En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Objectifs de développement durable : la France prépare sa nouvelle stratégie 2030

La France a publié son point d'étape 2017 visant à mettre en œuvre les objectifs onusiens de développement durable d'ici à 2030. Nicolas Hulot a annoncé l'élaboration d'une nouvelle stratégie nationale qui identifiera les priorités d'action.

Gouvernance  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Le forum politique de haut niveau sur le développement durable s'est tenu au siège de l'ONU à New York (Etats-Unis), du 10 au 19 juillet 2017, avec pour thème : "Eradiquer la pauvreté et promouvoir la prospérité dans un monde en perpétuel changement". L'occasion de dresser un bilan sur la mise en œuvre de sept des 17 Objectifs de développement durable (ODD) d'ici 2030. Trois de ces sept objectifs, examinés en particulier cette année, sont en lien avec l'environnement : assurer la sécurité alimentaire et une agriculture durable (ODD n°2), promouvoir les infrastructures résilientes, une industrialisation durable et l'innovation (ODD n°9) ainsi que conserver et exploiter durablement les océans, les mers et les ressources marines (ODD n°14). Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé les pays à accélérer leurs actions. Il a souligné la nécessité de renforcer les partenariats pour atteindre les objectifs. Quarante-quatre pays ont présenté leur rapport volontaire de mise en œuvre des ODD à l'occasion du forum. En 2016, ils étaient 22 pays, dont la France qui vient de publier son point d'étape portant sur les 7 ODD suivis cette année.

Agro-écologie, neutralité carbone, aires marines développées par la France

 
Des progrès insuffisants à l'échelle mondiale A l'échelle internationale, le rythme de progrès pour atteindre les objectifs d'ici 2030 reste "insuffisant", selon le rapport 2017 de suivi des ODD. En matière de sécurité alimentaire, "un nombre alarmant d'enfants de moins de 5 ans" est toujours affecté par la malnutrition, notamment en Afrique et en Asie. L'ONU a appelé à "préserver la diversité génétique de la faune et de la flore, qui est un aspect essentiel de la production agricole et alimentaire". Le rapport alerte aussi sur la détérioration continue des eaux côtières imputable à la pollution et à l'eutrophisation. En 2017, les zones marines protégées couvrent seulement 5,3% de la superficie totale des océans.
 
Dans son rapport d'étape, le gouvernement français a rappelé son plan d'action agro-écologique, porté depuis 2012, visant à réduire la consommation d'intrants, à préserver les ressources naturelles et à renforcer la durabilité des exploitations pour atteindre l'ODD 2. A ce jour, près d'une exploitation sur cinq en France est reconnue par un dispositif de l'Etat comme étant engagée en agro-écologie. Différentes démarches y contribuent : groupements d'intérêt économique et écologique, agriculture biologique, certification environnementale, mesures agro-environnementales et climatiques. 46% des agriculteurs(rices) déclarent se sentir déjà engagés dans cette démarche. Celle-ci participe à la "multi-performance économique, environnementale et sociale" visée par les Etats généraux de l'alimentation, organisés durant ces cinq prochains mois. La France a également mis en avant son initiative "4 pour 1000", lancée en 2015 à l'occasion de la COP21, qui encourage le stockage de carbone dans les sols et la biomasse pour "relever les défis de sécurité alimentaire et de climat". La production d'un référentiel d'évaluation des projets au regard des objectifs de l'initiative est en cours : "il comprendra notamment des critères et des indicateurs sociaux et environnementaux en lien avec l'ODD 2, notamment afin d'encourager une gestion responsable du foncier et des investissements". Une stratégie nationale en faveur des sols est également "en cours d'élaboration".

La France, "à travers la promotion des industries et des infrastructures durables et l'investissement dans la recherche scientifique ainsi que dans l'innovation, contribue à bâtir des territoires plus durables et résilients" (ODD 9), ajoute le rapport. Le gouvernement vise la neutralité carbone à l'horizon 2050, selon le plan Climat présenté en juillet par le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, et entend être "moins dépendant des énergies fossiles importées". Pour garantir l'accès aux services et à la mobilité sur tout le territoire, la France entend aussi "améliorer la desserte des territoires les moins bien desservis" par des modes de transport adaptés, le développement des services à domicile et numériques et le maintien des services et commerces de proximité.

Concernant la gestion durable maritime et côtière d'ici 2020 (ODD 14), la France estime que la stratégie nationale mer et littoral, adoptée en février dernier, "est un outil majeur d'atteinte de cette cible". Elle se traduit par la planification de l'espace maritime sur chaque façade maritime concrétisée dans un document stratégique de façade (DSF), qui tient compte des aspects socio-économiques et environnementaux. Un autre outil est le plan national pour la protection des récifs coralliens et des mangroves en outre-mer : 55.000 ha de mangroves, soit 50% de la couverture nationale et 75% des récifs coralliens, seront protégés d'ici 2020. La France a également dépassé l'objectif de protection de 10% de ses eaux sous juridiction, avec 22% en 2017 représentant 2,3 millions de km2. Ce taux passera "prochainement à 32%." Si la France a placé sous statut d'aires marines protégées presque un quart de ses zones côtières, elle souligne toutefois qu'il "reste encore à faire pour contrer les pressions sur les écosystèmes, notamment en termes d'assainissement des eaux usées et pour bien comprendre les phénomènes d'interface terre et mer". Elle doit notamment faire face aujourd'hui à des polluants "émergents, quoique rejetés de longue date dans l'environnement" : PCB dans les estuaires, perturbateurs endocriniens, nitrates dans les nappes littorales.

Une appropriation encore "limitée" des ODD par les acteurs non-étatiques

Nicolas Hulot "engagera" l'élaboration d'une Stratégie 2030 de transition écologique et solidaire pour la mise en œuvre des ODD. Cette stratégie succèdera à la Stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable 2015-2020. Elle "fournira les repères nécessaires pour l'action" et mobilisera "tous les acteurs", a souligné le ministre. Chaque acteur, chaque décideur, est appelé à s'intéresser aux impacts de ses activités sur l'ensemble des ODD, et à augmenter sa contribution "au plus grand nombre d'ODD possible", rappelle le ministère. L'Insee a également publié en mars 2017 plus de 110 indicateurs statistiques qui permettent de suivre la mise en œuvre des 17 ODD en France. L'enjeu est "de faire en sorte que les ODD deviennent un référentiel pour les acteurs", a indiqué Laurence Monnoyer-Smith, déléguée interministérielle au développement durable, en charge de coordonner la mise en œuvre des ODD en France. Elle s'exprimait, le 12 juillet, à l'occasion d'une table ronde sur les ODD, organisée par les sénateurs de la commission du développement durable.

Mme Monnoyer-Smith a toutefois reconnu que l'appropriation des ODD par les acteurs non-étatiques français (citoyens, entreprises, ONG, collectivités) "n'avait pas encore atteint le niveau espéré". Selon un rapport publié par le Comité 21, à l'occasion du forum, leur connaissance et leur appropriation des ODD sont "encore jugées limitées et superficielles, à la fois parce que ces objectifs sont relativement récents et encore réservés aux initiés, mais aussi parce que leur déclinaison peut sembler difficile, du fait de leur universalité, du nombre des cibles visées et de leurs interrelations". Et ce en dépit des démarches de développement durable déjà engagées notamment dans les entreprises et les collectivités territoriales : Agendas 21 nationaux et locaux, plan climat air énergie territorial (PCAET), stratégies de responsabilité sociétale des entreprises (RSE) et organisations (RSO), actions de lutte contre le changement climatique, etc.

Le prochain forum de l'ONU en 2018 sera dédié à "la transformation vers des sociétés durables et résilientes". Il se penchera plus particulièrement sur les progrès réalisés pour atteindre six ODD dont cinq environnementaux : gestion durable de l'eau pour tous, énergies propres et d'un coût abordable, villes et communautés durables, consommation et production responsables, vie terrestre (biodiversité notamment) et partenariats pour la réalisation des objectifs.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…

A lire aussi