En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La France accueille fin janvier le GIEC pour la présentation de son quatrième rapport d'évaluation

Pour la publication de son quatrième rapport, le Groupe de travail qui évalue les aspects scientifiques du système climatique et de l'évolution du climat du GIEC se réunit sur invitation de la France, à Paris du 29 janvier au 1er février prochain.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
   
La France accueille fin janvier le GIEC pour la présentation de son quatrième rapport d'évaluation
Fissure dans la Glace-Sibérie
   
L'une des principales activités du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) consiste à procéder, à intervalles réguliers, à une évaluation de l'état des connaissances relatives au changement climatique.
Ces rapports d'évaluation comprennent plusieurs volumes et fournissent des informations scientifiques, techniques et socio-économiques sur les changements climatiques, leurs causes, leurs incidences et les mesures qui pourraient être prises pour y faire face. Il se compose de trois groupes de travail et d'une équipe spéciale pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre.

L'ensemble des rapports produit par ses trois groupes tient lieu de référence pour les scientifiques et les décideurs du monde entier. En effet, le premier rapport d'évaluation du GIEC, publié en 1990 a amené l'Assemblée générale des Nations Unies à décider d'élaborer une Convention-Cadre sur les changements climatiques (CCNUCC) qui a reconnu l'existence du changement climatique d'origine humaine. Le deuxième, publié en 1995, a fourni les éléments de base aux négociations du Protocole de Kyoto, issu de la Convention et le troisième rapport de 2001 a confirmé le rôle de l'homme dans le réchauffement constaté au cours de la seconde moitié du XXe siècle.

Aujourd'hui pour la quatrième fois depuis sa création, le GIEC s'apprête à produire son rapport d'évaluation fruit de la contribution de ses trois Groupes de travail. Il devrait être terminé et rendu public en novembre 2007. Son volet scientifique (Groupe I) sera discuté du 27 janvier au 2 février 2007 à l'UNESCO à Paris. Cet apport est à la fois indispensable et décisif, car il permettra aux Groupes de travail II et III de finaliser leurs propres conclusions, explique le ministère des affaires étrangères dans un communiqué. Alors que le Groupe de travail I est chargé d'évaluer les aspects scientifiques du système climatique et de l'évolution du climat, le groupe de travail II s'occupe des questions concernant la vulnérabilité des systèmes socio-économiques et naturels aux changements climatiques, les conséquences négatives et positives de ces changements et les possibilités de s'y adapter. Quant au groupe de travail III, il a pour mission d'évaluer les solutions envisageables pour limiter les émissions de gaz à effet de serre ou atténuer de toute autre manière les changements climatiques.

Cette réunion sera l'occasion de rassembler les spécialistes internationaux les plus renommés. Près de 2500 experts ''climat'' du monde entier, désignés par les gouvernements et les organisations internationales, se regrouperont pour en approuver le résumé dit à ''l'intention des décideurs'' : « Bilan 2007 des changements climatiques : les bases scientifiques physiques » et révéler leurs conclusions.

Mais certains journaux ont d'ores et déjà révélé les premières conclusions à l'instar du journal El Pais dans son édition du 26 décembre. D'après le quotidien espagnol, d'ici à 2100, l'augmentation de la température moyenne de la planète devrait se situer entre 2 et 4,5 degrés, le maximum de probabilité se situant à 3°. Les experts jugeraient très improbable une augmentation inférieure à 1,5 degré mais également que des hausses supérieures à 4,5 degrés « ne peuvent être exclues ». Il faut bien réaliser qu'un réchauffement moyen de 3°C - la moitié de celui que notre planète a connu depuis la dernière période glaciaire - nous plongerait dans un climat très différent de celui que nous connaissons, expliquait Jean Jouzel, un des représentants français au GIEC, dans une interview accordée à Actu-environnement en septembre dernier. Et certaines régions se réchaufferaient plus fortement, jusqu'à de 8 à 10°C dans l'Arctique, ajoutait-t-il. Résultat : en France, le climat risque en fait d'être plus sec au sud, et plus pluvieux au nord ; les événements extrêmes comme les tempêtes pourraient être plus fréquents, et l'enneigement diminuer sur les reliefs alpins.
En ce qui concerne l'élévation du niveau des mers, les scientifiques prévoiraient, selon El Pais, sur une hausse de 19 à 58 centimètres d'ici la fin du siècle.

Les résultats se seraient affinés puisque le dernier rapport du GIEC publié en 2001 estimait que la moyenne globale des températures de surface se situerait en 2100 dans une fourchette comprise entre 1.4 et 5.8 degrés centigrades au-dessus des niveaux de 1990 en fonction notamment des politiques mises en œuvre durant cette période. Il prévoyait également en 2100 une montée du niveau des océans de 9 à 88 centimètres et des phénomènes météorologiques extrêmes plus fréquents.

Dans ce contexte, on notera avec intérêt les résultats d'un sondage* de l'institut CSA pour Le Parisien-Aujourd'hui en France et i-Télé paru vendredi selon lequel 49% des personnes interrogées jugent que le réchauffement climatique représente l'enjeu de ce siècle pour l'humanité, tandis que 36% n'y voient qu'un enjeu parmi d'autres qui ne doit pas masquer les autres problèmes. 12% pensent qu'il s'agit d'une exagération des médias. 1% pense que le réchauffement climatique ne relève de rien de cela, et 2% ne se prononcent pas.


* Voir notre dossier sur le GIEC

*Ce sondage a été réalisé par téléphone les 21 et 22 décembre dernier auprès d'un échantillon national représentatif de 1003 personnes âgées de 18 ans et plus d'après la méthode des quotas.

Réactions5 réactions à cet article

 
les valeurs seules sont une information trompeuse

Les estimations d'élévation de temperature du GIEC sont multiples et dépendent de divers scénarios. Reprendre des valeurs sans mentionner le scénario y aboutissant reléve de la désinformation. Ces valeurs sont elles celles du scénario ou nous arrêtons de produire des gazs à effet de serre en 2010 ou celles du scénario que nous suivont aujourd'hui, l'augmentation des émissions.
De plus, il faudra voir si certaines rétractions positives comme la fonte du pergelisol libérerant du méthane sont prises en compte dans ce rapport.

Alain | 09 janvier 2007 à 17h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:les valeurs seules sont une information trompeu

Bonjour,

Vos propos relatifs à désinformations sont peut-être un peu exagérés...

Ne pensez vous pas que pour préciser tous les éléments que vous évoquez avec justesse il conviendrait de lire complètement le rapport (ce que je vous invite à faire dès qu'il sera disponible). Dès lors, il parait délicat de synthétiser un rapport de plusieurs centaines de pages dans un article de quelques dizaines de lignes, ne pesnez-vous pas ?

Cordialement

David Ascher

David Ascher | 09 janvier 2007 à 17h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:les valeurs seules sont une information trompeu

Nous avons fait justement un dossier avec des liens vers les sites Internet du GIEC qui mentionne ces différents scénarios. Il y'en a une quarantaine...
https://www.actu-environnement.com/ae/dossiers/GIEC/GIEC_sommaire.php4
Etant donnée que j'ai fait mes études au LSCE (Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement), je ne pense vraiment pas faire de la désinformation!!

Bien cordialement

Carine Seghier

Anonyme | 09 janvier 2007 à 18h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:les valeurs seules sont une information trompeu

Voir notre Interview de Jean Jouzel et propos repris dans cet article : https://www.actu-environnement.com/ae/news/1907.php4

AE : Quelles pourraient être, à terme, les manifestations du changement climatique ?
JJ : Les modèles climatiques montrent que la température moyenne de surface pourrait augmenter de 1,4 à 5,8 °C durant la période 1990 - 2100. De façon schématique, l'importance du réchauffement projeté en 2100, dépend pour moitié du comportement à venir de nos sociétés et, pour l'autre, de celui du système climatique. Le réchauffement minimal correspond au scénario le plus économe et à le sensibilité climatique la plus faible tandis qu'une sensibilité forte et un scénario extrême conduiraient au réchauffement le plus élevé.
Il faut bien réaliser qu'un réchauffement moyen de 3°C - la moitié de celui que notre planète a connu depuis la dernière période glaciaire - nous plongerait dans un climat très différent de celui que nous connaissons. Et certaines régions se réchaufferaient plus fortement, jusqu'à de 8 à 10°C dans l'Arctique. Cela se traduira par une modification des écosystèmes d'autant que le régime des précipitations en serait modifié. Ainsi, en France, le climat risque en fait d'être plus sec au sud, et plus pluvieux au nord ; les évènements extrêmes comme les tempêtes pourraient être plus fréquents, et l'enneigement diminuer sur les reliefs alpins. Au niveau global, certaines régions sont avant tout vulnérables à l'élévation prévisible du niveau de la mer, d'autres à une augmentation possible de l'intensité des grands cyclones, d'autres encore à des sécheresses plus intenses. Enfin le changement climatique aura des répercussions sur la santé humaine.

Anonyme | 09 janvier 2007 à 18h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 
qui tente la désinformation ???

Mais qui êtes vous monsieur ??

Pour qui travaillez vous ???

Car parler de désinformation, c'est déjà tenter de semer le doute dans l'esprit des gens sur ce qui apparait aujourd'hui comme une évidence... sauf pour ceux qui ont parti prit dans les émissions de GES... Serait-ce votre cas ??

Daaaavid

Daaaavid | 09 janvier 2007 à 21h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager