Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Loi Asap : la simplification du droit de l'environnement franchit le contrôle constitutionnel

Les dispositions les plus critiquées de la loi Asap passent entre les mailles du Conseil constitutionnel. Celui-ci invalide en revanche de très nombreux cavaliers législatifs, touchant en particulier à la gestion de l'eau.

Gouvernance  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
Loi Asap : la simplification du droit de l'environnement franchit le contrôle constitutionnel

Un détricotage en règle du droit de l'environnement. C'est ainsi que de nombreuses associations et juristes spécialisés voient le projet de loi Asap, adopté par le Parlement fin octobre. Saisi par un groupe de députés de gauche qui ont soumis à son contrôle un certain nombre de dispositions de la loi, le Conseil constitutionnel a rendu sa décision jeudi 3 décembre.

Si les gardiens de la Constitution invalident de nombreuses dispositions considérées comme des « cavaliers législatifs », ils préservent en revanche des dispositions très contestées en matière d'installations classées et d'enquêtes publiques.

« Pas de régression de la protection de l'environnement »

Les sages valident en premier lieu l'article 34 de la loi qui assouplit les règles applicables aux installations classées (ICPE). D'une part, il soustrait les ICPE existantes et les projets en cours d'instruction aux nouvelles prescriptions ministérielles lorsqu'elles concernent le gros œuvre. D'autre part, il permet d'appliquer aux projets en cours d'instruction les délais et conditions de mise en conformité plus favorables dont bénéficient les installations existantes. « Les dispositions contestées ne méconnaissent ni l'article 1er ni l'article 3 de la Charte de l'environnement et (…) n'entraînent pas de régression de la protection de l'environnement », juge le Conseil constitutionnel. Une mention qui peut être interprétée comme un début de reconnaissance du principe de non-régression, alors que sa consécration pourrait advenir très prochainement à l'occasion de la décision attendue sur la loi néonicotinoïdes.

Le Conseil valide également l'article 44 qui modifie les modalités de consultation du public sur certains projets ayant des incidences sur l'environnement. Cet article, adopté au forceps lors d'une deuxième délibération réclamée par le Gouvernement, donne au préfet la possibilité de recourir à une consultation électronique plutôt qu'à une enquête publique. Les sages estiment que ces dispositions ne méconnaissent ni l'article 1er, ni l'article 7 de la Charte de l'environnement.

Quant à l'article 56 de la loi, il permet au préfet d'autoriser l'exécution anticipée de certains travaux de construction avant la délivrance de l'autorisation environnementale. La rue de Montpensier n'y voit pas de violation des articles 1er et 3 de la Charte, ni du droit à un recours juridictionnel effectif.

La décision valide également l'article 79 qui habilite le Gouvernement à légiférer par ordonnance pour modifier les règles applicables à l'Office national des forêts et aux chambres d'agriculture. Il en est de même des articles qui assouplissent le code de la commande publique. Ces articles, que les requérants estimaient contraires au principe de clarté de la loi et à l'objectif à valeur constitutionnelle d'intelligibilité de la loi, permettent de soustraire certains marchés publics à publicité et mise en concurrence. « Cette dispense permettra d'accélérer les mises en chantier et de remplir les carnets de commande des entreprises du BTP », se félicitent les ministres en charge de la transformation et de l'industrie, Amélie de Montchalin et Agnès Pannier-Runacher.

Cavaliers législatifs

En revanche, le Conseil constitutionnel déclare contraire à la Constitution toute une série d'articles qui ne présentent pas de lien avec le projet de loi. Cette censure ne préjuge pas de la conformité de ces « cavaliers législatifs » aux autres exigences constitutionnelles, précise la décision. En attendant, ils sont supprimés de la loi.

Parmi les articles censurés figurent des dispositions relevant du domaine de l'énergie : couplage des travaux d'installation de réseaux de télécommunication avec les travaux de raccordement d'une installation de production d'électricité, régime juridique de distribution publique de gaz, réfaction des coûts de raccordement des installations de production de biométhane.

Certaines dispositions supprimées relèvent du secteur de l'eau : détermination par décret des volumes susceptibles d'être prélevés dans certains bassins hydrographiques en déséquilibre, compétence donnée en premier et dernier ressort aux cours administratives d'appel pour juger les recours contre les projets de prélèvement d'eau pour l'irrigation, état des lieux du Gouvernement sur les ouvrages d'irrigation faisant l'objet d'un contentieux.

Enfin, un des articles censurés prévoyait d'exonérer de responsabilité civile les propriétaires et gestionnaires de sites naturels pour les dommages causés par la pratique de sports de nature sur leurs terrains.

« Conjuguer protection de l'environnement et attractivité économique »

Au final, et malgré ces articles censurés, les principales dispositions visant à simplifier le droit de l'environnement sont conservées dans le texte. Outre celles qui ont été examinées et validées par le Conseil constitutionnel, subsistent les dispositions limitant les possibilités d'actualisation des études d'impact, celles permettant au préfet de limiter les consultations du Coderst ou de la CDNPS, la simplification des démarches lors de la cessation d'activité d'une installation classée (ICPE), ou encore l'application du statut d'entreprise énergo-intensive aux installations situées sur une même plateforme industrielle.

 
Si la loi comporte d'indéniables avantages pour les opérateurs économiques (…), elle comporte de graves atteintes pour les droits des citoyens et de la société.  
Gabriel Ullmann, docteur en droit
 
Subsiste également la disposition permettant de simplifier la participation du public dans le cas d'une modification d'un parc naturel marin. De même que celles qui simplifie la participation du public et réduit les délais des contentieux portant sur les projets éoliens en mer. La loi simplifie également les procédures d'obtention des titres miniers pour certains projets de géothermie.

Les ministres Amélie de Montchalin et Agnès Pannier-Runacher saluent la validation des dispositions clés du texte, dont le volet visant à « accélérer les implantations et extensions industrielles ». Ces mesures achèvent la mise en œuvre du rapport Kasbarian sur la simplification des installations industrielles, qui a aussi conduit à mettre des sites « clés en main » à disposition des investisseurs. « Ces évolutions (…) démontrent qu'il est possible de conjuguer protection de l'environnement et attractivité économique de notre territoire », vantent les deux représentantes du Gouvernement.

Un avis loin d'être partagé par le docteur en droit Gabriel Ullmann, très critique sur ce texte. « Si la loi comporte d'indéniables avantages pour les opérateurs économiques (…), elle comporte de graves atteintes pour les droits des citoyens et de la société », estime l'ancien commissaire-enquêteur. Et d'ajouter : « Loin d'être une loi de simplification, elle complexifie le droit en instituant des régimes différents selon les activités, les objets ou les circonstances, tout en étant elle-même une loi bavarde et fourre-tout ».

Sur ce dernier point, la décision du Conseil constitutionnel a au moins le mérite d'apporter un toilettage à ce texte de près de 150 articles.

Réactions9 réactions à cet article

 

Bien que de plus en plus clairvoyant sur nombre de textes rétrogrades en matière de protection de l'environnement, le Conseil constitutionnel est cette fois-ci assez largement passé à côté en validant en grande partie la loi Asap.
Rien de bien étonnant en revanche à ce que les ministres concernées s'empressent de se féliciter de cette décision...

Pégase | 04 décembre 2020 à 21h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On est dirigés par des Tartufe contrôlés par des aveugles!

adjtUAF | 07 décembre 2020 à 09h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est désopilant, le pouvoir se fiche de l'environnement et de la biodiversité parce que cela contrarie la croissance économique donc les profits des ultra libéralistes. La convention citoyenne pour le climat est un leurre pour gogos, alors que les dirigeants de ce pays se sont bien gardés de consultés le maillage des associations environnementales qui font un travail remarquable, mais minimisé.

BJ50320 | 07 décembre 2020 à 10h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Que font les élus EELV ?

S'ils faisaient par exemple, la grève de la faim ?

Pour ce qui est de Pompili, aucune illusion.

Sagecol | 07 décembre 2020 à 11h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le nouveau texte est critique du texte précédent, lui même critique de précédent,etc...par des "sages" calés dans leur fauteuil : et le constat sur le terrain, les remontées des associations ?
Des textes encore des textes en bureau, c'est moins fatigant que de chausser les bottes et de légiférer en connaissance de l'environnement !

babucologne | 07 décembre 2020 à 12h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@BJ50320 : marginaliser, écarter ou carrément ignorer les associations environnementalistes est un réflexe chez les politiques (à l'exception de la brève parenthèse où Mme VOYNET fut ministère de l'environnement) et les hauts fonctionnaires (quelques rares exceptions toutefois, histoire de confirmer la règle).
Mme BACHELOT-NARQUIN, sinistre de l'environnement du gouvernement RAFFARIN entre 2002 et 2004, n'avait-elle pas alors déclaré devant un parterre de chasseurs que les données des associations sont des bombes (il est vrai que depuis, elle intervient régulièrement à l'émission de RTL "Les grosses têtes", ultime référence culturelle radiophonique francophone...) ?! Cela résume assez bien l'estime portée par nos dirigeants pour celles et ceux qui s'efforcent d'apporter leur contribution active pour sauver ce qui peut encore l'être de la planète.

Pégase | 07 décembre 2020 à 12h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

....Mme BACHELOT, devenue entre temps ministre de la culture de MACRON, c'est dire l'estime portée à cette fonction par notre soi-disant Président-philosophe (à la BHL)...

adjtUAF | 07 décembre 2020 à 13h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Un exemple local de la désinvolture étatique en matière de considération portée à l'environnement .
Notre préfete , après plusieurs renvois de la session de la CDNPS nous convoque à une commission AUDIO . Est -ce la nouvelle méthode pour examiner les conséquences d'un projet éolien sur les paysages ?

sirius | 07 décembre 2020 à 17h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il n'y avait , de toutes façons , pas grand chose à attendre de l'examen de cette loi par le Conseil Constitutionnel , quand on voit les spécimens qui composent cette assemblée. Du recuit , de la cervelle froide et des idées antédiluviennes: l'environnement attendra. Le problème c'est qu'il attend depuis longtemps et vient à s'épuiser, ce qui ne constitue pas une préoccupation importante pour des personnes plus proches de leur fin de vie que du début , après moi le déluge !

gaïa94 | 08 décembre 2020 à 16h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil en droit des Affaires publiques/privées Huglo Lepage Avocats