En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Ce qu'on retiendra du mandat de Nicolas Hulot

Durant ces quinze mois passés comme ministre de la Transition écologique et solidaire, le bilan du démissionnaire Nicolas Hulot est jugé mitigé. Inventaire en infographie des faits marquants de son mandat.

Infographie  |  Gouvernance  |    |  Actu-Environnement.com

En démissionnant le 28 août, l'ex-ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot a été contraint durant son mandat à faire des compromis malgré certaines victoires à son actif. Comme l'abandon du projet polémique d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Il a réussi à faire adopter la loi interdisant la production d'hydrocarbures en France d'ici 2040, prévu par son plan climat mais au prix de nombreuses dérogations. La dernière loi de finances 2018 a également acté la hausse de la fiscalité carbone.

Au rang des autres avancées saluées par les organisations professionnelles : le lancement du plan hydrogène, les mesures de simplification pour développer l'éolien, le solaire et la méthanisation. Le ministre a également lancé d'autres plans d'actions en faveur de l'économie circulaire ou de la mobilité propre. Côté biodiversité : il a agi en faveur du loup et de la réintroduction d'ours. Il a également lancé en juillet un plan d'actions biodiversité qui prévoit une gestion adaptative des espèces chassables décriée par les écologistes.

Au rang des reculades et des batailles perdues

Nicolas Hulot a dû annoncer en novembre dernier le report de l'objectif de ramener la part du nucléaire dans la production d'électricité à 50% en 2025. Le ministre a aussi été à la manoeuvre de la sortie du glyphosate en trois ans promise par le gouvernement mais elle n'a pas été inscrite dans la loi Alimentation. Le 25 avril dernier, il présentait avec le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert le plan d'action du gouvernement pour réduire l'usage des pesticides qui ne satisfait aucune des parties prenantes. Agriculteurs, écologistes, parlementaires ont aussi contesté en juin dernier son autorisation donnée à Total d'importer de l'huile de palme pour alimenter sa future bioraffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône). Lors de son interview sur France Inter, Nicolas Hulot a aussi admis que son plan de rénovation énergétique des bâtiments, lancé avec son homologue du logement ne pourra pas atteindre l'objectif de rénover 500.000 passoires thermiques à cause d'une baisse de moitié des moyens dédiés. Malgré l'opposition de Nicolas Hulot, l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada (CETA) est également entré en vigueur de façon provisoire en septembre 2017.

Rachida Boughriet et Florence Roussel

Réactions1 réaction à cet article

 

Soyons juste : Hulot, à la personnalité particulière, n'a pas rien fait de bien qui perdurera peut-être, mais il a permis de s'illusionner quelques mois sur l'ouverture écologie de Jupiter, alors que le passé de Philippe ne laissait aucune illusion.

Finalement son départ en fanfare va peut-être encore être bien plus utile à la réflexion de Françaises et de Français que ses mois de ministre d'état (qui ne mérite pas sa majuscule).

Riche comme il est, j'espère qu'il aura la décence de faire don de tous les avantages financiers acquis à une bonne cause écologique

Je suggère la promotion de la permaculture pas seulement maraîchère, mais aussi agricole.

Sagecol | 30 août 2018 à 17h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…