Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Installations classées agricoles : la Cour des comptes demande un renforcement des contrôles

Mal connues, mal contrôlées et peu sanctionnées, les ICPE agricoles nécessitent un renforcement des contrôles au regard de leurs risques, selon la juridiction financière. Un constat qui se heurte souvent à un rejet des contrôles sur le terrain.

Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
Installations classées agricoles : la Cour des comptes demande un renforcement des contrôles

Avec le développement de l'agriculture intensive, les installations agricoles présentent des risques d'accidents et de pollutions qui n'ont plus rien à voir avec les petites exploitations familiales d'antan, qu'il s'agisse d'élevages intensifs, de méthaniseurs, de silos ou de stockages d'ammonitrates. Ce qui a justifié le classement d'un grand nombre d'entre elles au titre de la réglementation sur les ICPE.

Alors que beaucoup d'exploitants, relayés par les syndicats agricoles, font part de leur incompréhension par rapport aux contrôles, la Cour des comptes pointe au contraire l'insuffisance de ceux-ci à travers un rapport publié le 9 mai. « Les moyens de contrôle des ICPE, partagés entre le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation et le ministère de la Transition écologique, ne sont pas à la mesure du nombre des installations et des enjeux environnementaux. Les sanctions restent rares et peu dissuasives », tance la juridiction financière.

Statistiques peu fiables

Le constat, sévère, dressé par la Cour des comptes, porte en premier lieu sur la mauvaise identification des ICPE agricoles. Essentiellement constituées d'élevages, ces installations étaient au nombre de 120 000, en 2020, et représentaient plus de 20 % des ICPE. Elles relèvent pour la très grande majorité (90 %) du régime le moins sévère, la déclaration, seules 8 % d'entre elles relevant de celui de l'enregistrement et 2 % de l'autorisation. Mais ces statistiques sont peu fiables, expliquent les auteurs du rapport, en raison de l'absence d'interconnexions entre bases de données, notamment entre celle qui centralise les déclarations et celle pour leur suivi. L'une des quatre recommandations formulées par la rue Cambon est précisément celle de « donner sans délai aux services chargés du contrôle un accès rapide, complet et gratuit à toutes les bases de données d'identification animale ».

 
Les moyens de contrôle des ICPE ne sont pas à la mesure du nombre des installations et des enjeux environnementaux  
Cour des comptes
 
Dans sa réponse à la Cour en date du 22 mars 2022, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, approuve cette recommandation qui permettrait à l'inspection « d'identifier des situations anormales (effectifs réels au-delà des effectifs autorisés, par exemple) et de cibler les contrôles sur les installations les plus à risque ». Pour cela, il serait bénéfique, ajoute-t-elle, que « les inspecteurs ICPE disposent d'un accès, d'une part, aux bases de données dont l'État est le gestionnaire et, d'autre part, aux bases de données déléguées à la profession (cas de la BDPorc) ». Ce qui ressemble à une pierre jetée dans le jardin du ministre de l'Agriculture, dont on relève d'ailleurs l'absence de réponse à la Cour malgré deux recommandations qui le visent directement.

Assouplissement de la réglementation

Les magistrats financiers pointent ensuite deux salves de mesures d'assouplissement de la réglementation intervenues au bénéfice de ces installations. En premier lieu, le transfert d'un grand nombre d'élevages du régime d'autorisation vers celui de l'enregistrement, qui a conduit à soustraire les installations les plus importantes à la procédure d'évaluation environnementale. En deuxième lieu, de très nombreux élevages relevant de la déclaration ont été soustraits à l'obligation de contrôle périodique par des organismes agréés, « à la demande de la profession », rappelle le rapport.

« Pour autant, la réglementation actuelle ne satisfait ni les représentants de la profession agricole, qui la considèrent encore trop contraignante, ni les associations de protection de l'environnement ou les associations de riverains, qui souhaiteraient a contrario la voir durcie », constate la Cour. Concernant les premiers, on relève effectivement une mobilisation des organisations agricoles contre les contraintes pesant sur les installations classées agricoles. C'est le cas de la FNSEA, mais aussi de la Confédération paysanne, contre le projet européen de renforcer la directive sur les émissions industrielles (IED). On notera aussi, sur le plan judiciaire cette fois et dans une affaire de troubles de voisinage, le rassemblement organisé, le 6 mai, par la première pour soutenir un éleveur de l'Oise condamné à verser plus de 100 000 euros de dommages et intérêts à ses voisins pour les odeurs et les bruits résultant de son activité.

La Cour semble pourtant avoir davantage été convaincue par l'argumentaire des associations, puisque sa deuxième recommandation porte sur la réintroduction des contrôles périodiques pour certains élevages de bovins, de porcs et de volailles via une modification de la nomenclature des installations classées. « Le rétablissement d'un tel régime nécessiterait, le cas échéant, des discussions avec la profession et l'interministériel pour envisager les modalités les plus pertinentes », répond la ministre de la Transition écologique. Les deux voies envisagées sont d'introduire un ou plusieurs critères complémentaires prenant en compte le niveau de pression environnementale exercé par l'installation ou, plus simplement, de réviser les seuils des rubriques concernées de la nomenclature. Les auteurs du rapport recommandent également de faire en sorte que les rapports établis par les organismes agréés chargés des contrôles soient bien transmis à l'Inspection des installations classées. Les « pertes d'information » étaient jusqu'à présent chose courante, à en croire la réponse de la ministre de la Transition écologique.

Moyens pas à la hauteur des enjeux

Le troisième constat de la Cour porte sur l'insuffisance des moyens consacrés au contrôle des installations. Ces moyens, partagés entre le ministère de l'Agriculture et celui de la Transition écologique, « ne sont pas à la mesure des enjeux environnementaux », relèvent les magistrats financiers. La stratégie de contrôle, constatent-ils, se concentre sur les installations soumises à autorisation ou à enregistrement, au détriment de celles relevant de la déclaration, les plus nombreuses, qui font pourtant l'objet de nombreux signalements et plaintes. « Il ne semble (…) pas inapproprié que la pression de contrôle soit plus importante sur les établissements à plus forts enjeux, et qu'elle ait pour conséquence positive des résultats meilleurs en matière de conformité avec la réglementation », rétorque la ministre de la Transition écologique.

La Cour relève également le temps consacré aux tâches d'instruction et au réexamen des dossiers relevant de la directive IED, ce qui entraîne une diminution du nombre de contrôles sur le terrain et empêche l'Inspection des installations classées d'atteindre les objectifs fixés dans les plans pluriannuels. Au-delà de la répartition de l'emploi du temps des inspecteurs entre les tâches d'instruction et de contrôle, ce constat pose une nouvelle fois la question de l'insuffisance du nombre d'inspecteurs (1 492 ETP en 2019) par rapport au nombre d'installations à contrôler (environ 500 000 en 2019). Après l'incendie de Lubrizol, 50 postes d'inspecteurs supplémentaires ont été créés, mais cela reste manifestement insuffisant et ils concernent de façon prioritaire l'industrie. Dans un rapport d'information publié en février dernier et faisant suite à leurs premières recommandations post-accident, les sénateurs préconisent la création de 200 postes d'inspecteurs supplémentaires d'ici à 2027. De plus, comme le relève la ministre, les trajectoires d'effectifs en matière d'inspection des installations agricoles sont essentiellement du ressort de son collègue de la rue de Varenne. « À défaut d'un renforcement des effectifs, il apparaît nécessaire de développer leur mutualisation à un niveau interdépartemental et une coopération interservices », préconise la Cour des comptes.

Dans le même temps, cette dernière reconnaît que la mutualisation des moyens humains, à laquelle s'ajoute l'amélioration des outils informatiques et le recours à l'intelligence artificielle pour détecter les installations clandestines, ne permettront pas, « à elles seules, d'assurer une surveillance satisfaisante des ICPE soumises à déclaration ». D'où sa préconisation de réintroduire les contrôles périodiques, mais aussi de mieux informer les exploitants sur les prescriptions qu'ils sont tenus de respecter pour limiter les pollutions et les risques.

Caractère peu dissuasif des sanctions

Enfin, les magistrats font le constat de la rareté et du caractère peu dissuasif des sanctions administratives et pénales. Sur le plan administratif, ils constatent, de manière générale, la recherche de mise en conformité de l'installation, sous-entendu au détriment de la sanction, et une hétérogénéité des suites données après un constat de non-conformité. Une hétérogénéité constatée également sur le plan pénal, suivant la sensibilité des parquets. Si des pôles environnementaux ont été créés, début 2021, et une instruction adressée dans la foulée aux procureurs, leur caractère récent « rend prématurée l'appréciation de leur impact », expliquent les auteurs du rapport.

À cet égard, la Cour recommande de systématiser la présentation d'un bilan annuel rendant compte de l'évolution détaillée du nombre d'ICPE agricoles, des résultats des actions de contrôle et des accidents et pollutions relevés, devant le Conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques (Coderst). À rebours de la disposition votée, fin 2020, dans la loi Asap, qui a rendu facultative la saisine de cette instance de consultation. « Cette pratique, qui nécessite un investissement en temps des équipes nécessairement repris sur le temps consacré au contrôle est déjà mise en œuvre dans certains départements, en fonction du contexte et des attentes locales », assure Barbara Pompili, qui indique qu'elle incitera à la généralisation de cette pratique.

Réactions3 réactions à cet article

 

Alors que le principal syndicat agricole n'a de cesse d'exiger moins de "contraintes" environnementales, voilà que la Cour des comptes note avec acuité le manque criant de contrôle des ICPE agricoles et leur mansuétude si d'aventure certains ont lieu !
Comme il est plutôt difficile de suspecter cette juridiction d'être sous la coupe d'odieux intégristes écolo-bobos de canapé de salon (lol !), tout porte donc à croire qu'il y a décidément beaucoup à faire pour justifier du bon usage des fonds publics en agriculture - et pas qu'un peu, la PAC ayant longtemps été le plus gros poste de dépenses de l'UE, domaine où l'on s'exprime en centaines de milliards d'euros... !
La veulerie du précédent gouvernement, ministre de l'agriculture en tête, en prend aussi pour son grade. D'ailleurs, n'y aurait-il pas lieu de lui demander quelques explications, si ce n'est des comptes ?

Pégase | 11 mai 2022 à 09h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le bilan de la Cour des comptes sur la quasi inexistence des contrôles, et de toute façon de sanctions, des activités agricoles classées confirme en tous points mon expérience et analyse résumées dans mon article de mai 2016 : "Victimisation et indemnisation : les deux mamelles du modèle agricole français".

Gabriel Ullmann | 11 mai 2022 à 10h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le pire du pire nous attend dans le domaine des élevages concentrationnaires et il est heureux que la cour des Comptes s'empare du sujet; notre petit ministre de l'agriculture sans expérience se croit bien malin de donner à la filière toute latitude. On voit où cela conduit avec la grippe aviaire: des millions d'animaux euthanasiés, tellement nombreux que l'Etat débordé a recommandé aux éleveurs de laisser mourir de faim et de chaleur les volailles confinées... l'horreur absolue. Il serait temps que les associations de défense des animaux nous éditent de grandes affiches pour dénoncer tout ça . Plus de 800 infections humaines ont été signalées depuis 2003.

Et le gouvernement ne voit rien et n'a rien à redire ? Comment appelle t-on un ministre incompétent qui met en danger la vie de son peuple, au delà de celle des dizaines de millions d'oiseaux d'élevage ? un criminel ???

gaïa94 | 12 mai 2022 à 17h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Bac de rétention souple pliable et amovible multifonction DIFOPE