après la présentation par le Gouvernement de la nouvelle stratégie nationale pour la biodiversité destinée à « stopper, puis inverser en une décennie, l'effondrement du vivant ».

« Avec la moitié du PIB mondial reposant sur des services rendus gratuitement par la nature, les entreprises sont particulièrement exposées aux risques liés à la disparition du vivant, rappelle le ministère de la Transition écologique. Rupture des chaînes d'approvisionnement, perte de chiffre d'affaires, hausse des coûts de production : les enjeux financiers et économiques sont importants. Pourtant, trop d'entreprises sont encore aveugles à ces risques qui pèsent sur la viabilité de leurs modèles d'affaire ».

“ Nous avons aussi besoin de faire évoluer le cadre réglementaire et fiscal. ” Pascal Demurger, directeur général de la Maif
Initiative basée sur le volontariat

C'est donc en vue d'accélérer la prise de conscience des acteurs économiques que la secrétaire d'État lance cette initiative. Une initiative basée sur le volontariat. « J'ai confiance dans le monde économique pour qu'il se transforme lui-même », explique Sarah El Haïry, rejetant l'idée de nouvelles réglementations et optant pour une approche plus libérale que certains de ses interlocuteurs, dirigeants d'entreprises. « Nous avons aussi besoin de faire évoluer le cadre réglementaire et fiscal », estime ainsi Pascal Demurger, directeur général de la Maif, qui se positionne en faveur d'une conditionnalité des aides publiques et d'un système d'incitation fiscale. « Je suis pour de la réglementation avec de vraies règles de compétition au niveau international », appuie Marie-Claire Daveu, directrice du développement durable et des affaires institutionnelles du Groupe Kering.

Pilotes des huit groupes de travail

Agroalimentaire
- Bertrand Swiderski, directeur développement durable, Groupe Carrefour
- Sylvie Borias, directrice de l'engagement & de la RSE, Groupe Bel

Bâtiment/construction
- Fabrice Bonnifet, directeur développement durable/environnement, Groupe Bouygues
- Emmanuel Normant, directeur du développement durable, Saint-Gobain
- Gilles Vermot-Desroches, directeur du développement durable, Schneider Electric

Cosmétique
- Hélène Valade, directrice développement environnement, Groupe LVMH
- Hervé Navellou, directeur général, L'Oréal France

Énergie
- Sylvie Jehanno, présidente-directrice générale, Dalkia

Matériaux
- Antoine Sautenet, directeur du développement durable, Groupe Michelin
- Virginie de Chassey, directrice du développement durable et de l'engagement d'entreprise, Eramet

Textile
- Marie-Claire Daveu, directrice du développement durable et des affaires institutionnelles, Groupe Kering

Financement
- Antoine Sire, directeur de l'engagement d'entreprise, Groupe BNP Paribas
- Philippe Zaouati, directeur Général, Mirova
- Ulrike Decoene, directrice de la communication, de la marque et du développement durable, Groupe AXA

Gouvernance
- Romain Mouton, président du Cercle de Giverny
La secrétaire d'État laisse pourtant la bride sur le cou des entreprises qui vont s'exprimer à travers six groupes de travail sectoriels (agroalimentaire, énergie, textile, cosmétiques, matériaux, bâtiment/construction) et deux groupes transversaux (financement, gouvernance) pilotés par des représentants des entreprises (voir encadré). La représentante du Gouvernement leur livre toutefois des suggestions : aller sur un bilan de la dépendance à la biodiversité pour chaque secteur ; identifier les leviers à activer dans chacun d'entre eux. « L'objectif est d'encourager le plus grand nombre d'entreprises à s'engager à réduire les risques économiques auxquels elles sont confrontées si elles n'intègrent pas la biodiversité dans leur modèle d'affaires », explique le ministère de la Transition écologique.

Prise de conscience toute récente

« L'enjeu est une prise de conscience en premier lieu », estime Sarah El Haïry. Une prise de conscience qui apparaît en effet toute récente pour les entreprises, si tant est qu'elle soit réalisée. « Le sursaut a commencé lors de la COP 15 avec une présence remarquée des entreprises, notamment françaises », relève le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu. Si des initiatives ont été lancées dans le passé, elles n'ont en effet pas réussi à fédérer un nombre important d'acteurs. C'est le cas de l'initiative Engagés pour la nature, lancée par l'Office français pour la biodiversité (OFB) en octobre 2020 et qui fédérait trois actions dont Act4Nature lancé en juillet 2018. Elle fédère aujourd'hui moins de 200 entreprises. « Un bilan très modeste », reconnaît Christophe Viret, directeur de la mobilisation de la société à l'OFB.

La tardiveté de la prise de conscience apparaît au grand jour avec les déclarations de Pascal Demurger, censé, parmi les dirigeants d'entreprises, être en pointe sur les enjeux sociaux et écologiques. « Il n'y a pas de Greta Thunberg de la biodiversité, il n'y a pas d'Affaire du siècle de la biodiversité, il n'y a pas de marches pour la biodiversité. L'accord de Kunming-Montréal a été signé en 2022, sept ans après l'Accord de Paris », a relevé le directeur général de la Maif. Le coprésident du Mouvement Impact France semble donc ignorer que les États membres de la convention sur la diversité biologique s'étaient déjà dotés d'un cadre mondial pour la biodiversité en 2010, dont aucun des objectifs n'a été atteint. Pas plus qu'il ne semble avoir connaissance du jugement du tribunal administratif de Paris du 29 juin dernier, qui a reconnu la responsabilité de l'État dans l'effondrement de la biodiversité du fait de ses manquements en matière de gestion des pesticides et lui a enjoint de réparer le préjudice écologique en résultant.

Reste à voir si cette nouvelle initiative sera plus fructueuse que les précédentes. Elle pourrait l'être car les entreprises sont maintenant contraintes par… la réglementation : elles doivent intégrer désormais la biodiversité dans leur reporting extra-financier conformément à la directive CSRD. Mais elles commencent aussi à ressentir sérieusement les contraintes physiques de la crise écologique. Et si le business est touché, la prise de conscience va s'accélérer très rapidement.

RéactionsAucune réaction à cet article

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Green Save Planet, faciliter la rénovation énergétique des foyers précaires AXDIS PRO